REVIEW SANS SPOILER: Supergirl, la troisième saison


Supergirl a fini sa troisième saison qui est la seconde saison diffusée sur la CW dans l’univers DCTV de la CW !

Diffusée sur la chaine américaine tout comme Arrow, The Flash et Legends of Tomorrow et faisant partie, à ce titre du cross-over annuel de l’univers DCTV, Supergirl a bien grandi depuis son premier épisode.

Si la première saison de la série centrée sur l’héroïne d’acier vous avait parue un peu niaise dans ses thématiques abordées et dans ses façons de les amener, la troisième a opéré quelques changements.

Le ton de la série est bien plus sombre et on peut l’observer assez facilement en regardant les preview de chaque semaine dont le ciel en arrière-plan du logo de Supergirl s’obscurcissait. Ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. On peut également observer qu’une plus importante partie de la série se passait la nuit comparée aux deux premières saisons. Cela témoigne d’un réel changement de direction.

Ce changement de direction s’opère également dans les thématiques abordées. Bien entendu, les showrunners de la série Jessica Queller et Charles Rovner, dont on a entendu parler il y a quelques jours, ont gardé les thèmes abordés dans les saisons précédentes comme la famille ou l’amour mais ceux-ci sont plus adultes et l’héroïne doit faire face à des situations plus dures et prendre des décisions plus adultes.

Supergirl a grandi et aussi bien en tant que personne qu’en tant qu’héroïne.

Melissa Benoist est toujours étincelante en Kara Danvers/Kara Zor-El/Supergirl et parvient bien à incarner les différentes facettes du personnages ce qui fait appel à une palette de  jeu intéressante. Mehcad Brooks s’en sort mieux dans cette saison que dans la précédente dans le rôle de Jimmy Olsen. Les scénaristes ont rendu le personnage plus intéressant le faisant prendre ses propres choix et sortir de l’ombre de Kara. C’est également grâce à ce nouvel alter-égo de Guardian que le personnage prend de la consistance. On retrouve également Chyler Leigh dans le rôle d’Alex Danvers qui gagne aussi en consistance et devient plus touchante au fur et à mesure des épisodes. Que dire de Winn Schott incarné par Jeremy Jordan qui n’ait été dit ? C’est un personnage haut en couleur qui est toujours plus ou moins comique et cette saison les showrunners ont également décidé de creuser son background. Il reste néanmoins un personnage frais que l’on prend plaisir à retrouver. Chris Wood, que l’on ne reverra pas de sitôt, est toujours aussi charismatique en Mon-El et remplit bien le rôle de personnage dont on arrive pas à deviner les sentiments. On retrouve David Harewood dans son rôle de Martian Manhunter qui lui aussi prend du volume. On s’intéresse bien plus à son personnage que dans la saison précédente notamment avec le retour de son père sur le devant de la scène. Enfin on découvre pour la première fois dans la série le personnage de Reign/Samantha Arias joué par Odette Annable. Même si les scénaristes ont rejoué la carte du « méchant qui vient de Krypton« , la dualité du personnage le rend intéressant. Sam est touchante pour son coté mère courageuse qui a élevé une fille seule (qui rebondit avec l’envie d’Alex de devenir mère) et Reign est impressionnante pour son premier combat contre Supergirl. Le personnage de Lena Luthor joué par Katie McGrath est également de la partie est devient de plus en plus intense, suivant sa propre voie et se détachant de celle de son frère.

De nombreux méchants reviennent également et notamment Livewire qui évoque le fait qu’un méchant n’est pas méchant par définition et qu’une personne peut changer malgré ce qu’en pensent les gens autour d’elle.

Tout en restant dans les thématiques abordées, les auteurs ont modifié Supergirl et l’on fait devenir plus mature.

La composition musicale autour de Supergirl est plus marquée et de temps en temps la musique est plus impactante contrairement à la saison dernière. La musique de Blake Neely souligne toujours aussi justement les moments plus calmes et tristes.

Cette saison est plus triste et plus touchante que la dernière sans manquer d’action pour autant. Les personnages sont bien plus approfondis, ont chacun leur personnalité et sortent de l’ombre de l’héroïne. L’histoire est plus intéressante et plus personnelle pour l’héroïne et touche donc plus le spectateur.

Vous pourrez retrouver la quatrième saison de Supergirl en automne prochain sur la CW.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.