Synopsis et preview de “The Flash” 4×06, “When Harry Met Harry”


 

Cette quatrième saison de The Flash est définitivement la plus prometteuse depuis les débuts de la série. Le ton y est bien plus léger qu’auparavant – remercions Ralph Dibny, le nouveau membre que l’on adore détester – et la galerie de vilains s’annonce pour le moins éclectique.

Avant de vous dévoiler le synopsis de When Harry met Harry, retournons brièvement sur l’épisode précédent. Vous me suivez ? On se retrouve après la preview.

Elongated Man is born ! Le spandex semble lui aller comme un gant, enfilera-t-il son costume mythique mauve et blanc ou le plus récent rouge et noir ? Je mise sur le mauve. On ne sait jamais, peut-être que Plastic Man fera son apparition cette saison. Dès lors, il faudra distinguer nos deux « plastoids ».

Comme promis, revenons brièvement sur l’épisode précédent. Intitulé Girls night out, le cinquième épisode de cette saison mérite que l’on se penche dessus. Outre le fait qu’il s’agit du premier épisode dans lequel Barry n’apparait pas dans sa tenue écarlate, c’est avant tout un épisode traitant -en gros- filigrane d’une thématique très actuelle : le féminisme et la place de l’héroïne à l’écran.

Ecrit et réalisé par un trio féminin (Lauren Certo, Kristen Kim et Laura Belsey), l’épisode se focalise sur la team « hashtag feminist » composée de Felicity, Iris, Caitlin/Killer Frost et Cecille. Outre cette désignation d’équipe sortie tout droit d’un mauvais article de Cosmo, l’épisode se complait dans la transmission d’une vision pailletée du féminisme et du rôle de l’héroïne.

A l’instar de Killer Frost, l’épisode tire sur les extrêmes du spectre et oscille entre ce féminisme de magazine et le véritable empowerment féminin. Plutôt que d’embrasser le pouvoir qui croit en elle, Caitlin préfère craindre d’être « corrompue » par ce même pouvoir. Lorsqu’elle est Killer Frost, Caitlin est hypersexualisée, laissant au crochet les pulls roses de la sage scientifique, et s’acoquine avec Amunet Black (Katee Sackhoff), un autre personnage qui joue la carte de l’hypersexualisation comme forme de pouvoir : ce n’est que vers la fin de l’épisode que l’on découvre que cette dernière peut manipuler un certain alliage de métaux pour se battre. Il semblerait que le seul superpouvoir que la série daigne accepter à ses personnages féminins soit d’être belles et intelligentes. Pas question qu’elles puissent être à la fois dotés de facultés surhumaines, du coté du bien et à sur le même pied que notre Barry ou ses acolytes.

The Flash n’a pas besoin d’un épisode comme Girls night out. La série se doit d’assumer ses personnages féminins comme des héros et non des pions sur l’échiquier du jeu qui oppose Barry et ses vilains. Je ne pense pas qu’un tel revirement sera opéré de sitôt dans la série : les femmes fortes et indépendantes sont à craindre, c’est Joe lui-même qui l’avouera en parlant de Cecile. Tôt ou tard, Iris ou Cecile deviendront des mères à leur tour, laissant à leurs compagnons respectifs la tâche de sauver le monde. Je ne toucherai même pas à l’intrigue entourant l’épisode, tant elle soutient mes arguments : un homme, séquestré par une vilaine dont les larmes sont une drogue d’amour, sera sauvé par 3 belles femmes en robe de soirée et la femme du Docteur Jeckyll.

Girls night out est à la hauteur de ce qu’on peut attendre de la CW : une édulcoration des principes d’égalité et, par là même, un renforcement des clichés à dénoncer. Ne vous méprenez pas, il ne s’agit pas dans ce réquisitoire de stigmatiser ou de pointer du doigt The Flash ou la CW. Cette saison s’annonce (s’annonçait ?) comme la meilleure depuis la première année des aventures de Barry et de grandes attentes impliquent de grandes responsabilités.

Je demeure convaincu que cette quatrième saison sera celle qui assurera la pérennité des prochaines années à venir et c’est pour cela que l’on peut se permettre d’être plus dur avec elle.

Cela étant dit, voici venu le moment tant attendu du synopsis du prochain épisode de The Flash !

 UN HARRY, DEUX HARRY, TROIS HARRY, QUATRE – Alors que des collectionneurs d’artefacts Amérindiens s’en prennent à une méta capable de donner vie aux objets,  Mina Chayton (Chelsea Kurtz), Barry se tourne vers un allié pour le moins surprenant pour lui venir en aide. De son coté, Harry, déterminé à découvrir l’identité de The Thinker, enrôle Cisco et le somme d’invoquer le « Conseil des Welles », une Table Ronde réunissant les Harrison Wells les plus brillants des différents univers. 

Les épisodes mettant en scène les multiples facettes du jeu de Tom Cavanagh sont toujours la bienvenue et avec la visite que nous rendrons certains Wells, nous entreverrons peut-être une ébauche de la menace de la Terre-X… Nous le découvrirons le 14 novembre prochain sur la CW !


A propos de Ishu

Ishu est un des auteurs de L'Univers des Comics, retrouvez-le chaque mois dans sa chronique "Crisis of Infinite Reboots"

Laisser un commentaire