LE DIVAN DES HÉROS: Catwoman


 

Bonjour à toutes et à tous, bienvenue dans cette nouvelle séance du divan. Ce mois-ci, votre humble serviteur vous a préparé une séance de choix avec l’une des anti-héros les plus sexy de Gotham : CATWOMAN.

Le personnage émergea de l’imagination de Bob Kane et Bill Finger dans le comic book Batman #1 en 1940. Dans cette première aventure du chevalier noir, Catwoman était une cambrioleuse de haut vol simplement nommée The Cat, et Batman la laissa s’échapper à la fin de l’histoire. Elle revint en 1941 sous le nom de Catwoman et devint une ennemie de taille pour Batman. Pour ce qui est de la création du personnage, Kane était un grand fan de films, ce qui lui fournit bon nombre d’idées pour différents personnages de Batman, notamment Catwoman. Le personnage provient de deux sources : la star des années 30 Jean Harlow, considérée comme l’un des sex symbols de son époque et personnification de la féminité dans ce qu’elle a de plus sensuelle, et la cousine de Kane, Ruth Steel. Kane et Finger voulaient apporter plus de féminité au comic, en même temps qu’un personnage auquel les lectrices pouvaient s’identifier. C’est pourquoi les auteurs eurent l’idée de créer un « personnage amical qui est dans la criminalité mais partage également une intrigue amoureuse avec Batman ». Dès sa création, Catwoman était destinée à se retrouver dans une intrigue amoureuse avec Batman et engagé une partie d’échec avec lui, ce dernier essayant de la faire revenir dans le droit chemin. Dans le même temps, ce personnage se voulait différent des autres méchants que Batman affronterait, tels que le Joker ou le Riddler.

En ce qui concerne toute la thématique du chat, Kane et Finger s’expliquent en disant que le chat est en quelque sorte l’antithèse de la chauve-souris. Dans une interview, Kane décrivit un peu plus les raisons derrière le choix de ce thème pour un personnage:

Selon moi, les femmes ressemblent beaucoup aux félins, alors que les hommes sont plus proches du chien. Les chiens sont francs et amicaux, mais les chats sont cool, détachés et imprévisibles. Je me sens plus à l’aise entouré de chats, car les chats sont très difficiles à cerner, un peu comme les femmes. L’homme se sent plus à l’aise avec un ami qu’une amie. Il faut toujours garder une certaine distance vis-à-vis des femmes. Vous ne voudriez pas que l’on vous prenne votre âme, et c’est bien souvent ce que les femmes font. Je pense que ma façon de penser peut provoquer un choc dans la population féminine, mais j’ai l’impression d’avoir de meilleures relations amicales avec les hommes que les femmes. Avec les femmes, une fois la romance finie, il est souvent impossible de rester ami avec elles.

Un discours assez machiste et d’un autre temps, mais rappelons que Bob Kane était un jeune homme dans les années 40, et à cette époque la vision des femmes par les hommes était très différente, marquée par une dimension rabaissante de la femme.

Plusieurs héroïnes ont endossé le costume de Catwoman (en français, la femme-chat), notamment Selina Kyle et Holly Robinson. Mais nous nous concentrerons sur Selina Kyle pour cette chronique. Selina est la fille de Bryan et Maria Kyle, elle est née à Gotham City. Selina n’a jamais été particulièrement proche de ses parents, sa mère ne s’occupait ni de sa jeune sœur Maggie, ni d’elle. Son père quant à lui était un homme violent et alcoolique. Alors qu’elle n’était qu’une enfant, Selina trouve sa mère inanimée dans la salle de bain, après que celle-ci venait de se suicider. Les autorités ont alors envoyé les deux filles dans un orphelinat, leur père alcoolique n’a pas eu l’autorisation de garder ses enfants. Dévasté par cette nouvelle, il noya sa tristesse dans l’alcool et finit malheureusement par succomber à une overdose d’alcool. Selina et Maggie sont élevées dans un orphelinat miteux. A 17 ans, sa majorité, Selina doit quitter l’établissement qui ne peux la garder par manque financier. Elle se trouve un appartement dans le quartier le plus malfamé de Gotham, l’East End. Elle commenca alors à voler pour se nourrir, puis est devenue prostituée par manque d’argent.

Dans Batman: Year One de Frank Miller, sorti en 1987, on en découvre un peu plus sur le passé de Catwoman. Selina est dans le milieu de la prostitution mais est devenue une dominatrice, cherchant à survivre par n’importe quel moyen tout en protégeant sa soeur et sa jeune amie Holly Robinson. Un de ses anciens macs, Stan, enleva et viola la jeune soeur de Selina, Maggie. Elle finit par le tuer pour protéger sa soeur, puis trouva un autre mac, et ne fût jamais plus inquiétée (série limitée Catwoman de 1989). Elle prend alors des cours de self-défense et de Kung-fu, afin de pouvoir se défendre et protéger les gens qu’elle aime. Elle fût aussi entraînée à être une gymnaste de niveau olympique. Son sensei lui fait prendre conscience que la prostitution n’est un milieu viable et qu’elle a le potentiel pour être bien plus qu’une dominatrice en costume de chat. Elle décide alors de s’essayer au cambriolage et devient vite accro à ce mode de vie. Pour dissimuler son identité, elle utilise le costume de chat que son mac lui offrit lorsqu’elle quitta la prostitution. Après une confrontation avec Batman, elle décida que s’il y avait une chauve-souris dans les rues de Gotham, il y aurait aussi un chat ! Devenant plus un robin des bois des temps modernes qu’un voleur sans foi ni loi, elle devint rapidement une voleuse de haut vol avec une renommée internationale.

Dans Catwoman: Year One, Selina est à présent une adulte, réussit sa carrière en tant que voleuse. Cependant, un casse se passe mal et en désespoir de cause, elle accepte de faire profil bas en devenant une dominatrice à la solde d’un maquereau nommé Stan. Leur plan est de faire avouer des informations aux clients de Selina, qui pourraient leurs être utiles pour de futurs casses. Dans cette histoire des origines du personnage, Selina s’entraine auprès du Maitre Désarmé de Gotham City, apprenant l’art et la culture. Durant cette période, un de ses clients lui offrit un « Cat o’ nine tails », un fouet ayant neuf lacets, qu’elle gardera comme un trophée.

Dans Batman: Dark Victory, Selina est suspectée d’être la fille illégitime du baron de la mafia Carmine Falcone, bien qu’il n’y ait aucune preuve tangible d’un quelconque lien entre elle et le mafieux. Le lien de Selina avec la famille Falcone est un peu plus exploré dans la minisérie Catwoman: When in Rome. Effectivement, l’histoire en elle-même apporte un peu plus de preuve à cette théorie de lien entre Selina et l’héritage des Falcone, expliquant que la seconde fille de la famille fût mise à l’adoption en Amérique. Mais là encore on n’a pas du tout de preuve. Une piste intéressante qui je l’espère sera explorée dans une prochaine histoire originale de la femme chat.

D’un point de vue mythologique, on peut trouver plusieurs sources/inspirations que l’on retrouve dans le personnage de Catwoman. Effectivement, le chat est une figure mythologique très présente, qui a toujours suscité une certaine fascination de la part des populations. Pour certaines cultures, le chat représentait un passeur entre les mondes, un être capable de voir l’au-delà. Pour d’autres, il avait un lien très fort avec la magie noire et le culte des sorcières de Salem (par exemple). Dans la majorité des autres folklores et autres mythes du monde, le chat n’est pas l’attribut ou la personnification d’une divinité mais seulement un indicateur de malheur ou de bonheur.

Dans la mythologie égyptienne, Bastet est une déesse à tête de félin, dont le culte se développa dans sa ville de Bubastis, avant de s’étendre à toute l’Egypte. Vénérée durant la VIe dynastie, c’est à dire entre 2374 et 2140 avant Jésus Christ, son influence ne cessa de grandir. Fille du dieu soleil  ou Ra, Bastet est cependant parfois considérée comme la fille d’Amon. Ce qui caractérise Bastet est son ambivalence : sous sa forme de chatte ou de déesse à tête de chat, elle est une divinité bienveillante et protectrice de l’humanité, une déesse musicienne de la joie et protectrice de l’accouchement. Elle est parfois même représentée en train de sourire. Mais d’un autre côté, sous les traits d’une déesse à tête de lionne, elle s’identifie alors à la redoutable déesse de la guerre, Sekhmet, réputée pour ses terribles colères. Bastet est donc la séduisante déesse à tête de chat, sacrée, protectrice des femmes et des enfants, détient le pouvoir magique qui stimule l’amour et l’« énergie charnelle ». Un atout qui lui valait un culte tout particulier de la part des Égyptiens. Elle est une déesse aux caractères antagonistes, douce et cruelle, elle est aussi attirante que dangereuse. Elle est aussi le symbole de la féminité, la protectrice du foyer et la déesse de la maternité. Mais toujours en elle, sommeille la lionne, Sekhmet, qui a soif de combat. Cela vous rappelle pas une certaine femme fatale de Gotham ? Parce que moi si !

Au niveau de ses pouvoirs et de son équipement, Selina ne possède pas de super-pouvoirs : comme nous l’avons dit précédemment, elle est une voleuse de haut vol, ce qui veut dire qu’elle a une furtivité, une dextérité et des capacités de gymnaste très au-dessus d’un niveau olympique. Elle a eu une éducation artistique et classique de très bonne qualité, ce qui lui permet de choisir les cibles de ses casses avec précision. Elle est très intelligente et son attitude sensuelle, désinvolte et sûre d’elle lui permet de se sortir de mauvaise passe très facilement. Niveau équipement, Catwoman utilise un éventail d’armes et d’équipement comme la plupart des méchants de Batman. Son arme fétiche est un fouet à neuf branches, qui lui permet de se déplacer rapidement et de reporter ses combats très rapidement.

Son costume est quant à lui pourvu de griffes qui lui permettent de s’accrocher aux parois et de blesser ses adversaires, bien qu’elle utilise le plus sous ses charmes et sa féminité pour prendre l’ascendant sur ses adversaires masculins. A l’origine, elle ne portait pas de costume, puis, Catwoman a eu différentes tenues tout au long de ces années depuis 75 ans. La dernière et la plus connue est celle d’Ed Brubaker, l’écrivain qui en 2001 revisita le look du personnage. Brubaker expliqua que le costume de Catwoman était inspiré par la tenue en cuir iconique de l’actrice Emma Peel dans la série télévisuelle The Avengers. Le look est revu complétement et part sur une inspiration plus high-tech avec une tenue de cuir noir, un casque avec des oreilles de chat et des lunettes à infrarouge orange. Un look qui colle plus à une voleuse de haut vol qui s’appuie sur de la technologie dernier cri, tout en conservant cette essence féline et sulfureuse qui fait le succès du personnage.

Mais qu’est-ce qui fait que Selina Kyle est Catwoman et inversement?

La personnalité du personnage est assez complexe, et cela pour plusieurs raisons : tout d’abord, son rapport à la justice et à la criminalité. Selina n’est pas une réelle méchante comme le Joker ou Ra’s Al Ghul. Elle joue les équilibristes sur la ligne très fine qui sépare les héros des méchants. Elle fait les choses en fonction de ses envies, suivant sa propre boussole morale. Plus souvent qu’à son tour, il lui est arrivé de débuter une aventure en tant que membre d’une équipe de criminels, avant de se retourner contre eux et d’aider Batman ou d’autres héros. N’oublions pas non plus que Selina fait partie des Gotham City Sirens, un groupe de super-criminelles protégeant Gotham, et comptant Harley Quinn, Poison Ivy, Black Canary et Catwoman. Le personnage n’est pas tout blanc (du genre de Superman) ou tout noir (le Joker par exemple). Elle fait ses choix pour survivre et suit son instinct. Difficile à partir de là de ranger ce personnage dans une case n’est-ce pas ?

La seconde chose est que Selina, comme je l’ai dit précédemment, à une relation toute particulière avec Batman : bien que Catwoman est le plus souvent considérée comme une super-méchante, elle a souvent œuvré avec Batman pour atteindre des objectifs communs. Ils sont surtout souvent présentés comme étant dans une relation amoureuse. Il est vrai que Batman a eu plusieurs histoires d’amour aux fils des ans, mais alors que la majorité sont d’assez courte durée, l’attraction de Batman pour Catwoman est omniprésente dans toutes les versions du personnage de Selina. L’une des preuves de cette relation particulière entre les deux est que depuis les années 80, Selina s’adresse à Batman en l’appelant Bruce, ce qui ne le gêne pas alors que son identité est secrète. Tout comme il ne l’appelle pas Catwoman mais Selina.

Durant les événements d’A Long Halloween, Selina sauve Batman de Poison Ivy. Cependant leur histoire se termine le 4 juillet après que Bruce ait refusé ses avances par deux fois : une fois en tant que Bruce, et une en temps que Batman. Dans Batman: Dark Victory, elle le quitte et part de Gotham pour un moment. Les deux se recroisent dans un opéra bien des années plus tard, durant les événements de l’arc Hush. Les deux s’allient pour faire face à une équipe de super-vilains, faisant de nouveau vibrer leur attirance mutuelle. Durant cette arc, Batman dévoile sa véritable identité à Catwoman, preuve qu’il a une confiance absolue en elle et qu’il l’aime.

Il y a aussi la version de cette romance sur Earth-2, où Bruce et Selina ont fait équipe et se sont mariés. Ils ont eu une fille, Helena Wayne, connue sous le nom de Huntress. Celle-ci reprit le flambeau de son père en tant que protectrice de Gotham, lorsque celui-ci se retira pour prendre le poste de commissaire de Gotham. Finalement, dans la ligne temporelle de Earth-1, Bruce Wayne finira par demander Selina Kyle en mariage, et celle-ci lui dira oui ! Cette relation définit en grande partie le personnage de Catwoman, car nombre de ses aventures finissent par croiser le chemin du chevalier noir, et cela influence le dénouement de l’histoire.

La dernière chose est que ce lien entre Batman et Catwoman ne se restreint pas seulement à la romance : elle est en quelque sorte une version de Batman au féminin, avec un sens moral moins rigide que ce dernier bien évidemment. En anglais, chauve-souris (bat) rime avec chat (cat), tous deux sont des petits mammifères noirs et assez communs à Halloween ou dans le thème de la sorcellerie. Le chat noir est un symbole de furtivité, de grâce féminine et de discrétion. Une ombre animée dans la nuit. En tant que sombre anima de Batman, elle est une concubine de choix pour la partie « combattant du crime » de sa personnalité, tout en étant une frustration pour lui. Comme Batman, Catwoman est une hors-la-loi (oui on oublie souvent que les justiciers sont des hors-la-loi), à la morale changeante et costumée. Elle est compatible avec son côté sombre, mais pas avec son autre soi. Du coup leur flirt n’est pas seulement romantique, mais il représente aussi ce désir de flirter avec le diable : Bruce doit constamment faire avec son dilemme entre son envie de l’arrêter et son envie de la protéger. Selina quant à elle est aussi frustrée vis-à-vis de Bruce que ce dernier vis-à-vis d’elle : en tant que personne partie de rien, elle aspire à l’opulence dont a joui Bruce depuis qu’il est né. Selina est la représentation de ce côté gris, moralement ambigu qui se trouve en lui, et en chacun de nous. Elle est la représentation de ces vilaines pensées inconscientes avec lesquelles on joue, on flirte. Cela en fait il un personnage mauvais pour autant ? Ou nous-même, sommes-nous des gens malintentionnés ? 

Mais au final, Catwoman souffre-t-elle de troubles de la personnalité ? On pourrait penser qu’elle est kleptomane, mais cela serait faux car Selina ne ressent pas le besoin compulsif de voler. Elle ne vole que pour améliorer sa vie, sa condition ou celle des gens qu’elle aime. Si elle doit aider et faire changer les choses à Gotham, elle cherche à aider les gens pauvres, les marginaux, car elle le fût elle-même à un moment donné de sa vie.

Catwoman est un personnage que j’ai découvert en même temps que Batman, dans la série Batman: The Animated Series. Pour moi, j’ai toujours vu Selina Kyle comme un électron libre, un être indomptable qui refusait d’avoir un maître ou d’en être un. Elle est, je pense, simplement quelqu’un qui essaie d’améliorer sa vie du mieux qu’elle peut et de survivre. Cette partie de sa personnalité est d’ailleurs très bien portée à l’écran dans le film The Dark Knight Rises et dans la série Gotham. Elle est réellement un chat sous forme humaine : quoique l’on fasse, elle ne fera les choses pas parce qu’on veut ou on lui demande, mais simplement quand elle en aura envie et quand elle aura décidé de les faire. Elle est le côté indomptable de la nature humaine, ce refus de sacrifier une once de liberté. Une volonté de vivre sa vie comme elle l’entend, de ne laisser personne lui dire quoi faire. Je pense en fait que Catwoman est un des personnages qui représente le mieux l’homme dans sa vie, oscillant entre le bien et le mal, essayant de faire au mieux au jour le jour.


A propos de Max Chauvineau

L'un des deux éditeurs à la tête de l'équipe française de L'Univers des Comics, Max vous donne rendez-vous chaque mois dans sa chronique, "Le Divan des Héros"

Laisser un commentaire