Les histoires les plus marquantes du Joker !


Parmi les milliers de personnages de comics, certains intriguent toujours plus les lecteurs et l’un d’entre eux fait énormément parler de lui en ce moment :

Cet homme dont on ne sait rien depuis son apparition dans le comics Batman #1 écrit par Jerry Robinson, Bob Kane et Bill Finger et paru en avril 1940, terrorise la ville de Gotham depuis bientôt 80 ans sans qu’il ait pris une ride.

Mais revenons-en aux fondamentaux, vous savez désormais que ce sont en partie Bob Kane et Bill Finger qui ont créé le némésis du Chevalier noir (qu’ils ont également créé). Mais saviez-vous qu’il a été créé d’après l’adaptation du roman de Victor Hugo L’homme qui rit ?

Cheveux mi-longs, sourire presque douloureux, teint pâle, les créateurs du Joker trouvent en Conrad Veidt un personnage inspirant et décident de récupérer certains de ses attributs visuels pour créer leur personnage. Jerry Robinson quant à lui, apportera l’idée d’une carte Joker. Cette carte symbolique deviendra la marque de fabrique du tueur au fil des ans.

En fonction des comics ses origines divergent, comique raté pour certains, petit truand qui est tombé dans une cuve d’acide pour d’autres ou encore Martha Wayne, le Joker a cette faculté de toujours surprendre et aujourd’hui nous allons donc relater les plus grandes et les plus marquantes histoires du Joker dans les comics !


BATMAN CONTRE LE JOKER

Et comment parler du Joker sans parler du premier comics qui l’a vu naitre ?

La première apparition du Joker remonte donc à 1940 cependant ce que vous ne savez peut-être pas c’est qu’il devait mourir suite à son affrontement contre le Chevalier noir mais le responsable de la publication a décidé de le laisser en vie. Un choix plutôt visionnaire lorsqu’on sait le phénomène culturel qu’il est devenu.

On retrouve un peu toujours le même modus operandi ; Le Joker annonce dans un media qu’il va tuer une personne, évidemment la police et le Chevalier noir essaient de l’arrêter mais le Joker a un coup d’avance et réussit à tuer sa victime car il a toujours de l’avance sur ses ennemis. C’est donc un comics très important pour les lecteurs ainsi que pour le Joker car dans ce comics nait le début de sa personnalité.


THE KILLING JOKE

Le comics le plus connu à propos des origines du Joker c’est bien entendu The Killing Joke écrit par Alan Moore et dessiné par Brian Bolland (on vous le conseillait d’ailleurs plus tôt ce mois-ci). C’est également le comics où l’on découvre la violence dont est capable le Joker. C’est dans The Killing Joke que le Joker tire sur la fille de Gordon avant de forcer le commissaire à voir les photos de celle-ci nue dans le but de le rendre fou et de prouver que tout le monde peut devenir fou. C’est également une des premières fois que l’on découvre qu’il y a une relation assez étrange entre Batman et son némésis. Un lien qui les unit, qui fait que l’un existe parce que l’autre existe. On découvre alors la fin en demi-teinte, nous laissant nous demander si le Joker n’a pas réussi sa blague finale.


UN DEUIL DANS LA FAMILLE

Autre pierre ayant bâti la légende du Joker, le comics Un deuil dans la famille prouve une fois de plus la folie et la cruauté de l’antagoniste. Comme la couverture le laisse penser, dans ce comics le Joker tue Jason Todd alias Robin alors que Batman est occupé ailleurs. Celui-ci arrive alors trop tard et découvre le cadavre de son jeune apprenti. Ecrite par Jim Starlin et dessinée par Jim Aparo, c’est l’une des premières fois où le Joker touche personnellement et très violemment le Chevalier noir en tuant son fils adoptif ce qui lie encore plus les deux ennemis. L’histoire qui entoure ce comics est, elle, plutôt particulière puisque la mort de Robin a été décidée par nul autre que les lecteurs !

En effet, conscient de l’impopularité de Jason Todd, Dennis O’Neil, éditeur de chez DC avait crée un sondage auprès des lecteurs pour savoir si le personnage devait vivre ou mourir. Ce choix s’est révélé judicieux puisque plusieurs années plus tard, après le retour de Jason Todd sur le devant de la scène, celui-ci est devenu un personnage plus torturé et plus intéressant pour le public ce qui l’a fait devenir l’un des Robin préférés des lecteurs. Ce comics est également l’un des comics coups de poings où Batman veut tuer le Joker pour ses actes horribles.


THE DARK KNIGHT RETURNS

Lorsqu’on parle des grandes histoires liant le Chevalier noir et le Joker, The Dark Knight Returns ressort souvent.

Ecrit par Frank Miller et dessiné par Frank Miller et Klaus Janson, l’histoire prend place dans un futur sombre et dystopique dans lequel Batman a vieilli et n’est plus apparu depuis plus de 10 ans après la mort de Jason Todd. On retrouve l’influence de ce comics un peu partout dans l’histoire de Batman aussi bien dans les comics qu’au cinéma. C’est dans ce comics que l’on découvre comment finirait l’affrontement entre Batman et le Joker si le héros perdait foi en sa croisade. La bataille finale entre les deux ennemis se conclut par le fait que Batman tente de tuer le Joker mais ne le fait pas. Le Joker se tord le cou jusqu’à se briser la nuque et mourir, le sourire aux lèvres.


LE DEUIL DE LA FAMILLE

A titre personnel, de tous les comics avec le Joker que j’ai lu, celui qui m’a à la fois le plus plu et le plus effrayé est la saga de Scott Snyder et Greg Capullo autour de la relation entre le Joker et son ennemi juré. Ce comics lie encore plus Batman et le Joker qu’il ne l’ont été jusqu’à présent. En effet dans ce comics le Joker ressort de l’ombre pour détruire ce qui entoure Batman, notamment Alfred Pennyworth et le commissaire Gordon. Le gros changement qu’apporte ce comics c’est que l’on apprend que le Joker connaitrait l’identité de Batman et qu’il reussit à emprisonner la fameuse Bat-Famille composée de Damian Wayne, Tim Drake, Barbara Gordon, Dick Grayson et… Jason Todd. Ce comics jouant avec les codes de l’horreur se conclut avec la disparition du Joker après cet échange alors que le Joker manque de tomber d’une falaise:

 -Pas comme ça, Joker. Pas par accident… Tout ce qui arrivera ce soir sera de mon fait. Parce que j’ai réfléchi à ce que tu m’as dit tout à l’heure, mon vieil ami. Au sujet de mon hésitation à te tuer. Alors, qu’en dis-tu Joker ? Et si j’osais enfin le faire, ce dernier pas ? Et si ce soir, je mettais définitivement fin au jeu ?
-Tu l’aimes trop, ce jeu ! Et que tu l’admettes ou pas, tu m’aimes, comme tu aimes….
-Plus maintenant. J’ai rompu le sort Joker. J’ai fait ce que tu t’es refusé à faire. C’est ici que tu as tourné les talons n’est-ce pas ? A cet endroit précis où mon submersible a plongé. Pas parce que tu n’aurais pas pu t’accrocher, mais parce que tu ne voulais pas savoir (l’identité de Batman). Or, Joker, je ne suis pas… je ne suis plus comme toi. Cette année, en ton absence, j’ai enfin découvert qui tu étais, avant.
-Tu mens ! Tu retournes ma blague contre m…
-Ton nom, ta famille, tout. Je vais te le chuchoter aux creux de ton oreille mon chéri.
-Non !

Voici ce qu’il se passe alors :

Cette histoire marque l’apogée de la relation étrange entre le Joker et Batman. Si vous désirez en découvrir plus sur ce comics je vous invite à aller voir les numéros de Dans les coulisses qui lui sont consacrés.

N’hésitez pas à nous donner vos avis sur vos comics préférés centrés sur le Joker !

NB : Au cours de cet article, vous avez notamment pu retrouver des liens redirigeant vers les pages Amazon des différents comics proposés. Il ne s’agit en aucun cas d’un article sponsorisé mais bien d’une sélection de notre part. L’Univers des Comics touche toutefois une commission sur les achats si vous les faites via ces liens. Cela ne vous coûte rien de plus que le prix de votre panier et cela aide le site à grandir et vous fournir du contenu de qualité. Si vous voulez récompenser les conseils que nous concoctons, pensez-y 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.