REVIEW SANS SPOILER: Constantine, à la mi-saison (épisodes 1-8)


18208Troisième série à être lancée cette année chez DC après Gotham et The FlashConstantine suit le personnage issu des comics Hellblazer, le maître de l’obscur John Constantine.

Il faut déjà préciser que la série rend beaucoup mieux honneur au personnage que le film Constantine sorti en 2005. Par contre, on ne savait pas trop à quoi s’attendre pour la série avant sa diffusion, celle-ci ayant bénéficié de très peu de bandes-annonces et le public gardant en tête la déception du film.

Le premier épisode nous introduit au personnage principal qui s’est fait interné dans un asile psychiatrique par sa propre volonté et ce, dans le but d’oublier un évènement tragique ayant eu lieu à Newcastle (même après 8 épisodes on en sait toujours pas plus). Le premier épisode ressemble un peu trop à un épisode séparé du reste de la série, notamment dû au fait que le personnage féminin principal change dès le second épisode (Zed Martin fait son apparition au deuxième épisode, remplaçant Liv du premier épisode). Malgré cela, ce premier épisode met directement dans le bain et donne tout de suite le ton de la série, extrêmement sombre avec un personnage torturé à l’humour sarcastique.

L’intrigue principale reste claire (la Levée des Ténèbres) mais n’évolue pour ainsi dire pas durant ces huit premiers épisodes. Constantine résout des enquêtes surnaturelles différentes à chaque épisode et des allusions à la Levée des Ténèbres se font fréquemment mais il n’y a pas de fil conducteur entre les enquêtes. Quelques précisions sont apportées concernant la Levée des Ténèbres lors de la finale de mi-saison et cet épisode est le seul à se terminer avec une affaire non résolue, maintenant ainsi le suspense pour la pause hivernale.

Les personnages principaux sont vraiment bien travaillés par Daniel Cerone et David S. Goyer, les producteurs exécutifs de la série, et cela se sent surtout dans leurs interactions. Il est assez marrant de voir les relations entre Zed et Constantine, dont l’humour relève souvent les discussions. Matt Ryan incarne parfaitement John Constantine (et je pèse mes mots) et est un choix payant de la part des producteurs exécutifs, choix qui paraissait à la base un peu audacieux étant donné la carrière assez jeune de l’acteur gallois.

Visuellement, les effets spéciaux laissent parfois à désirer (on voit ici que Warner donne sans doute plus de budget à Arrow et The Flash) mais restent bon dans l’ensemble. La série garde une ambiance assez sombre et les décors tout comme la musique y sont fortement pour quelque chose.

En bref, l’intrigue a du mal à s’installer et c’est peut-être ce qui a coûté à la série de ne pas recevoir de commande pour neuf épisodes supplémentaires de la part de NBC, maintenant la série à 13 épisodes. Cependant, l’ambiance générale de la série et la très bonne performance de Matt Ryan dans le rôle principal font que Constantine reste agréable à regarder.

Constantine revient le 9 janvier 2015 sur NBC.


A propos de Timo Masson

Editeur-en-chef du site et producteur de la chaine, Timo vous donne rendez-vous chaque mois dans ses chroniques « L’Edito » et « Le Top 5 ». Sur la chaine, vous pouvez le retrouver dans l’intégralité des émissions, dont notamment « L’Hebdo des Comics » chaque dimanche

Laisser un commentaire