LE DIVAN DES HÉROS: Jean Grey


Bonjour à tous, et bienvenue dans ce nouvel épisode du Divan des Héros! Laissez moi tout d’abord vous souhaiter à toutes et à tous une excellente année 2017. Et quoi de mieux qu’un peu de nouveauté dans la chronique pour entamer une nouvelle année sur de bonnes bases! En effet, lors des précédents numéros, nous avions abordé le cas de personnages masculins uniquement. Il est donc temps de rétablir la balance, en commençant par un des personnages les plus emblématiques de l’univers Marvel, et plus particulièrement du monde des X-men: Jean Grey.

Le personnage de Jean Grey fut créé par Stan Lee et Jack Kirby dans les années 60, et apparaît pour la première fois en septembre 1963 dans X-Men #1. Ce numéro marque aussi l’apparition des X-Men (Cyclope, Le Fauve, Iceberg, Angel et le Professeur X), de leur némésis Magneto, et la découverte des « mutants » par les lecteurs. Jean Grey est donc un des tout premiers personnages de l’univers X-Men, et fait partie de ceux qui ont laissé une marque indélébile dans le monde des mutants.

 

Issue d’une fratrie de trois, Jean Elaine Grey grandit dans l’état de New York. Son père était professeur à l’université d’Annandale-on-Hudson, et sa mère femme au foyer. Elle fut élevée avec deux sœurs: Julia, et sa sœur aînée Sara. Jean eut une petite enfance relativement normale, mais lorsqu’elle avait 10 ans, sa meilleure amie Annie Richardson fut renversée par une voiture alors qu’elles jouaient dans la rue. Alors qu’elle étreignait son amie mourante, les pouvoirs mutants de Jean s’éveillèrent et sa télépathie se manifesta, et elle partagea les pensées de son amie au moment de sa mort. Le choc fut si terrible pour Jean qu’elle faillit mourir avec son amie. Ce traumatisme plongea la jeune Jean dans un état catatonique, et ses parents firent tout leur possible pour l’en sortir, faisant appel à de nombreux spécialistes. Lorsqu’elle finit par en sortir, elle s’isola du reste du monde pour préserver sa propre santé mentale, car incapable de contrôler sa télépathie.

Sur les conseils d’un psychiatre, le père de Jean lui fit rencontrer le professeur Charles Xavier, qui lui révéla qu’elle était une mutante, et que sa télépathie et télékinésie était des manifestations physiques de sa mutation. Il l’aida pendant de nombreuses années à développer sa télékinésie, après que le Pr Xavier eut mis en place de nombreuses barrières psychiques pour bloquer sa télépathie, jusqu’à ce qu’elle soit assez mûre pour la contrôler. Lorsqu’elle fut adolescente, elle rejoignit l’école fondée par le professeur Xavier et fit partie de l’équipe originelle des X-Men sous le nom de code de Marvel Girl. Cette équipe était composée de Scott Summers/Cyclope, Bobby Drake/Iceberg, Hank McCoy/Le Fauve et Warren Worthington III/Angel. L’idée émergea de l’esprit du professeur X qui, bien que cherchant à faire cohabiter pacifiquement humains et mutants, savait que des menaces émergeraient, notamment des « mauvais mutants » comme son ancien ami Erik Lensher/Magnéto. Les X-Men avaient pour but de défendre l’humanité entière contre toutes les menaces, pour montrer au monde que les mutants n’étaient pas l’ennemi.

Elle et son coéquipier Scott Summers tombèrent amoureux, mais ne s’avouèrent leurs sentiments que longtemps après. En outre, forte de sa maturité ainsi que ses années d’entraînement sous la direction de Xavier, elle réussit enfin à maîtriser sa télépathie. Ainsi, lorsque Xavier se fit passer pour mort, Jean s’appuya sur sa propre télépathie pour aider les X-Men. Lors d’une mission dans l’espace, l’esprit de Jean Grey fut repéré par l’entité cosmique connue sous le nom de Force Phénix qui sentit son potentiel illimité et toucha son subconscient.

Plus tard, après que Xavier eût recruté de nouveaux membres X-Men, Marvel Girl décida de quitter le groupe afin de mener sa propre vie. Peu de temps après son départ, Jean fut enlevée avec les nouveaux X-Men par des Sentinelles Mark II de Steven Lang qui les amenèrent à bord d’une station spatiale. Après s’être libérés, les X-Men retournèrent sur la Terre à bord d’une navette spatiale. Lors de leur retour, ils traversèrent un orage solaire. Jean assura le pilotage de l’engin et fut ainsi exposée aux radiations mortelles de la tempête. Présumée morte, elle fut en fait sauvée par l’intervention de la Force Phénix qui la plaça en hibernation dans un cocon le temps qu’elle guérisse de ses blessures, tandis que cette force prenait l’apparence et la place de la vraie Jean.

Après avoir mis fin, avec l’aide des autres X-Men, aux activités criminelles du Club des Damnés, Jean Grey/Phénix gagna l’espace et, se déplaçant à une vitesse vertigineuse, sortit du système solaire et finit par trouver une étoile qu’elle dévora afin d’en absorber l’énergie. Ivre de pouvoir, elle anéantit ainsi les planètes alentour et les milliards d’êtres qui les peuplaient. Devant cette menace, la Garde Impériale Shi’ar décida d’éliminer Phénix, estimant que son pouvoir mettait en péril l’univers tout entier.

Profitant d’une reprise momentanée de conscience de Jean Grey, les Shi’ar la capturèrent afin de la juger pour ses crimes. Les X-Men tentèrent de s’interposer mais le tumulte du combat réveilla de nouveau le côté sombre de Phénix ; alors, dans un dernier sursaut de conscience, Jean Grey choisit de se suicider, évitant ainsi de détruire les Shi’ars et ses amis X-Men. La véritable Jean Grey fut retrouvée par Reed Richards, et elle reprit sa place au sein des X-Men et auprès de Scott.

Le personnage de Jean Grey est l’un de ceux qui ont connu le plus de morts et de résurrections depuis leur création. De plus, le point essentiel du personnage est qu’il est indissociable de la Force Phénix, et donc du mythe populaire du Phénix: la renaissance, la réincarnation. Au total, elle mourut et fut ressuscitée par la Force Phénix trois fois. Cette force, s’accrochant à Jean car ayant senti son potentiel illimité, n’hésita pas à la posséder de nombreuses fois, la faisant basculer d’un côté ou de l’autre de la justice: En tant que Phénix originel, Jean était animée par le pouvoir et les pulsions, cherchant par tout les moyens à satisfaire son appétit et son envie de liberté.

En tant que Phénix Noir, elle incarne une entité corruptrice, qui cherche à semer le chaos et la destruction. Enfin, lors de sa dernière résurrection, Jean repris le dessus sur la Force Phénix et devint le Phénix Blanc, une entité luttant pour la vie et sa protection. Elle est depuis lors l’incarnation du Phénix Blanc, et réside dans la Chambre Blanche, où elle atteint un niveau supérieur d’existence.

En ce qui concerne la personnalité de Jean Grey, on a un caractère qui est en totale opposition vis à vis de la nature même de la Force Phénix: Jean est d’une nature calme, patiente, compatissante. En effet, ne pouvant contrôler sa télékinésie durant son enfance, Jean ressentait les émotions des autres à chaque instant, et cette période éveilla naturellement chez elle un désir d’aider son prochain, de prendre soin des autres, et dans le même temps de devenir une meilleure personne. Elle est très intelligente et censée, ayant poursuivi ses études jusqu’au doctorat. Etant une des premières élèves de l’institut, elle est devenu à l’âge adulte un des professeurs, guidant les jeunes générations de mutant en suivant les principes de compassion, de paix et d’harmonie que le Professeur Xavier lui a appris. Lorsqu’elle quitta les X-Men, elle fut l’une des fondatrices d’autres équipes comme X-Factor, et elle fut aussi une ambassadrice de la paix, luttant pour faire coexister humains et mutants.

Parmi toutes les analyses qui ont été faites sur ce personnage, un grand nombre affirment que Jean Grey souffre du « syndrome de dissociation d’identité« , aussi appelé « syndrome de personnalités multiples« , et que le Phénix ne sera que la manifestation d’une personnalité complètement différente de celle de Miss Grey. C’est cependant absolument faux. Le Phénix est une entité à part entière, avec sa propre personnalité, qui choisit de fusionner avec Jean, qui a elle aussi son caractère propre. Nous avons donc ici une fusion de personnalités, et non un dédoublement.

A ce sujet le Dr Janina Scarlet, une psychologue clinique et une scientifique de l’Université de San Diego (et une geek de surcroît), offre une réponse très concrète à cette théorie de la personnalité multiple:

« Pour être identifié comme atteint de dédoublement de personnalité, un individu doit posséder au minimum deux personnalités distinctes. On peut même avoir des personnalités d’âge, de sexe ou de confession différentes. Dans le cas de Jean Grey et du Phénix, on a à faire à deux entités bien distinctes qui vont à un moment fusionner. 

Même si Jean/Phénix ne peut être reliée à cette pathologie, on peut observer des points communs évidents entre ce qu’elle a vécu et ce qu’endurent beaucoup de survivants traumatisés. Après un événement particulièrement choquant, beaucoup de gens s’isolent complètement (comme Jean l’a fait lors de sa catatonie ou lorsqu’elle était dans son cocon au fond de la baie d’Hudson), ou alors changent leurs apparences, leurs habitudes ou comportements du tout au tout (comme lorsque le Phénix prend sa place).

Une explication plausible serait que lorsque quelqu’un survit à un événement extrêmement traumatisant (comme Jean lorsqu’elle pense mourir en sauvant ses amis ou lorsqu’elle ressentit la mort de son amie Annie), il ou elle ne se sent plus en sécurité. En fait, un traumatisme, notamment une expérience de danger de mort, peut changer complètement la vision de quelqu’un vis à vis de sa propre sécurité, de sa capacité à contrôler sa vie et les événements qui se produisent dans son entourage. Cela entraîne comme résultat des survivants devenant hyper prudents ou voulant tout contrôler, hyper-sensibles ou très irritables.

Mais comment les gens se remettent d’un traumatisme? Eh bien un peu comme Jean l’a fait, en se recentrant sur des valeurs fondamentales.

Comprendre que ses amis avaient besoin d’elle donna à Jean le courage et la résilience dont elle avait besoin pour retrouver son ancien moi, si bien que le temps qu’elle passa dans ce cocon fut sans doute ce dont elle avait besoin pour se remettre. Ce que cela veut dire c’est que si on subit une expérience traumatisante ou douloureuse, il est naturel de vouloir au départ se réfugier dans un lieu sûr, un cocon, métaphoriquement parlant. Cependant, c’est se connecter avec nos valeurs les plus fondamentales, comme aider les autres ou se rapprocher de nos amis, qui peut être le « vaisseau », le chemin dont on a besoin pour se reconstruire, et redevenir (ou développer) notre propre super-héros. « 

L’analyse du Dr Scarlet est assez intéressante, car elle considère le personnage non pas comme une femme avec des pouvoirs illimités, mais comme une personne traumatisée qui a connu un bon nombre d’expériences affreuses, et qui a du se reconstruire à chaque fois. Bien évidemment ces événements ont eu une influence sur les pouvoirs de Jean et plus particulièrement sur son contrôle de ses pouvoirs, mais cela n’a pas créé de nouvelles personnalités.

Cependant, il faut bien distinguer le personnage du comics et celui de l’univers cinématographique, où Jean Grey est incarnée par l’actrice Famke Janssen. Dans les films, Jean fait preuve d’un comportement calme, attentionné, compatissant et sage, retranscrivant de manière assez proche le personnage du comics. Mais il y a une grosse différence vis à vis du Phénix: dans X-Men: The Last Stand, Jean n’est plus. Elle s’est sacrifiée durant les événements du film précédent pour sauver ses coéquipiers d’un raz de marée dévastateur. Complètement anéanti, Scott revient à Alkali Lake, là où Jean est morte, et commence à entendre la voix de Jean dans sa tête. Pensant devenir fou, il lui crie d’arrêter avant d’envoyer une rafale oculaire dans l’eau. Cela « réveille » Jean, qui était en « animation suspendue » au fond du lac. Elle rejoint Scott, mais ce n’est pas Jean mais le phénix qui émergea de l’eau, et elle tue Scott en l’embrassant. Sentant ce qui venait de se passer, le professeur X envoie Logan et Storm à Alkali Lake, et ces derniers trouvent Jean mais pas Scott. Se remettant à l’institut, Logan et le professeur discutent autour de Jean inconsciente. Le professeur explique à Logan que Jean est la plus puissante des mutantes qui existe, et que ne contrôlant pas ses pouvoirs quand elle était plus jeune, il avait dû placer des barrières psychiques pour l’empêcher de se faire dominer par son côté sombre qui se fait appeler le « Phénix ». Jean finit par se réveiller, mais c’est le Phénix qui reprend conscience pas Jean, et elle s’enfuit. Plus tard quand le professeur la retrouve il essaie de la convaincre de revenir à l’institut pour qu’il l’aide mais la colère la domine et elle le tue. Lors de l’affrontement final sur l’île d’Alcatraz, elle ne sera arrêtée que par l’intervention de Logan qui la tuera en lui avouant ses sentiments.

La confusion est bien réelle, car les fans du comics savent que le Phénix est une entité et non une personnalité de Jean, et ceux qui ont vu seulement les films pensent que le Phénix est la part d’ombre de Jean. Avec la nouvelle ligne temporelle et les derniers films X-Men, on voit dans X-Men: Apocalypse que le professeur X n’a pas bloqué les pouvoirs de Jean dans sa jeunesse, c’est pourquoi ont la voit vaincre Apocalypse en relâchant tout son pouvoir.

Pour ma part, Jean Grey représente l’un des personnages les plus emblématiques de l’univers Marvel, au même titre que Captain America ou Wolverine. Mais c’est aussi l’un des personnages dont l’histoire est la moins connue du grand public, ce qui malheureusement relègue le personnage au second plan par rapport à d’autres comme Magnéto, Hulk, Wolverine, Deadpool, etc… Jean Grey est une mutante qui a subit énormément de choses dans sa vie, et qui a dû à chaque fois se reconstruire, se réinventer. Et c’est justement le point du personnage, et pourquoi son lien avec le Phénix est si profond. Elle symbolise la renaissance, la renaissance d’une vie qu’elle a perdue, qu’elle a souvent abandonnée. Comme l’ensemble des X-Men, elle est devenue un symbole de résilience, car tous ont connu des traumatismes importants dans leur vie, notamment à cause de leur différence. Jean Grey est le symbole de cette envie, de cette volonté inébranlable de survivre, ou même tout simplement de vivre.


A propos de Max Chauvineau

L'un des deux éditeurs à la tête de l'équipe française de L'Univers des Comics, Max vous donne rendez-vous chaque mois dans sa chronique, "Le Divan des Héros"

Laisser un commentaire