LES WEBCHRONIQUES DES WEBCOMICS: The Adventures of Business Cat


Salutations à vous fans de comics ! Dans ce deuxième numéro de ma chronique nous parlerons d’un chat… businessman. Et oui, décidément les chats sont vraiment trop à la mode… mais bon on ne va pas s’en plaindre ! En effet, si vous allez sur les réseaux sociaux de nos jours vous êtes sûrs de tomber sur, au moins, une image de chat par heure (j’ai calculé vis-à-vis de ma moyenne). Même le rédacteur en chef de ce site a succombé au charme des chats et a adopté deux chats roux (ce qui a provoqué une légère chute dans mon estime). Mais bon, passons car comme d’habitude je m’écarte du sujet principal : The Adventures of Business Cat.

bcat

Je pense qu’il est juste de préciser que ce webcomic est disponible en français, ce qui est en soit même une bonne nouvelle car c’est assez rare. Mais promis, je trouverai des webcomics en français pour vous. Donc l’histoire, elle se résume tout simplement : c’est l’histoire de l’entreprise du fameux Businesscat (que j’abrègerais BC pour simplifier la chose). Cela se fait sous forme de strips publiés tout les lundis. Chaque strip raconte donc un moment de la vie de l’entreprise. Des fois, un arc se forme pour faire une mini-histoire mais la base de cette œuvre repose quand même sur des sketchs indépendants les uns des autres, mais qui se connectent pour certains (même sans faire un arc).

2015-01-09-dangerous-liaisons

Je suppose que tout le monde connait les clichés portant sur les chats ? Non, vous ne voyez pas. Bon, je suis désolé pour vous mais ça fait partie de la culture générale universelle (même en Chine). Enfin bref, le BC n’aura aucun répit pour ses employés, il passera sur leurs bureaux (même s’ils travaillent), leurs demandera souvent à manger, les laissera tomber dès qu’il verra un papillon à la fenêtre, les mordra quand ils le caresseront… et je pourrais écrire vingt paragraphes uniquement sur ça. Cette idée de l’auteur est vraiment très bonne, sans être vraiment recherchée, et c’est une assez grande surprise car on ne s’en lasse jamais (à notre plus grand bonheur).

2015-01-16-heavy-petting

Maintenant, parlons des arcs ! J’en parlerai, comme je le ferai tout le temps, d’un seul car il faut quand même que vous gardiez un peu de surprise en le lisant. L’arc qui m’a le plus marqué est celui se déroulant lors d’une cérémonie de récompense pour businessman, et il nous donne différentes versions d’animaux businessman (c’est le meilleur nom que j’ai trouvé pour les nommer). Nous apercevrons plus le Businessdog la plupart du temps, et on doit avouer, il est aussi marrant que son homonyme chat. On verra aussi Businnesscrab, qui, malgré sa courte apparition, nous donne envie d’en savoir plus sur lui, ou même sur d’autres animaux dans leurs styles. Retournons à l’arc, il permet de créer plus de liens avec le personnage principal, d’en apprendre plus sur ses concurrents (bien qu’on en voie que deux) et donne une histoire courte très distrayante. J’ai particulièrement choisi cet arc-là car on change de décor, on est habitué à ne le voir que dans son entreprise, mis à part 2-3 strips, et ceci renouvelle en quelque sorte cette histoire.

Niveau dessin, et bien c’est simple, fait par l’ordinateur, et malgré ça, c’est très agréable. Bon, voilà, j’en ai déjà fini avec cette partie. Que dire de plus ? Oh ! Mais bien sûr ! L’auteur ! Il s’appelle Tom Fonder. Il possède son propre site sur lequel il a posté ses deux créations : The Adventures of Businesscat et Drunken Warriors. Le deuxième nommé est un jeu de cartes à jouer, vraisemblablement, bourré (bah oui, c’est dans le nom). N’étant pas le sujet, je n’en parlerai pas (malgré qu’il y ait Batman) dans cette chronique, mais c’est un jeu que je conseille vivement car c’est très amusant (bon je n’y ai jamais joué mais ça a l’air bien).

2016-09-09-negotiations

Si vous êtes réticent vis-à-vis du support numérique, sachez qu’une version papier est sorti récemment (bande de chanceux), mais pas encore en français malheureusement (l’espoir fait vivre comme on dit).

Petite critique rapide : n’hésitez pas à le lire, c’est vraiment divertissant et… Oh un papillon ! (l’auteur s’en est allé et a donc laissé cette chronique inachevée)

P.S. : Bon comme je vous ai lâchement laissé tomber, je vous offre, en accord avec le rédacteur en chef (que je respecte, ne vous inquiétez pas pour ce que j’ai dit, c’était de l’ironie, quoique…), un petit cadeau. Je vous présente Chuck et Max les deux chats du patron, et regardez comme ils sont mignons :

14291788_1204729586250818_5343478625809598002_n

Laisser un commentaire