REVIEW SANS SPOILER : le premier épisode de « Black Lightning »


En ce 19 janvier 2018, les hostilités sont lancées et relancées chez The CW, l’excitation étant à son plus haut comble. Les projets, de toute sorte et de tout horizon, créent chez les spectateurs une forme d’admiration secrète. Quel est ton super préféré ? Quels pouvoirs aimerais-tu avoir ? A bon nombre de ces questions, les réponses ne sont pas toujours dessinées, les décisions étant plus difficiles à prendre années après années. Car, oui, il y a les héros d’hier, de maintenant et de demain. Aujourd’hui, place à Black Lightning, petit « poucet » qui a fait ses grands débuts sur la chaîne américaine. L’ambiance est donnée, le ton aussi : la nouvelle série DC risque fort d’en surprendre plus d’un. Explications.

 

Freeland, ville moderne et contemporaine, est en proie à de radicaux changements. Des guerres de gangs ternissent la réputation de la métropole. Le peuple, mécontent, proteste dans les rues et l’on comprend très bien pourquoi : agents corrompus, racisme et confrontations à l’arme blanche prennent le pas sur l’histoire. Il n’en faut pas plus pour qu’un héros se fasse (très secrètement) désirer par l’opinion publique. Parce qu’il y a 9 ans de cela, Freeland était un endroit sûr, surveillé par Black Lightning, un super-héros ayant la capacité de contrôler les forces magnétiques. Mais parce qu’il a frôlé la mort, notre héros, Jefferson Pierce, décide d’abandonner son costume pour se consacrer à sa vie de famille.

 

 

Principal de l’école de Garfield High depuis 7 ans, il œuvre à la paix dans sa ville, refusant toute prise de tête avec les gangs. Mais parce qu’un novice ose faire le pas de travers en mettant en danger l’une de ses deux filles, Jefferson ne peut se contenir ; BLACK LIGHTNING IS BACK (un thème musical engagé appuiera ce petit dicton) !

Dès lors, les ennuis risquent de faire mal à Jefferson Pierce et à son entourage, puisque les spécimens auxquels il se frotte sont particulièrement venimeux !

 

 

Intelligent, sombre mais aussi engagé, le pilote de Black Lightning introduit avec beaucoup de justesse ses personnages, le potentiel de la série n’étant pas uniquement basé sur son super. Les deux filles de Jefferson, Anissa et Jennifer, ainsi que son ex-femme Lynn Pierce, vont constituer un arc narratif plus qu’intéressant. Les amis proches du père de famille, Henderson et Peter Gambi (sorte d’Alfred de Black Lightning), sont déjà sur le ton de la réflexion. LALA, chef du club One Hundred et sbire de Tobias Whale, fait valoir son appartenance à tout ce qui a pourri la ville (une certaine classe en plus).

Décision importante de la part du showrunner, Tobias Whale se fait assez discret lors de ce premier épisode. Mais bon, vu le tempérament et son amour pour le sadisme (des piranhas à Freeland, pourquoi pas ?), il risque d’être très présent à l’écran par la suite, lui qui était persuadé d’en avoir fini avec Black Lightning. Bizarrement, nous, on commence juste, et pourtant, on adore !

L’épisode 2 de Black Lightning arrivera sur CW le mardi 23 janvier.

Laisser un commentaire