REVIEW SANS SPOILER: Logan


Nous y voilà, l’ère de Wolvie vient de s’achever cette semaine avec la sortie de Logan dans les salles obscures. Ecrire cette review me fait un peu bizarre, étant donné que selon moi, elle se résumerait en une phrase : « Foncez le voir ! ». Mais il faut quand même vous donner des arguments qui vous donneront envie de le voir et ça tombe bien, il y en a plein.

Commençons avec les acteurs, ils ont tous interprété leur rôle à merveille, même celle qui joue Laura. Je pourrais m’attarder sur chacun des acteurs mais je vais plutôt parler des deux principaux : Hugh Jackman et Patrick Stewart. Patrick Stewart est super à l’aise dans ce rôle qu’il a tant interprété depuis 18 ans. Il y joue un Charles Xavier sénile, qui a abandonné ses bonnes manières et qui est atteint d’une maladie neurodégénérative, ce qui, pour l’esprit le plus puissant du monde, est absolument dangereux. Hugh Jackman nous montre pour la première fois un Wolverine vieux, fatigué, blessé et qui n’en peut plus d’être en vie. On le sent dans son regard, ses expressions, ses mouvements, tout ! Il s’est imprégné du rôle comme jamais auparavant. Ces deux acteurs envahissent notre écran comme jamais, tout en apportant une nouvelle tête : Dafne Keen. Cette actrice a le regard froid, un cri perçant, enfin bref… elle nous fait froid dans le dos malgré son jeune âge et elle mérite largement sa place parmi Patrick Stewart et Hugh Jackman.

Passons à l’histoire, elle se résume par un seul mot : « émouvante ». Car aussi simple qu’elle puisse paraître, préparez vos mouchoirs, on a mal au cœur en voyant Logan qui a des pulsions suicidaires et Charles qui perd la mémoire et qui fait des crises. Les ennemis n’ont pas un background super développé mais on les apprécie quand même puisqu’ils envoient les deux derniers X-Men dans un dernier road-trip à travers les États-Unis. L’histoire, malgré son côté émouvant, reste linéaire, on devine facilement les grandes lignes du scénario même s’il nous réserve quelques surprises. On y adhère du plus profond de nos êtres, même si on peut y remarquer une ou deux longueurs.

La bande originale n’est pas marquante malheureusement, mis à part celle du dernier combat et d’une autre scène dont je ne parlerais pas afin d’éviter tout spoil. Néanmoins, celle-ci s’intègre parfaitement à l’action.

James Mangold a eu ici une lourde tâche en devant réaliser ce dernier Wolverine mais il la surmonte et nous donne un film très intimiste, avec un panel très limité de personnages. Le film nous emporte directement dans les souffrances des personnages et dans leurs émotions.

Sa fin est superbe, simple et franche comme le personnage. A la sortie du film tout le monde est ému, certains pleurent, d’autres se font un câlin, enfin bref, tout la salle est émue. On reste tous jusqu’à la fin du film, ne serait-ce que pour l’espoir de revoir ce personnage qui va disparaitre de nos écrans à jamais, car même si un autre acteur le remplacerait, Hugh Jackman nous montre dans ce film qu’il est le seul et l’unique Wolverine. C’est une histoire de 17 ans qui s’achève magnifiquement aujourd’hui, mais ne serait-ce que pour redécouvrir ce film qui nous a tant fait pleurer, on se ruera vers la version en noir et blanc, afin d’avoir un semblant de nouveauté dans ce film, qui est une ode à James Howlett, Logan, l’Arme X, Serval ou Wolverine.

Laisser un commentaire