DANS LES COULISSES: Salva Espin


Assez jeune dans le milieu du comics comparé aux premiers artistes de cette nouvelle saison, Salva Espin est l’un des jeunes talents découverts par Marvel lors du Salon du Comics à Barcelone. Cela fera 10 ans, tout comme Cullen Bunn, en 2018 que Salvador Espin, de son vrai nom, travaille pour Marvel et réalise son rêve ! Découvrez qui est Salva Espin à travers le comics Deadpool Kills Deadpool !

Si vous ne l’avez pas fait, je vous invite à lire le numéro précédent portant sur Cullen Bunn car de nombreux éléments ont été introduits dans ce premier numéro, notamment sur l’Œuvre à la Loupe.

Salva Espin

Avant même son entrée au lycée, Salva Espin rêvait de devenir dessinateur de comics. Ce rêve est devenu réalité lors du Salon de comics de Barcelone lorsque Marvel s’est intéressé à ses travaux et lui a demandé d’autres dessins, de nombreux croquis. Peu à peu l’éditeur l’a ensuite appelé pour différents projets. Sont passés entre ses mains : The Incredible Hulk, Spider-Man, Wolverine, Captain America, les X-Men et bien sûr, son travail le plus connu, Deadpool ! Le trait d’Espin est très cartoonesque et expressif ce qui lui donne un aspect proche de la caricature sur certaines planches, ce qui colle parfaitement avec l’œuvre qui suit :

UNE OEUVRE A LA LOUPE

Deadpool Kills Deadpool

Cullen Bunn et Salva Espin

Lors de la dernière chronique, nous nous étions penchés sur l’aspect purement scénaristique de Deadpool Kills Deadpool. Cette fois-ci, découvrons ensemble comment le dessin de Salva Espin s’adapte à l’histoire et au personnage de Deadpool !

Le gros point fort de Salva Espin dans ce comics est qu’il arrive à amplifier le coté « fou » du personnage principal. Le coté grossier parfois caricatural rend à merveille sur l’univers du « Merc with a Mouth« . De plus Espin parviens à illustrer aussi bien l’aspect sanglant et parfois même gore du héros que l’aspect humorisitique et amplifie les blagues du scénario avec les réactions de ses personnages. Le trait toujours arrondi d’Espin contraste avec la violence qu’il illustre dans les scènes de combats.

Mais Espin arrive aussi a dessiner des scènes sérieuses. La preuve avec la page d’en-dessous. Dans la première case, à travers ce plan, Espin dénote la supériorité du méchant par rapport à ses soldats en faisant une plongée sur les soldats alors qu’au premier plan, l’antagoniste est de dos. Voilà un exemple de scène sérieuse illustrée à merveille par Espin qui semble pour cette scène abandonner son trait caricatural et jouer avec les ombres des personnages.

La couleur dominante du comics est bien entendu le rouge (étonnant non ?), ceci étant dû aux multiples scènes de batailles sanglantes entre les diverses versions de l’anti-héros et aux costumes de ces mêmes anti-héros. Espin démontre qu’il sait parfaitement se lâcher dans le coté irréel de Deadpool voire exagérer les traits du personnage.

La prise de risque de Marvel de placer un personnage si adulé entre les mains de deux jeunes artistes semble donc porter ses fruits ! Comme pour le prouver, les deux artistes sont encore en train de travailler sur le personnage actuellement !

Pour conclure, Deadpool Kills Deadpool possède un scénario original et un dessin très bien adapté au personnage et à son univers. Cependant on en reste un peu sur notre faim lors de la conclusion de cette aventure loufoque car le duel final que l’on pouvait imaginer dantesque se résume en seulement 2 ou 3 pages et perd un peu en terme d’enjeu. Ce comics reste très bon et vraiment divertissant même si il ne faut pas se perdre entre toutes les versions de l’anti-héros costumé. Si vous aimez Deadpool, sautez dessus !

Biographie :

Né le 1er juin 1982, Salvador Espin a toujours été passionné par les comics notamment grâce à son père qui l’emmenait dans des magasins spécialisés. Sa passion pour le dessin a commencé lorsque sa mère lui a offert un livre « Comment apprendre à dessiner des super-héros » alors qu’il était assez jeune. C’est lorsqu’il a commencé à essayer de dessiner à partir du livre qu’il a découvert qu’il était plutôt bon. Depuis ce jour il a commencé à vendre ses propres comics. En 2006, alors qu’il avait 24 ans, il a gagné le concours Creajoven 2006.

Après avoir terminé ses cours à l’École polytechnique de Valence, il se rend à Barcelone mais ne rencontre pas le succès escompté. Ce n’est qu’en 2008 que sa chance va tourner. Il va rencontrer les représentants de Marvel qui vont sembler intéressés par son travail. Il s’est ensuite mis à travailler pour l’éditeur.

Faits Divers :

-Espin n’est pas seulement dessinateur, il est aussi réalisateur, photographe et directeur de la photographie sur plusieurs courts-métrages.

-Voici son compte Twitter : https://twitter.com/salvaespin?lang=fr

-Il donne à son tour des cours de dessin.

-Il a fait de nombreuses expositions.

Bibliographie :

El Tío Saín

El Ciruelo

Usted

Deadpool (2012-Aujourd’hui)

Damage Control (2007)

Il a aussi réalisé de nombreuses couvertures de comics.

Galerie d’illustration :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Salva Espin n’a pas forcément beaucoup d’œuvres complètes à son actif mais compense par sa grande polyvalence. Dessinateur assez jeune pour le milieu du comics comparé à John Romita Jr ou Greg Capullo, il a cependant un bel avenir devant lui puisque son travail sur Deadpool le fait connaître petit à petit !

Depuis 2012 il travaille sur Deadpool qui l’a fait connaître mondialement.

Laisser un commentaire