LES ARCHIVES MARVEL : 1960 !


L’arrivée des années 60 ne se fait pas dans la joie et la bonne humeur dans l’équipe sans nom de Martin Goodman. En effet, avec l’avènement de la télévision et les lois anti-comics, sa division comics lutte pour survivre. Martin Goodman, qui n’a pas tous ses œufs dans le même panier, délaisse un peu ses publications jeunesse pour se concentrer sur ses publications pour adultes. Stan Lee voit la catastrophe arriver et développe ses activités d’indépendant. Pour lui, et depuis le début, les comics ne sont qu’une passade. Ce fut d’ailleurs la raison de son pseudonyme Stan Lee. Il ne voulait pas que son vrai nom, à savoir Stanley Lieber, soit associé avec ces publications de basse qualité. Lui, dont le but premier est de devenir romancier, prévoit de quitter le navire qui semble inévitablement voué à couler à pic. Mais cela fut sans compter sur un événement majeur que nous découvrirons dans les épisodes qui vont suivre.

Dans le monde en 1960, des étudiants noirs manifestent contre la ségrégation, surtout la ségrégation dans l’enseignement. La première étoile du « Walk Of Fame » est posée au nom de l’actrice Joanne Woodward. Theodore Maiman démontre pour la première fois un laser opérationnel ce qui, plus tard, va ouvrir les voies vers le DVD, les codes barres, imprimante laser, etc. Le Concorde effectue son premier vol supersonique et les premiers jeux paralympiques se déroulent à Rome. On notera aussi le premier mariage interracial aux States bien que cela soit encore interdit dans la plupart des Etats américains.

Dans le monde de la musique, une nouvelle vague arrive : celle du jazz. Tina Turner et Johnny Hallyday font leurs premiers succès et les Beatles font leur première apparition publique. Chubby Checker lance la mode du twist et Elvis est désigné ennemi public n°1 par l’Allemagne de l’est. On notera les naissances de Kim Wilde et Bono.

Au cinéma sort A bout de souffle de Jean-Luc Godard qui marquera les débuts de Jean-Paul Belmondo, Psychose de Hitchcock, Spartacus de Kubrick, Les Sept Mercenaires et La machine à explorer le temps. On notera les naissances de Hugh Grant et de JCVD.

En 1960, la philosophie éditoriale de Martin Goodman reste identique : on suit les modes qui ont le vent en poupe.

Cela dit, une décision historique est prise dans l’équipe de Lee, le comics Wyatt Earp est mis de côté pour faire ressusciter un ancien héros : Rawhide Kid en le reprenant au numéro 17. Cela peut-paraître anodin mais ce titre signe la première collaboration Lee-Kirby en tant que scénariste-dessinateur. Jusque là, Kirby ne réalisait que des commandes de Lee. Dès le numéro 18, le duo commence à suivre la formule établie dans les comics de suspense en élaborant des histoires plus longues découpées en chapitres distincts.

A côté de ça, les comics publiés continuent de suivre les modes comme dit plus haut mais nous allons malgré tout mettre le doigt sur LA plus importante information qu’il faut retenir de cette année 1960. En effet, dans le comics Journey Into Mystery n°62 qui est une série de suspense et de monstres apparaît une histoire de 13 pages écrite par Lee et dessinée par Kirby à propos d’une créature extraterrestre ayant hypnotisé la totalité de l’espèce humaine. En plus de cette histoire, deux autres, plus courtes, dessinées par Don Heck et Ditko sont également présentes dans cette publication. Cette créature n’est nulle autre que le tout premier Hulk ! Alors celui-ci n’a pas encore le look ni l’histoire qu’on lui connaît mais il fera suffisamment impression que pour réapparaitre dans le numéro 66. Ce premier Hulk sera rebaptisé Xemnu le Titan lorsqu’il affrontera les Defenders et son homonyme dans Marvel Feature n°3 de 1972.

On s’arrête ici pour 1960. On se retrouve la semaine prochaine pour 1961 !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.