COUP DE COEUR COMICS: Huck


A l’orée des festivités de fin d’année, les librairies voient leurs rayons grossir de plus en plus à l’instar de certains animaux qui accumulent leur nourriture en vue d’une hibernation prochaine. Pour se démarquer ou pour assurer leurs chiffres de vente, les maisons d’édition ont gardé sous le coude les blockbusters ou les nouveaux titres des auteurs de renom pour ne pas rater le train des chiffres comptables. L’amateur de bande-dessinées, ou le lecteur en général, passe donc d’une période estivale particulièrement aride à une avalanche de sortie d’albums attendus. Difficile donc pour les lecteurs de s’arrêter sur les petites pépites noyées dans la masse – je ne vous parle même pas des dégâts sur le porte-feuille.

Cette année ne fait pas exception, mais votre serviteur a travaillé pour vous et s’est permis de trier l’ivraie du bon grain pour vous proposer la sélection du mois. L’album présenté dans cette chronique n’échappe pas à la règle sus-mentionnée puisqu’il s’agit d’une oeuvre de Mark Millar, tête de pont des maisons d’édition et auteur particulièrement rentable pour celles-ci.

 

                                             

Sorti début d’année Outre-Atlantique chez Image Comics, ce one-shot a été présenté aux lecteurs francophones en septembre par Panini comics. Huck a donc été écrit par Mark Millar dont je ne vais pas vous faire l’affront d’une biographie ni d’une bibliographie au regard des autres chroniques postées sur l’univers des comics lesquelles vous ont déjà tout raconté. On retrouve aux dessins, le talentueux artiste brésilien Rafael Albuquerque que vous connaissez certainement pour ses travaux sur American Vampire en collaboration avec Scott Snyder paru sous le label Vertigo ou encore Ei8ht avec Mike Johnson chez Dark Horse.

Huck est un homme grand, costaud et naïvement bon. Il a été abandonné à sa naissance et recueilli dans un orphelinat d’une petite ville de province. Au fur et à mesure de sa croissance, les habitants lui ont découvert d’incroyables pouvoirs que Huck met au service de la communauté à l’abri des regards étrangers. Cependant, une nouvelle habitante va révéler le pot aux roses à la presse et la vie de Huck – et de la ville – vont être bouleversées. 

 

A l’instar de Superior et à cent mille lieues de Kick-ass ou de Wanted, Mark Millar nous amène dans un récit tendre où l’héroïsme est surtout le don de soi. Le personnage de Huck, que l’auteur a voulu comme une sorte de Forrest Gump en super-héros, est touchant non pas par sa naïveté mais parce qu’à travers son regard, on s’attendrit et l’on remarque le banal, le commun, pire : l’ordinaire. Le scénario est bien ficelé, usant des techniques scénaristiques avec une réelle maestria, il ne laisse jamais le spectateur dans l’apathie ou l’ennui.

Le dessin d’Albuquerque est un excellent exhausteur de scénario. L’artiste parvient à mettre en lumière presque l’essentiel, pour ne pas dire, l’essence de la case : pas de surcharge, les décors n’existent que s’ils amènent un intérêt à l’intrigue ou aux personnages ; les points de vue et les perspectives sont variées, surprenantes et techniquement superbes ; enfin, les scènes d’actions sont redoutablement efficaces. Par ailleurs, son trait est à la fois anguleux et léger et, c’est à souligner, en parfaite osmose avec les couleurs de Dave McCaig qui mêle les ambiances contrastées du scénario.

 

                                                       

 

Même si la volonté première de Millar est de proposer un super-héros sans psychanalyse, un personnage vierge de toute noirceur, ce dernier n’est pas creux ou sans âme. Certes Huck est plus dans l’action/réaction que Batman ou Daredevil par exemple, il se surpasse pour amener un peu de douceur, un peu de baume au coeur dans les vies parfois tristes et souvent moroses de ses concitoyens. Et si son super-pouvoir n’était pas sa force mais juste son envie de rendre les gens heureux, ne pourrions-nous pas être nous aussi des super-héros ?

J’espère que cette présentation vous a donné l’envie de goûter à ce récit ; dans tous les cas, n’hésitez pas à me donner votre avis sur celui-ci, je me ferai un plaisir d’échanger avec vous.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.