LES TRÉSORS DU COMICS: Ronin


Novembre, on lâche les sucreries pour un mood toujours plus automnal et on s’intéresse de près à une œuvre qui donne envie de rester à l’intérieur. Préparez-vous à vous projeter dans un avenir proche qui n’a rien de reluisant… C’est parti pour un nouveau Trésor du Comics, avec le célèbre Ronin de Frank Miller !

Que diriez-vous pour quelques instants d’enfiler un regard des années 80 et de le poser sur l’avenir tel que vous le vous seriez imaginé à l’époque, ou avez un jour pu vous l’imaginer. Ronin nous offre un aperçu d’un vingt-et-unième siècle bien SF, à la manière des auteurs de l’époque. Une technologie surdéveloppée, une Amérique qui s’effondre sur elle-même, les hommes vénérant la violence et leurs égouts se remplissant d’horreurs sans nom… La grande joie, quoi !

Alors que travaillent main dans la main une intelligence artificielle, un infirme télékinésiste et une responsable de la sécurité badasse, un Ronin et le démon qu’il poursuit sont libérés d’un sabre, débutant une course sans fin au travers un New York rongé par la misère et la violence. Les gangs sado-maso dominent, la torture est de bon goût, et les cannibales servent de rats aux habitants de ce Nouveau Monde déchu. Le seul but de ce Ronin : tuer le démon responsable de la mort de son seigneur, peu importe les obstacles et épreuves à surmonter.  

Ronin, c’est la mise en scène d’un clash entre la technologie surévolutive et le bon temps du sabre et de l’honneur. Folie, romance et combats perdus entre deux époques sont les ingrédients qui font de Ronin une œuvre réussie. Si le fil rouge est en lui-même plutôt classique, les rebondissements en son sein rendent la lecture addictive, et la fin quoiqu’un peu prévisible apporte un véritable pic à cette escalade entre le rêve et le cauchemar.

Sin City, 300, Batman: Year One, The Dark Knight ReturnsFrank Miller a marqué encore et encore l’ère des comics par ses œuvres originales et frappantes, illustrant comme ici ses propres scénarios sans se limiter dans ses choix de style. Avec Ronin, il s’attaque non seulement à une histoire cyberpunk dont l’influence se fait encore sentir à nos jours, mais crée aussi un univers graphique jamais vu, jouant sur des décors à l’aspect électronique. S’il ne s’attaque pas aux détails précis entourant les personnages, il n’en travaille pas de manière soufflante sur une multitude de traits envahissant les décors avec force. Découvrez quelques aperçus supplémentaires de son travail ci-dessous :

Empressez-vous dès à présent d’aller découvrir ce nouveau classique, en attendant notre prochaine découverte. Les Trésors du Comics seront de retour en janvier prochain, dédiant le prochain mois à jouer au chat et à la souris avec nos chers classiques…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.