CRISIS OF INFINITE REBOOTS: The Death of Wolverine


Mes bien chers lecteurs, mes bien chères lectrices. Nous sommes réunis en ce triste matin d’octobre 2014 pour accompagner l’un des plus grands héros de notre génération pour son dernier voyage. Fraichement embarqué sur le Styx, Wolverine, Patch, Death Mutate #9601, Mai’keth ou simplement Logan, celui-là même qui a fait les choux gras de la Maison des Idées, n’est plus. L’Amérique se recueille et…

 

Hé doucement l’acolyte de bas-étage ! Je me retiens de t’en coller une du revers de la main dans l’coin de ta bouche. Wolvy n’a d’américain que ses santiags et ses cannettes de Pabst Red Ribbon. Il est aussi canadien que le sirop d’érable et William Shatner réunis !

 

Snif… tu peux le laisser.. bouhouhou… terminer son service !? Ne vois-tu pas que nous ne reverrons plus JAMAIS Logan ? Pas même la fin de milliers de mondes ne peut me faire oublier cette peine, lui qui a survécu à l’Enfer, le Schisme des héros, la guerre avec les Avengers et s’est frotté à Thanos jusqu’au pas de son antre interstellaire… RIP en paix petit ange aux favoris broussailleux et à l’haleine de cendar. 

 

Sérieux les gars ? C’est le moment ? Non parce que j’essaye de délivrer un service moi !
(Je savais que je pouvais compter sur vous pour me sortir de là merci vous êtes top) 
Allez mettre le boxon à un autre enterrement, celui de J.J.Jameson par exemple!
(Je n’avais plus d’idées et en plus je dois être à un enterrement de vie de jeune fille dans 15 minutes, franchement je vous en dois une belle) 

Je vais devoir… euh… tous vous laisser, mes bien chers lecteurs, mes bien chères lectrices. J’ai une urgence qui presse grave et je… comment ? La Chronique ? Ah. Bon. Ben, aujourd’hui nous allons parler de l’évent qui a bouleversé l’X-family depuis quatre ans :

A chimichanga a day, keeps the doctor away.

Quel personnage de la Maison des Idées est assez fort pour venir à terme de Wolverine ? Hulk ? Que ça soit sur la Terre-616 ou dans l’Univers Ultimate, notre X-Man en spandex jaune s’est frotté à plusieurs reprises à l’alter ego de Banner sans qu’un vainqueur ne soit jamais désigné. Le plonger dans l’acide ? « nuh-uh », son squelette en adamantium subsisterait et il lui suffirait de se régénérer grâce à sa moelle osseuse. Lui arracher le coeur ? Même si Jean Grey y est quasiment parvenue en tombant amoureuse de cet abruti de Cyclops, retirer le coeur de Logan n’aurait aucun effet.

Qu’est-ce qui rend le personnage si invincible ? Le lecteur lambda a tendance a oublier que le premier pouvoir de Wolverine est sa capacité à se régénérer. Ses griffes -et son squelette- en adamantium ne sont qu’un bonus délivré par le Département K et son Weapon X Project, avec les compliments du Gouvernement canadien. Si l’adamantium le rend -en théorie- indestructible, c’est grâce à son facteur régénérant que Wolverine survit. A moins que Deadpool ne l’ensevelisse sous le quatrième mur, rien ne peut techniquement venir à bout de Logan.

En 2014, Marvel dévoile l’évent de la rentrée: Death of Wolverine, une série de 4 numéros -et une série de tie-in- qui annonçait la dernière danse de notre héros, mettant un terme aux quarante années d’activité du X-Man.

Evidemment, les lecteurs ont roulé des yeux si fort qu’ils ont vu le fond de leur boite crânienne. « Pour qui nous prennent-ils chez Marvel, la dernière histoire de Wolverine ? Laissez-moi rire », ont susurré les fans se remémorant les dénouements de The Death of Superman, The Death of Captain America ou The Death of Spider-Man : Arrête ton char Ben-Hulk, dans l’univers des comics, il n’y a pas de mort définitive pour des personnages qui rapportent de gros biftons.

Et pourtant…

It came from the Mircoverse !

Alors qu’un virus tout droit sorti du microverse s’attaque à son système, Wolverine découvre avec effroi que le micro-organisme a annulé son facteur régénérant. La nouvelle se répand plus vite que la dysenterie dans un dispensaire de Jakarta et les ennemis de Logan ne tardent pas à lui tomber dessus. Mister Fantastic proposera son aide à notre héros et promet de remuer ciel et terre afin de réactiver son facteur régénérant. Alors qu’il apprend qu’il est la proie d’une chasse à l’homme, Logan se met en quête du commanditaire et découvre qu’il s’agit du Docteur Abraham Cornelius himself, le fondateur du programme Weapon X.

Après avoir éliminé la dernière expérience du Dr. Cornelius, Wolverine plante ses griffes dans un container d’adamantium avant qu’il ne soit mélangé aux agents chimiques et Cornelius et injecté à la créature. Ce faisant, Logan se retrouve recouvert d’adamantium et meurt, étouffé sous la couche durcie du métal. Avant de pousser son dernier souffle, il se remémorera les instants marquants de sa carrière.

The End… or is it ? 

Yes, it is.

Pour être honnête, les lecteurs ne s’attendaient pas à ce que Marvel respecte la mort de Logan. Alors oui, après Secret Wars, la Terre-616 héritera de Old Man Logan et X-23 reprend le flambeau de Wolverine mais notre bon Logan, celui-là connaitra -enfin- le repos qu’il mérite.

L’hommage vibrant de Charles Soule au personnage résonne à travers les quarante années d’aventure du héros et lui offre une sortie sans fanfare mais au cortège mortuaire chargé. Si les prémisses nous emmènent sur les lieux des premières aventures de la carrière de Wolverine, Soule nous emmènera dans la wilderness canadienne, les rues de Madripoor et le Japon : des lieux biens connus des fans de l’Arme X. Grand architecte de la fin de notre héros, Soule lui offre une fin un brin anti-climatique mais chargée en signification.

Death of Wolverine n’est pas un récit exempt de défauts. L’approche parfois spartiate de l’écriture de Charles Soule -qui nous a habitué à de bien meilleurs récits- tantôt sert la narration, tantôt en heurte le rythme. Cependant, l’event a le mérite de figurer dans le panthéon des oeuvres analysées dans cette chronique pour le caractère définitif et drastique de sa conclusion. Il sera, avec Old Man Logan, la principale source d’inspiration pour Logan de James Mangold.

N’empêche, Wolverine, comme ça, il ferait un super presse-papier ! Quoi ? Je suis encore allé trop loin ? Y’a quelqu’un ? Ne me laissez pas tout seul, je raconte des horreurs pour qu’on me remarque, sans vous c’est comme taper un hareng dans un corridor, personne ne l’entend s’étendre. Je ne suis même pas chauve, je me rase tous les matins et je raconte à mes voisins que je suis une chimio pour un cancer du colon juste pour leur dire que j’ai le derrière qui s’affaisse… Allô ?  On… s’appelle ? 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.