LES ARCHIVES MARVEL : 1958 !


En 1958, suite au lancement de Spoutnik 1 par l’Union soviétique l’année précédente, les américains s’empressent de lancer leur propre premier satellite : Explorer 1. Ces mêmes américains créént également une agence spatiale appelée Nasa. Alors que le nucléaire se propage partout sur la planète comme source d’armement et de fournisseur d’électricité, les premières campagnes anti-nucléaire voient le jour en Grande–Bretagne. On notera aussi qu’en cette année, le premier avion commercial transatlantique relie New York et Londres. A Bruxelles, voit le jour l’exposition universelle pour laquelle sera construite l’Atomium.

En musique, George Harrison rejoint McCartney et Lennon et forment le groupe The Quarrymen qui durera jusqu’en 1960. Chuck Berry enregistre la chanson Johnny B. Goode. On notera les naissances de Prince, Kate Bush, Madonna, Michael Jackson et, dans un autre registre, Francis Lalanne.

Au cinéma, Orson Welles sort son Touch of Evil. On soulignera la naissance de beaucoup de beau monde en cette année 1958 : Sharon Stone, Gary Oldman, Michelle Pfeiffer, Lambert Wilson, Alain Chabat et un certain Tim Burton.

Dans le monde de la bande dessinée francophone, le Journal de Spirou sort en prépublication Johan et Pirlouit : Le flûte à six trous qui deviendra par la suite La flûte à six Schtroumpfs et marque donc la première apparition des fameux Smurfs comme disent les engliches.

Dans l’équipe de Martin Goodman, 1958 c’est l’année où l’on va panser ses plaies et que l’on va se concentrer sur ce qui est important. Malgré que Stan Lee passe à deux doigts du chômage car Goodman envisage un moment de fermer la division de comics, celui-ci parvient à tirer son épingle du jeu. En effet, après toutes ces années à remplir une soixantaine de publications par mois sans vraiment prendre le temps de se pencher sur leur qualité, les restrictions mises en place par IND permettent à Stan Lee de prendre les rênes. Stan Lee écrit maintenant quasi la totalité des publications et ce qu’il ne sait pas, il fait appel à des auteurs indépendants et le plus souvent son propre frère Larry Lieber. Cela permet de créer une équipe, certes menue, mais soudée et ce sera la base de l’ère Marvel qui arrive à grand pas.

Mais qui compose principalement cette équipe ?

JOE MANEELY

Stan Lee comptera d’abord sur Maneely, son illustrateur favori du moment. D’une polyvalence à toute épreuve, il est capable de passer du western, au comics de guerre, au comics pour enfant et animaux rigolos avec une grande aisance. Malheureusement, l’homme meurt en juin à l’âge de 32 ans, tombé entre deux wagons d’un train en rentrant chez lui. Ce fut une perte terrible car s’il avait vécu, il aurait été une pierre angulaire de l’ère Marvel.

JACK KIRBY

Avec le décès de Maneely, Lee fait de plus en plus appel à Kirby qui a déjà de longues années d’expériences derrière lui et qui fait de lui un partenaire indispensable. Kirby est d’une rapidité époustouflante dans son travail. Il est capable de rendre plusieurs numéros complets par mois. C’est avec lui que Lee commencera à développer une manière de créer des histoires de comics. Jusque là, l’idée était de créer une trame scénaristique précise, des règles artistiques strictes et tous les dialogues pour le comics avant son élaboration. Lee va désormais laisser un champ d’action plus vaste en ne fournissant que les grandes lignes de l’intrigue. C’est grâce à cette nouvelle méthode que Marvel va devenir un comics aussi visuel et basé sur l’action qui fera son succès.

STEVE DITKO

Le talent grandissant des aventures Marvel coïncidera avec le fait que Ditko améliore au fur et à mesure son talent de conteur. En plus de ça, ses illustrations étant plus subtile que celles de Kirby apporteront une sensibilité à l’univers ainsi qu’une manière intelligente d’identification à l’homme de tous les jours. Il ajoutera de la profondeur aux personnages Marvel et travaillera également avec Stan Lee sur des adaptations télévisées.

D’un point de vue éditorial, il n’y a pas de grands changements durant l’année 58. Les 8 publications autorisées restent 16 titres (chaque publication paraît une fois tous les deux mois) ce qui laisse une amplitude de création. On notera la première publication post-Atlas écrite par Stan Lee et inspirée par le gain de curiosité envers la science fiction grâce aux différents satellites envoyé dans l’espace. Strange Worlds n°1 raconte l’histoire de soucoupes volantes mais n’aura qu’une durée de vie assez courte.

On s’arrête ici pour 1958. On se retrouve la semaine prochaine pour 1959 !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.