« La Fin des Irin » : une saga dantesque aux proportions universelles 1


Tous les ans, de nombreuses histoires naissent des esprits créatifs et inventifs de nombreux scénaristes ou dessinateurs. L’Univers des Comics se propose d’être un guide, amorçant la lecture de nouvelles œuvres de qualité.

Aujourd’hui nous revenons d’une lecture très différente de celles que nous faisons de manière générale. Last of the Irin est une saga dantesque aux proportions universelles qui nous propose de nous plonger dans une aventure pleine de rebondissements. Mais laissons donc le synopsis décrire l’histoire !

Cette trilogie suit le conflit entre deux dieux cananéens, les frères Yahweh et Baal, propriétaires de mines d’or et maîtres de nos esclaves d’ancêtres. Nous les connaissons mieux aujourd’hui sous les noms de Dieu et Diable. La querelle familiale interstellaire a eu des répercussions à travers l’histoire de l’humanité, et son chemin mène, en même temps qu’il se resserre, à une jeune arménienne immigrée qui grandit en Suède de nos jours. Alors que le conflit se ranime, Anahita reprend le flambeau de ses illustres ancêtres. Bientôt, notre histoire, notre existence même, n’est plus rattachée qu’à sa capacité à manœuvrer au cœur de ce funeste jeu d’amour, de vengeance et de richesses. Les aventures d’Anahita sont une invitation à la découverte de soi, et par-là même, à la découverte de toute notre espèce.

Voila un synopsis intéressant n’est-ce pas ? Eh bien le premier tome de La Fin des Irin (dans son titre français) l’est tout autant, dévoilant une histoire complexe qui met en place certaines pièces pour qu’on les comprenne bien plus tard. Cette histoire est servie par la qualité du dessin de Wouter Gort, splendide sur certaines pages comme celles que vous vous pouvez découvrir ci-dessous.

Le premier tome possède de très nombreuses qualités, les ombres sont très bien gérées et donne un aspect très réaliste aux magnifiques illustrations de Gort qui devaient être réalisées, d’après le créateur, dans un délai vraiment très court. Pour ce qui est de la création du comics, vous pourrez découvrir l’interview réalisée ledit créateur de La Fin des Irin dans quelques semaines !

Pour ce qui est du scénario travaillé à quatre mains entre le créateur et le scénariste, Rob McMillan, on retrouve des personnages complexes qui auraient totalement leur place dans notre monde tant ils semblent travaillés et profonds. On prend un malin plaisir à suivre les aventures de ces personnages si différents de ce que l’on peut retrouver chez de grands éditeurs. De plus l’univers est extrêmement riche et peaufiné jusqu’au moindre détail comme vous pourrez le découvrir dans notre article dédié au CODEX, qui sortira fin du mois et mettra en exergue l’énorme travail de recherche de la team créative du roman graphique.

Le seul petit point négatif ici est le temps que met l’action à arriver. Effectivement, ce premier tome a pour rôle de nous faire passer un grand nombre d’informations et il faut attendre un certain nombre de pages avant de voir les héros prendre part à l’action. Il faut dire que l’univers est extrêmement vaste et que les personnages sont nombreux. Cependant les pages ne se ressemblent pas et on ne voit pas défiler le roman graphique. On se retrouve assez rapidemment au niveau des dernières pages en s’étant pris dans l’histoire et triste de devoir laisser en plan ces personnages auxquels on s’est attaché !

Vous pouvez donc foncer voir le premier tome de La Fin des Irin qui publie chaque mercredi une nouvelle planche de l’histoire ! Et qui sait, peut-être que vous attendrez, tout comme nous, le second tome dont nous avons eu la chance d’avoir un avant-goût !


Restez connectés pour ne pas manquer notre article sur l’univers de La Fin des Irin fin novembre et notre interview exclusive du créateur du comics début décembre !


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Commentaire sur “« La Fin des Irin » : une saga dantesque aux proportions universelles