DANS LES COULISSES: Frank Miller


Auteur parmi les auteurs, légende parmi les lecteurs de comics, Frank Miller est une des personnalités les plus influentes du monde des comics. Travaux matures et polémiques sont les maitres mots du travail de Miller.

Frank Miller est un auteur et dessinateur de comics qui a débuté en septembre 1978 dans une adaptation comics de The Twilight Zone. Miller a depuis signé certaines des œuvres les plus connues au monde comme Sin City, 300, The Dark Knight Returns ou encore plusieurs runs sur Daredevil. Découvrons à l’occasion du Bat Family Month si le style de « film noir » de Miller se retrouve dans l’un des comics qui a fait sa renommée :

UNE OEUVRE A LA LOUPE

The Dark Knight Returns

Frank Miller

BOOK ONE

The Dark Knight Returns s’ouvre sur une Gotham en proie au crime et au désespoir. Le contexte est placé. Depuis 10 ans, le chevalier noir n’a fait aucune apparition et Bruce Wayne, vieillissant, passe tranquillement sa vie au volant de sa voiture de course, toujours accompagné par Alfred Pennyworth qui se fait dangereusement vieux. Alors qu’un des plus vieux amis et ennemis de Batman, Harvey Dent alias Two-Face, est libéré de prison et que l’on se demande si c’est à raison ou à tort, un gang qui se fait appeler le gang des mutants terrorise les habitants de Gotham, forçant Batman a sortir de sa retraite. Le chevalier noir aide ici et là de pauvres habitants de la ville menacés par des membres du gang. Il se rend alors compte que ses réflexes ne sont plus ce qu’ils étaient et qu’il n’est plus aussi rapide qu’avant. Dent tente alors un coup et se fait stopper par Batman pour la dernière fois.

BOOK TWO

On découvre une adolescente Carrie Kelley qui s’improvise, non pas sans mal, Robin. Celle-ci tente d’aider des citoyens de Gotham. Alors que la situation en ville se désagrège, Batman attaque, seul, l’armée des mutants (qui n’ont de mutants que le nom) au volant de sa Batmobile. Alors qu’il a déjà mis hors-circuit plusieurs mutants, le chef du gang le provoque et le défie de sortir de sa voiture pour l’affronter seul à seul. Le héros sort et le combat démarre. Le protecteur de Gotham perd vite du terrain et se retrouve au sol en train de se faire tabasser. Laissé pour mort, il est sauvé par Kelley qui le traine jusqu’à sa voiture, le place dedans et se retrouve dans la Batcave. En parallèle on retrouve le président des Etats-Unis qui est ennuyé par cette mauvaise publicité et envoie Superman raisonner son meilleur ami. Alors qu’il se remet petit à petit de ses blessures, Wayne met au point pour vaincre le chef des mutants. Il donne ensuite rendez-vous à celui-ci dans un bourbier. Le combat qui oppose les deux hommes est violent et laisse le chef des mutants inconscient alors que Batman se relève difficilement de ses blessures.

BOOK THREE

On retrouve le commissaire Gordon qui évoque la passation de pouvoir de son poste puisque celui-ci se fait trop vieux. La relève est prise par le commissaire Yindel qui a un avis très différent de celui de Gordon sur Batman et qui déclare le croisé en cape hors-la-loi. Wayne retrouve Clark Kent chez lui et le second essaie de raisonner son meilleur ami. L’entrevue plutôt tendue entre les deux hommes laisse entendre que Wayne ne se pliera pas aux exigences du président. Le lendemain, un autre ennemi de Batman, bien plus dangereux, fait son apparition dans une émission télévisée. Le Joker tue tous les spectateurs qui assistaient à l’émission. Batman, qui arrivait afin de rattraper le Joker se retrouve face à la police qui lui tire dessus. Il parvient à s’échapper et retrouve le Joker dans une fête foraine. Batman poursuit son plus vieil ennemi plus violemment que jamais, remettant en cause son code de l’honneur. Alors que le Joker se stoppe en plein milieu du tunnel de l’amour, Batman le rattrape et un duel violent s’ensuit. Finalement, le chevalier noir prend le dessus et paralyse le Joker. Celui-ci se tord, se brise la colonne vertébrale et meurt.

BOOK FOUR

Après le meurtre qu’il a supposément commis, Batman devine que Superman va venir le chercher. Alors que le reste de la ville est mis à feu et à sang par le reste du gang des mutants, Batman regroupe un petit groupe d’ex-mutants qui veulent le suivre et apprendre à ses cotés et leur demande d’affronter leurs anciens amis. Une fois la crise finie, Superman qui vient d’empêcher une crise nucléaire, débarque à Gotham pour mettre Bruce hors d’état de nuire. S’en suit l’un des combats les plus impressionnants des comics entre Batman et Superman. A l’aide de kryptonite, de missiles, de sa nouvelle armure et de l’électricité de la ville, l’homme chauve-souris affronte son nouvel ennemi sous la neige.

« Tu nous as vendus, Clark. Tu leur as donné… le pouvoir… qui aurait dû être le notre. Comme tes parents te l’ont appris. Les miens m’ont enseigné une autre leçon… alors qu’ils gisaient dans cette rue… en état de choc… en train de mourir pour rien… ils m’ont montré que le monde n’a de sens qui si on le force à en avoir un…« 

Alfred qui avait pour ordre de détruire le manoir Wayne, accomplit une dernière fois sa mission avant de s’effondrer dans la neige, victime d’une crise cardiaque. Alors que Wayne a le dessus grâce à la kryptonite il dit à l’homme d’acier :

« Ça n’a pas été facile à synthétiser… ça a demander des années… et une fortune… par chance, j’avais les deux… Tu commences à comprendre, Clark… c’est la fin… pour tous les deux… Nous aurions pu changer le monde…et là, regardes-nous… Je suis devenu… un enjeu politique… et toi… tu es… une caricature… je veux que tu te souviennes, Clark… pour toutes les années à venir… dans tes moments les plus intimes… Je veux que tu te souviennes… de ma main… sur ta gorge… je veux que tu te souviennes.. du seul homme qui t’ait battu…« 

Le cœur de Wayne lâche alors et celui-ci s’effondre par terre. Bruce Wayne meurt, seul face à l’homme de demain.

Alors que l’enterrement de celui-ci à lieu, Kent entend un soubresaut dans la tombe et découvre que parmi les amis de Wayne, Kelley est présente, cachant maladroitement une pelle sous ses vêtements. Kent fait un clin d’œil à Carrie puis part, souriant. On découvre que Wayne a utilisé une substance chimique pour stopper son cœur pendant un certain temps. On retrouve ensuite le héros accompagné de son groupe d’ex-mutants dans une autre cave mettant en place l’avenir du combat contre le crime de Gotham ici.

« Cela commence ici…une armée…pour donner un sens à un monde infesté par de pires fléaux que les voleurs et les assassins… Ce sera une belle vie…assez belle.« 

Miller signe ici une des prestations les plus connues voire la plus connue sur le chevalier noir, dépeignant un Batman vieillissant qui affronte tour à tour son pire ennemi et son meilleur ami. L’auteur trouve toujours un moyen différent de faire avancer l’histoire que cela soit avec les dialogues, avec les pensées des personnages mais également avec les présentateurs télé qui sont omniprésents dans tout le comics. C’est d’ailleurs une prise de position forte de la part de Miller que de raconter l’histoire du point de vue des journalistes et des citoyens même si le narrateur reste toujours le personnage principal, Batman.

Les teintes du comics sont très froides et on retrouve beaucoup de bleu et de gris. Ces teintes sombres soulignent la dureté du récit et sa prise de position différente des autres comics. Le trait de Miller est très particulier et cela peu repousser plus d’un lecteur cependant le trait de l’auteur-dessinateur personnifie plutôt bien la douleur que ressent Bruce Wayne lorsqu’il enfile son costume ou l’anarchie présente dans les rues de Gotham.

Le comics traite d’une question très rarement rencontrée dans les comics : comment la carrière d’un super-héros se conclut ? Miller apporte une réponse à demi-mot : la mort. Effectivement, si le chevalier noir ne meurt pas réellement et que son symbole reste présent, aux yeux des citoyens et de ceux qu’il protège, Batman est mort. Il évoque aussi la question du héros aux ordres d’une puissance politique. Ici Superman sous les ordres du président américain, reste le grand méchant du comics qui force le héros à s’enterrer.

Si on se penche un peu sur les personnages principaux, on se rend compte qu’à part Carrie Kelley, Miller les a dessinés difformes, sorte de reflet d’eux-même dans un monde où la violence et l’horreur sont devenues monnaies courantes.

Miller évoque aussi en sous-texte la question  « Est-ce que les héros peuvent tuer ? » et c’est en partie ce qui fait que The Dark Knight Returns est une des œuvres les plus connues.

Miller joue énormément avec les ombres. Lorsque l’on y prête attention, on se rend compte qu’elles sont extrêmement présentes aussi bien à Gotham que pour le personnage de Superman comme si l’auteur voulait une nouvelle fois souligner la dureté de son récit. Une des choses que semble particulièrement affectionner Miller, c’est le fait de dessiner un personnage entièrement en ombre mais de laisser un détail ou un élément de ce personnage à la lumière (souvent sa cape) ce qui contraste totalement et donne une identité visuelle forte et propre au comics.

The Dark Knight Returns est indéniablement un classique et un livre à avoir lu au moins une fois tant la narration est excellente et le dessin adapté au style du comics. L’histoire est prenante, nous racontant avec réalisme quelle aurait été la réaction de Bruce Wayne si il avait été confronté à tout ceci. C’est d’ailleurs une partie du comics que l’on peut retrouver dans Batman v Superman: Dawn of Justice de Zack Snyder qui a réutilisé quelques idées et designs du comics.

The Dark Knight Returns est à lire absolument si l’on est un fan des aventures du chevalier noir et de récits originaux.

 

Biographie :

Né le 27 janvier 1957 dans le Maryland dans une famille catholique irlandaise, Miller est le cinquième de sept enfants. Lors de son enfance, Miller est un fan de comics à tel point qu’il envoie une lettre à Marvel. Son premier travail est publié dans les pages de Gold Key Comics après la recommandation de Neal Adams. Après avoir écrit pour un comics adapté de l’émission télévisée The Twilight Zone, Miller rejoint DC Comics où celui-ci enchaine les comics de guerre. Après cela, Miller s’installe chez Marvel en tant que remplaçant et artiste de couverture avant de s’intéresser à Daredevil puis d’en devenir le dessinateur régulier.

Miller enchaine alors les comics chez DC et Marvel puis il en vient au comics qui va le rendre célèbre : The Dark Knight Returns et enchaine avec Batman: Year One. Ensuite, l’auteur-dessinateur travaille sur des titres comme 300 et Sin City qui ne vont que confirmer sa popularité.

Dans les années 2000, Miller continue à travailler pour DC Comics et de 2015 à 2017, il publie la suite des aventures du chevalier noir intitulées The Dark Knight III: The Master Race.

Plus récemment Miller a travaillé avec John Romita Jr. sur le comics Superman: Year One.

 

Bibliographie :

 

Chez Marvel Comics :

-John Carter, Warlord of Mars #18

The Complete Frank Miller Spider-Man

Marvel Two-in-One #51

Daredevil by Frank Miller & Klaus Janson Omnibus

Daredevil Omnibus Companion

Elektra by Frank Miller & Bill Sienkiewicz

Marvel Spotlight vol. 2 #8

Marvel Preview #23

Power Man and Iron Fist #76

-Bizarre Adventures #31

-Fantastic Four Roast

What If? #34

Wolverine #1-4

Incredible Hulk Annual #11

Marvel Fanfare #18

Sensational She-Hulk #50

 

Chez DC Comics :

Weird War Tales

Unknown Soldier #21

Batman: The Greatest Stories Ever Told Vol.1

-Batman: The Dark Knight Returns

-Batman: The Dark Knight Strikes Again

-The Dark Knight III: The Master Race

-The Dark Knight Returns: The Last Crusade

Batman: Year One

All Star Batman & Robin, the Boy Wonder #1-10

Ronin #1-6

Superman #400

Fanboy #5

Superman and Batman: World’s Funnest

Orion #3

 

Chez Dark Horse Comics :

The Life and Times of Martha Washington in the Twenty-First Century

Hard Boiled #1-3

Sin City

RoboCop vs. The Terminator #1-4

Madman Comics #6-7

The Big Guy and Rusty the Boy Robot #1-2

Dark Horse Présents (Lance Blastoff!)

300 #1-5

Dark Horse Maverick 2000 

9-11: Artists Respond, Volume One

Dark Horse Maverick: Happy Endings

Autobiografix

Usagi Yojimbo #100

 

Autre :

Twilight Zone

Ms. Tree #1-4

Strip AIDS U.S.A.

AARGH! #1

Spawn

Bad Boy

Holy Terror

 

Faits Divers :

-Miller est écrivain, dessinateur, acteur, réalisateur, producteur et scénariste.

-Il a fait plusieurs caméos dans les films Robocop 2, Daredevil, Sin City, The Spirit et Sin City: A Dame to Kill For.

-Il a été récompensé à de nombreuses reprises : il a gagné un Inkpot Award, 7 Eisner Awards, 4 Kirby Awards, 3 Harvey Awards et un Scream Award.

-Miller est connu pour son fort tempérament et a fait plusieurs fois l’objet de polémiques autour de son travail ou de son image publique.

-Miller a toujours été attiré par les armes à feu et on le retrouve énormément dans ses comics. Il est aussi fasciné par la violence, la perversion et le terrorisme.

-Il a réalisé les deux films Sin City.

-Voici son compte Twitter : https://twitter.com/frankmillerink?lang=fr

 

Galerie d’illustration :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Frank Miller, légende du comics, a contribué à développer de nombreux univers et a inspiré de nombreux créateurs de comics d’aujourd’hui.

Laisser un commentaire