DANS LES COULISSES: Scott Snyder


Biographie :

Scott Snyder est né le 1er janvier 1976 et est un scénariste américain de comics, notamment connu pour son travail sur American Vampire, Detective Comics, Batman, Swamp Thing ou The Wake.

À l’âge de neuf ans, Snyder a assisté à un camp d’été où l’un des conseillers lui a lu The Eyes of the Dragon de Stephen King, une expérience qui, d’après Snyder «a vraiment amorcé mon amour du conte». A 11 ans il découvre le comics Batman: Year One scénarisé par Frank Miller. Enfant pendant les années 80 et vivant à Manhattan, il s’identifie au jeune Bruce Wayne et à sa ville d’origine: Gotham. Il a également été influencé par l’écriture de Denis Johnson, de Raymond Carver, de Rick Bass, de Joy Williams et de George Saunders.

Snyder a été diplômé de l’Université Brown en 1998 avec un diplôme en écriture créative, puis a travaillé à Walt Disney World pendant environ un an. Il a d’abord travaillé comme gardien, mais après s’être blessé l’épaule et quelques problèmes avec ses collègues, il a auditionné et a travaillé en incarnant certains des personnages. Snyder dit que Disney World a fortement influencé son écriture;

« Toutes les choses que j’ai fini par écrire, ces choses qui sont profondément effrayantes pour moi, l’engagement, grandir, la peur de perdre des proches, la merveille et la terreur de tomber amoureux – tout cela a été constamment joué autour de moi d’une façon étrange à Disney. »

Sa première collection d’histoires, Voodoo Heart, a été publiée par Dial Press en juin 2006. Elle a reçu d’innombrables critiques positives venant de diverses médias et même du New York Times !

En 2009, Snyder commence à écrire pour Marvel Comics. Sa première incursion dans le genre a été un one-shot se concentrant sur la première torche humaine, faisant partie des célébrations du 70e anniversaire de Marvel. Il écrit plus tard la mini-série, Iron Man: Black, qui a fait ses débuts en avril 2010.

En janvier 2011, Snyder signe le début d’une longue collaboration avec DC Comics en écrivant le Detective Comics No. 871. Lui et Kyle Higgins ont écrit la mini-série Batman: Gates of Gotham qui a fait ses débuts en mai 2011. Depuis, il a signé de nombreux comics Batman mais aussi Superman Unchained  avec Jim Lee (dont on a déjà parlé, dans la chronique de septembre), Swamp Thing et bien d’autres.

Il enseigne l’écriture au Sarah Lawrence College, à New York et à l’Université Columbia. Il vit à Long Island avec sa femme Jeanie et ses fils Jack et Emmett.

 

Bibliographie :

Voodoo Heart  est une série de nouvelles contant les aventures fantaisistes de personnages banals.

Human Torch Comics 70th Anniversary Special qui raconte une des aventures du héros.

Nation X #1 qui est un comics X-Men qui raconte la création d’UTOPIA, le havre de paix des X-Men.

Iron Man Black #1–4 dépeint un univers alternatif où la vie de Stark est en grand danger.

Severed #1–7 qui est une série d’horreur racontant le voyage de Jack Garron, jeune garçon de 12 ans qui part de chez lui alors qu’un homme avec une grande soif de chair hante les routes.

Wytches #1–6 est un comics dépeignant un univers ou les sorcières existent.

A.D.: After Death #1–3 décrit un univers ou l’on a trouvé un remède contre la mort.

Batman (voir ci-dessous)

  • The Court of Owls 
  • The City of Owls 
  • Death of the Family
  • Zero Year: Secret City 
  • Zero Year: Dark City 
  • Zero Year: Savage City
  • Graveyard Shift
  • Endgame 
  • Superheavy 
  • Bloom
  • Epilogue

Detective Comics v1 #871–881

Batman: Gates of Gotham #1–5

Batman Eternal décrit la vie dans une Gotham où le commissaire Gordon est en prison pour avoir tué des personnes.

Batman and Robin Eternal est la suite de Batman Eternal.

Talon #0–7  qui raconte l’histoire de Calvin Rose, membre de la cour des hiboux et machine à tuer.

Superman Unchained #1–9 raconte l’histoire de Wraith, personnage surhumain qui partage avec Superman quelques capacités. Ils font équipe jusqu’au jour ou Superman découvre que Wraith n’est pas aussi bon qu’il le pensait.

Flashpoint: Project Superman #1–3 reprend le fameux univers Flashpoint et illustre une aventure du Superman de ce monde.

Swamp Thing v5 est une histoire du héros du même nom.

The Wake #1–10 raconte l’histoire de Lee Archer, biologiste marine qui va dans les profondeurs du cercle polaire arctique jusqu’à un gisement sous-marin où elle découvre quelque chose de miraculeux et terrifiant.

 

Faits Divers

Stephen King a choisi deux des histoires incluses – « Wreck » et « Dumpster Tuesday » – pour la liste des anthologies des meilleures histoires américaines de 2007.

Voodoo Heart a été présélectionné pour The Story Prize en 2006.

American Vampire a remporté le prix Eisner Award (prix le plus connu dans le comics) de 2011 pour la meilleure nouvelle série, ainsi que le Harvey Award de 2011 pour la meilleure nouvelle série.

-Son compte Instagram : https://www.instagram.com/ssnyder1835/

-Son compte Twitter : https://twitter.com/ssnyder1835?lang=fr

-C’est un grand fan d’Elvis Presley.

UNE OEUVRE A LA LOUPE

Exceptionnellement, pour cette chronique, on va étudier non pas un mais tous le run de Greg Capullo/Scott Snyder comprenant les comics : The Court of Owls ,The City of Owls , Death of the Family, Zero Year: Secret City , Zero Year: Dark City, Zero Year: Savage City, Endgame et Bloom.

The Court of Owls

« Après une longue période d’absence, Bruce Wayne est de retour sous le masque de Batman, à la poursuite d’un mystérieux tueur en série aux allures de hibou, et dont la prochaine cible n’est autre que… Bruce Wayne. Plus il progresse dans son enquête, plus le Chevalier Noir rassemble d éléments sur les motivations de son ennemi. Il découvre alors une sombre vérité mêlant la famille Wayne aux fondations troubles de Gotham City. »

Ce comics nous plonge dans le passé tumultueux d’une Gotham sombre et dont les rues sont hantées par une organisation secrète. Les premiers échos de cette organisation secrète nous parviennent d’abord de légendes décrivant une assemblée des personnes les plus riches et les plus influentes de Gotham. Le fameux gotha de Gotham. Evidemment, cette société existe véritablement et ses objectifs sont contraires à ceux de Batman.

La Cour des Hiboux se caractérise plus comme une enquête de Batman sur cette organisation et est par conséquent bourrée de suspense. Wayne apprend la vérité sur l’existence de la cour qu’il pensait être une légende et se fait surprendre par un ergot avant de se retrouver en très mauvaise posture. Sauvé par Harper Row, Wayne retourne en boitant chez lui et découvre un ergot sans vie trouvé par Alfred dans l’eau glacée. Bruce étudie alors le corps et se rend compte qu’il s’agit de l’arrière-grand-père de Dick Grayson/Nightwing.

« Tu sais, Dick, certaines nuits, alors que je patrouillais, j’ai senti la ville m’observer. J’ai toujours cru qu’elle veillait sur moi, comme si j’étais de son bord, de sa famille, même. Tu te demandais ce que m’a fait la cour. La cour m’a révélé la vérité. La Gotham que je croyais mienne, que je croyais connaitre… elle n’existe pas. »

L’épisode se finit sur tous les ergots se lançant dans les airs, à la conquête de Gotham.

C’est ainsi que se finit La Cour des Hiboux ; Batman se remettant de sa défaite et les hiboux, victorieux, se lançant à la conquête de la ville.

Ce comics nous fait faire un bond incroyable dans l’univers du chevalier noir car aucun comics n’a alors autant exploré le passé et les sous-terrains de Gotham. Ce qui nous amène directement au second comics, la suite de La Cour des Hiboux, La Nuit des Hiboux !

The Night of Owls

« La Cour des Hiboux prend son envol, et la nuit à venir pourrait bien signer la mort de Gotham City elle-même. Lancés depuis les hauteurs de la ville, les Ergots, émissaires assassins de la Cour, ont pour mission de mettre à mort les personnalités les plus progressistes de la cité, laissant à leurs maîtres le champ libre pour étendre leur emprise. Les prochains noms sur leur liste ? Lincoln March et Bruce Wayne… »

L’histoire redémarre là où nous l’avions laissée ! Wayne, isolé dans son manoir se fait attaquer par les ergots.

S’en suit une formidable bataille du héros en peignoir (si si) qui combat un grand nombre d’assassins dans toutes les parties de sa maison. Commençant dans un couloir, il poursuit tant bien que mal son combat sur le toit de son manoir et s’enfuit dans la Bat-Cave grâce à un passage que seul lui connait. Il se réfugie alors dans un compartiment isolé suivi d’Alfred poursuivi par les ergots.

« -Tenez. C’est un micro-disque dur, sorti du gant de l’ergot. Voyez si vous pouvez en tirer des informations utiles. Et puis faites descendre la température de la grotte en dessous de zéro, le plus vite possible. Le sérum régénérant qui coule dans les veines des ergots est sensible au froid. En dessous d’une certaine température…

-Ils entrent en hibernation. Ou du moins en choc thermique. Mais avant que la paralysie soit effective, ils auront le temps de vous déchiqueter, monsieur. De plus, vous souffrirez vous-même d’un climat hostile.

-Pas d’inquiétude, Alfred, j ‘ai prévu de quoi me couvrir.

Utilisant toute sa force, son endurance et ses gadgets, le héros parvient à se sortir des griffes des ergots présents dans la cave, sauvés par des chauves-souris. Il continue alors son enquête et se fait attaquer par un ergot plus fort et plus rapide que les autres. Il lui révèle alors qu’il est son frère, Thomas Wayne Jr. qui a grandi à Willowood. Les deux « frères » se combattent alors et Bruce échappe de justesse à l’explosion. Plus tard on le retrouve en fauteuil roulant, se remettant de la nuit des hiboux.

La Nuit des hiboux est un comics aux proportions gigantesques à l’inverse de La Cour des Hiboux, plus intimiste, plus historique. Pour certains, ce deuxième volet des hiboux est moins réussi que le premier, étant plus brutal, laissant plus de place à l’action qu’à l’enquête. Etant donnée l’invasion de la ville par les ergots qui massacrent tous les grands noms de la ville, le chapitre devait évidement se finir par une bataille titanesque entre la bat-family et tous les ergots. Eh bien non ! On assiste à un combat entre un ergot qui se dit être le frère de Bruce (qui, entre nous, ne reviendra sûrement jamais dans les comics…  Qui vivra verra ! ) et on reste un peu sur notre faim.

Ce comics, suite et fin de La Cour des Hiboux clôt l’aventure de Bruce Wayne contre la cour des hiboux mais le duo Capullo/Snyder ne s’arrête pas là, préparant une des histoires les plus complètes et intrigantes du chevalier noir mettant en scène son plus fidèle ennemi ! Et le prochain comics est intitulé…

Le Deuil de la Famille

« À peine remis de son éprouvant combat contre la Cour des Hiboux, Batman voit revenir son pire cauchemar, le plus terrible de ses adversaires : le Joker ! Et cette fois-ci le Clown Prince du Crime est décidé à détruire non pas uniquement le Chevalier Noir, mais également tous les associés qui gravitent autour, à commencer par Alfred, le fidèle serviteur… »

L’histoire débute sur l’évasion de prison du Joker ! Une enquête est ensuite menée sur des cadavres souriants, marque évidente du Joker. Le premier chapitre se finit sur le Joker qui lève son bras, tenant une clé à mollette, prêt à frapper Alfred car Batman est occupé par Harley Quinn. Une fois qu’il est sorti de la cuve de produit chimique dans laquelle il était enfermé (le Joker l’avait enfermé là en souvenir du jour où il s’étaient rencontrés pour la première fois), Batman rentre au Manoir Wayne et se rend compte qu’Alfred n’est plus là. Alors, évidemment la question qu’on se pose est la suivante: Le Joker connait-il l’identité de Batman ? La réponse arrive assez vite car dans un cadeau qu’il a laissé, il explique qu’il a besoin d’un majordome pour une grande célébration.

« -Salut Bruce ! Tu ne m’en voudras pas si je te pique ton larbin, dis ? Vois-tu, je prépare une fiesta toute particulière pour tu-sais-qui, et il parait que Firmin ici présent est le meilleur dans sa branche.

-Monsieur Bruce, pardonnez-moi ! Ce dégénéré m’a…

-Allons, allons Firmin !

-Si vous croyez me faire peur avec ce bandeau…

-Ce bandeau ? Ha Ha, il croit qu’il est… Ha Ha ! Je ne t’ai bandé les yeux, mon brave.

-Mais…

-Je tai brulé les rétines à l’ammoniaque. Tiens, je recommence pour rigoler.

-AAAAAAAH »

Batman rend ensuite visite à James Gordon car sur la cassette qu’il lui a laissé, le nom de Gordon apparaît et qu’aucune compagnie de cassette n’a ce nom. En réalité, le Joker à déjà empoisonné Gordon qui survit grâce à l’intervention du Chevalier Noir. Peu après, Batman comprend le prochain endroit où le Joker va frapper et il s’y rend.

Ce passage démontre tout le passif entre Batman et son ennemi juré. Pendant son monologue, il raconte comment se passent leurs rencontres d’habitude. Il ajoute alors qu’il a pris « un peu d’avance » et on découvre une quarantaine de personnes mortes flottants dans l’eau. Il annonce enfin, dans le micro de Batman qu’il sait qui se cache derrière chacun des masques de la Bat-Family.

« -Je sais qui se cache derrière chacun de vos masques, mes biquets. Oui, oui, oui, vos identités secrètes n’ont plus rien de secret ! Et je sais où vous habitez ! Et je connais même vos marques de savon préférées ! notamment la tienne , Nightwing… quel délice pour les narines !

…….

Le secret qui m’a mis sur la voie, m’a fait tout découvrir, écrit dans un petit livre à la couverture en cuir de chauve-souris, caché dans cette caverne qui vous sert de repaire à tous.

Après s’être détaché de ses liens, Batman court vers le Joker et s’aperçoit qu’il lui a lui-même mis du sérum dans le sang. Il tombe ensuite du pont dans l’eau et se réveille dans la Bat-cave entouré de la Bat-Family. Il explique qu’il y a quelques années, le Joker avait suivi son submersible, était rentré dans la Bat-cave et avait laissé une carte de visite.

Suivant sa piste, et après s’être expliqué à la Bat-Family, il interroge un gardien et découvre que le Joker les surveille tous depuis une semaine. Il se rend donc au manoir Arkham.

Découvrant peu à peu la folie du joker et sa mise en scène, Batman avance dans l’asile d’Arkham faisant face aux défis du Joker notamment une bataille avec les internés de l’asile. Pendant ce temps, dans la ville les membres de la famille et leur équipe, les Teen Titans font face aux pièges que le Joker à laissé pour eux et tentent de sauver le plus possible de gens. après avoir fait face à Mister Freeze et à la toxine de l’Epouvantail,  il arrive dans la dernière pièce.

Piégé par le Joker et forcé de s’asseoir sur un trône pour qu’il ne tue pas ses équipiers, Batman s’assoie et se fait électrocuter. Lorsqu’il se réveille, Batman est horrifié.

Alors que le Joker met le feu à la pièce et part, Batman réussi de justesse à se libérer et à libérer les autres. Il part ensuite à la poursuite de son ennemi mortel et le retrouve au bout d’une cascade géante. Il manque de tomber et Batman le rattrape.

« -Pas comme ça, Joker. Pas par accident… Tout ce qui arrivera ce soir sera de mon fait. Parce que j’ai réfléchi à ce que tu m’as dit tout à l’heure, mon vieil ami. Au sujet de mon hésitation à te tuer. Alors, qu’en dis-tu Joker ? Et si j’osais enfin le faire, ce dernier pas ? Et si ce soir, je mettais définitivement fin au jeu ?

-Tu l’aimes trop, ce jeu ! Et que tu l’admettes ou pas, tu m’aimes, comme tu aimes….

-Plus maintenant. J’ai rompu le sort Joker. J’ai fait ce que tu t’es refusé à faire. C’est ici que tu as tourné les talons n’est-ce pas ? A cet endroit précis où mon submersible a plongé. Pas parce que tu n’aurais pas pu t’accrocher, mais parce que tu ne voulais pas savoir. Or, Joker, je ne suis pas… je ne suis plus comme toi. Cette année, en ton absence, j’ai enfin découvert qui tu étais, avant.

-Tu mens ! Tu retourne ma blague contre m…

-Ton nom, ta famille, tout. Je vais te le chuchoter aux creux de ton oreille mon chéri.

-Non !

Ouvrant le fameux petit carnet, Bruce découvre qu’il est totalement vierge. Peu après, tout le monde récupère plus ou moins de l’attaque du Joker. Et lorsque Bruce décide d’analyser la toxine du Joker, il y découvre un composant spécial dont le symbole périodique est :

Death of the Family est un comics profond et sombre sur le chevalier noir, peut-être le meilleur que j’ai lu car Snyder place la barre tellement haute avec ses scénarios complexes et ses intrigues et sous-intrigues que la relation Joker/Batman n’a jamais été autant explorée. Les proportions des conflits entre les deux s’étendent à la ville entière. Très bien écrit, très bien déssiné, Death of the Family est un comics à lire absolument.

Zero Year: Secret City

L’histoire débute alors que Gotham est envahie par une inondation. Puis, on voyage 5 mois avant l’inondation pour découvrir un Bruce Wayne en pleine mission. Oui, Bruce Wayne, et pas Batman, puisque à cette époque, il n’a pas encore revêtu le masque du chevalier noir, on le voit d’ailleurs tester plusieurs gadgets tout au long du comics. Il affronte le gang de Red Hood. En coulisse, on assiste à un rendez-vous entre le Sphinx et l’oncle Philip de Bruce Wayne. Le sphinx lui annonce alors que pour résoudre ses problèmes, il devra tuer son neveu.

En réalité, l’histoire se passe juste après que Bruce Wayne soit rentré à Gotham et on assiste donc à une petite cérémonie d’accueil de Wayne organisée par son oncle. Peu après avoir semé ses invités dans le musée Bruce rencontre le Sphinx, toujours aussi énigmatique. Et là lorsqu’il rentre chez lui, le gang de Red Hood fait exploser sa maison. Les membres du gang retournent alors sur le lieu de l’explosion pour constater la mort de Wayne mais le trouvent vivant. Il le battent alors à mort et celui-ci parvient à s’échapper de justesse et à rentre au manoir Wayne. Après s’être fait passé à tabac et sauvé par Alfred, Bruce gagne le salon où l’on assiste au moment tant attendu…

S’en suit quelques mois de préparation pour le prochain affrontement entre Batman et le gang de Red Hood. Lorsque le jour arrive et que la gang prévoit d’aller à Ace Chemical, Batman est fin prêt. On à aussi droit à un magnifique clin d’oeil au début de l’homme chauve-souris :

Il s’agit là d’un clin d’œil à la première apparition de Batman (signe de renaissance du héros) :

Vient alors le soir ou le gang de Red Hood prévoit de lâcher son gaz mortel sur tout Gotham. Grâce à l’aide d’Alfred, Batman éteint toute la lumière d’un secteur de la ville et en profite pour combattre le gang.

Malheureusement pour lui, le chef du gang lors de son affrontement avec Batman tombe dans une cuve qui était juste en dessous d’eux. Il deviendra évidemment le Joker !

Secret City se conclut donc sur la fin du Red Hood et le début du Joker et de Batman.

Pour débuter les comics Batman, Secret City est évidemment le plus logique vu que l’on démarre alors que Bruce n’est pas encore Batman. Après le sombre et complexe Death of the Family, ce comic est extrêmement coloré. Il change totalement l’atmosphère du comics et je pense que c’est ce que Snyder et Capullo voulaient. Ils mettent en place une ville haute en couleurs à l’inverse de ce que représente Gotham. Ce qui fait le lien avec le prochain comics que l’on va voir…

Zero Year: Dark City

Dark City  est le deuxième des trois actes de Zero Year où Batman se retrouve à affronter un ennemi inattendu : le Docteur Lamort.

Si le chapitre se concluait sur le début du Joker, celui-ci s’ouvre sur un cadavre étrange. En effet, des prolongations de ses os sortent de tout son corps. Il se trouve que la personne derrière tout ça est en fait le Docteur la mort dont voici un portrait :

Comme vous pouvez le constater, Capullo ne donne pas dans l’esthétique avec ce méchant très peu connu du grand public. Et pour cause, La mort est l’un des tous premiers ennemis de Batman et on ne l’a jamais revu après son apparition.  Puis arrive la première rencontre entre Bruce Wayne et le Docteur la mort qui a piégé Lucius Fox.

Après s’être remis de sa défaite, Batman se retrouve attaqué par les forces de police de la ville et est obligé de plonger dans l’eau pour échapper au tirs meurtriers de la police. Il est heureusement recueilli par James Gordon avec qui il deviendra ami. Son enquête le menant à un petit laboratoire de recherche, Batman découvre qu’en plus du Docteur La mort, le Sphinx prévoit quelque chose. Et avant même d’avoir pu dire quelque chose, il se retrouve submergé, piégé par le sphinx.

Parvenant à s’en sortir, encore une fois, de justesse, Batman rejoint le zeppelin dans lequel une bombe est posée et se retrouve à devoir affronter le Docteur La mort une nouvelle fois.

Après la mort de son ennemi, Batman saute du zeppelin qui explose, puis il perd conscience.

Ce deuxième chapitre de l’An Zéro, est très intéressant car il montre les débuts de Batman et d’Alfred, les relations entre ceux-ci et cela permet de poser les bases de l’univers grandiose du Chevalier Noir. Toujours haut en couleurs, le comics dépeint un univers sombre avec des meurtres et des personnages horribles. Et voici donc le troisième et dernier volume de Zero Year intitulé :

Zero Year: Savage City

Bruce Wayne se réveille après son combat acharné contre le Docteur La mort. Il se réveille dans la maison de quelqu’un qui l’a recueilli. Tout le monde le présume mort. Il se trouve en réalité chez un certain Duke Thomas (eh oui !) et lorsqu’il regarde à la fenêtre, il découvre avec stupeur ce que Gotham est devenue.

Il se réveille dans un Gotham dirigé par le sphinx , où James Gordon lutte tant bien que mal contre celui-ci. Évitant les pièges du Sphinx tout en sauvant comme il peut les citoyens de la ville, Batman fait face au Sphinx lors d’un concours quotidien organisé par son ennemi lui-même. Le Sphinx envoie alors Batman dans une fosse aux lions où celui-ci parvient à les maîtriser (si si). Enfin, Batman comprend où l’attend le Sphinx et se rend au musée où il l’a rencontré pour l’a première fois car un grand sphinx égyptien est situé en plein milieu du musée. Il rattrape Nygma et s’apprête à le frapper cependant il se fait piéger par son ennemi.

Le sphinx lui impose alors de jouer à un jeu. Il doit répondre à douze énigmes et si il y parvient, il sera libre. Batman commence à jouer le jeu alors que Gordon l’aide de son coté. Finalement, le héros parvient à s’en sortir grâce à Gordon et déjoue le plan de Nygma.

Ce comics est mon préféré de Zero Year car le méchant principal est le Sphinx et qu’il s’agit d’un de mes ennemis préférés du Chevalier Noir. Concluant parfaitement ces trois actes, Savage City  est le mélange parfait entre suspense, action et réflexion. Dans tous les comics, Capullo installe une esthétique propre au comics. Capullo et Snyder aiment aussi beaucoup glisser des petite clin d’œils.

Endgame

Voici le tour de l’avant dernier comics que l’on va voir, Endgame.

« Un affrontement titanesque a lieu au cœur de Gotham City entre Batman, équipé d’une armure high-tech, et… Wonder Woman ! D’autres membres de la Justice League vont venir en découdre avec le Dark Knight : Flash, Aquaman et même Superman.

Derrière cette attaque commune se cache en fait le Joker. En effet, celui-ci a conçu une toxine rendant les gens hilares et s’attaquant entre eux et, surtout, contre le Chevalier Noir.

Très vite, Batman, aidé d’Alfred et sa fille, Julia, doit trouver un remède et se confronter une ultime fois à son éternel rival. »

Vous l’aurez compris, Endgame signe le retour du Joker ! Comme dit précédemment, Batman doit faire face à tous les membres de la Ligue de Justice.

 

Tous contrôlés par le Joker, ils ne maîtrisent plus leurs pouvoirs. Il parvient à neutraliser chacun des membres de la Ligue puis débute son enquête. le menant dans un entrepôt où il se retrouve prisonnier du Joker qui lui tire dessus.

Lorsque le héros arrive à sortir, il se retrouve dans une Gotham encore métamorphosée sous l’effet du gaz du Joker. Celui-ci se rend d’ailleurs chez James Gordon et l’attaque. Batman le retrouve avec une hache plantée dans le torse. Il le sauve alors d’une mort certaine. Avant de tomber dans les pommes, Gordon lui dit qu’il a tiré sur le Joker et qu’il était mort mais que celui-ci c’est relevé et lui a mis un coup de hache. Se posant la question de l’immortalité du Joker, Batman fait ce qu’il aurait espéré ne jamais faire: il va voir la cour des hiboux.

Pendant que l’histoire avance, on suit une psychiatre qui parle avec des « adorateurs » du Joker. Chacun ayant une version différente de lui. Allant du Dieu du rire à un cyborg immortel.

On retrouve Batman qui sort des égouts après un entretien tendu avec les hiboux. Le Joker réussi alors à s’introduire dans la Bat-cave et est reçu à coup de fusil par Alfred. Malheureusement cela ne suffit pas pour l’arrêter et il tranche le bras d’Alfred.

Peu après, alors que tous les alliés de Batman (qui se retrouve à faire une alliance de fortune avec des criminels comme le Pingouin ou Killer Croc) luttent dans les rues, lui assiste au discours du Joker qui clame haut et fort que l’heure de son plus grand tour a sonnée.

Avançant tronçonneuse à la main, le Joker livre le combat tant attendu contre Batman et parvient à percer son casque qui lui permettait de ne pas respirer la toxine. Peu à peu Batman perd connaissance… et le Joker lui enlève son masque.

S’attendant à trouver Bruce Wayne sous le masque de Batman, le Joker est déconcerté de découvrir que c’est Dick Grayson alias Nightwing qui a pris sa place pour l’occuper le temps que Batman règles le problème de la toxine. Le joker se dépêche de le rattraper et lui plante des couteaux dans le dos.

C’est ainsi que se finit Batman: Endgame. Par la mort du Joker. Ce comics est encore une fois spécial car on y découvre le rapport à la mort des personnages. Puis, comme dans tous leurs comics, Snyder et Capullo instaurent une symbolique extrêmement forte. Nous forçant à nous poser des questions sur ce que l’on considère comme acquis. Le Joker est considéré comme une légende, une forme de vie qui ressuscite à l’infini pour combattre Batman créant un cercle infini de combat entre les deux ennemis. Nous voilà arrivés au dernier comics que nous allons voir et il s’agit de …

Bloom

Alors Bloom est différent des autres comics. Il est toujours écrit par Snyder et dessiné par Capullo et Batman en est toujours le héros cependant ce n’est plus le Batman que l’on connait. En effet, le Batman de Bruce Wayne est mort et enterré. Lors de sa dernière confrontation avec le Joker, Batman est « mort » et Bruce Wayne s’en est ressorti avec des troubles de mémoires, ne se souvenant plus de se qu’il s’est passé. Un nouveau Batman fait donc son apparition.

Et il s’agit en réalité de James Gordon ! Financé par l’état, ce Batman possède une toute nouvelle panoplie de gadgets pour remplacer le chevalier noir.

Le nouveau Batman remplit donc à peu près sa tâche jusqu’à l’arrivée d’un nouvel ennemi dénommé Bloom. Celui-ci veut détruire Gotham. Gordon enquête alors sur des graines qui semblent posséder son porteur et se retrouve à affronter Bloom. En parallèle Duke Thomas fonde un groupe de jeunes, les Robins pour maintenir la paix dans les rues pendant l’absence de Batman. Thomas enquête aussi sur la disparition de ses parents pendant l’attaque du Joker sur la ville. Il les retrouve dans un asile, défigurés par le sérums et ne pouvant s’empêcher de rire.

Gordon ne parvient pas à neutraliser Bloom mais Bruce Wayne commence à retrouver des bribes de son passé. Alfred, faisant tout pour que ses souvenirs ne lui reviennent pas, car il veut que Bruce Wayne soit sain et sauf, finit par abandonner et Bruce Wayne comprend alors qu’il est Batman.

Brisé, détruit et à deux doigts de mourir, Gordon est sauvé par Batman qui sort de l’ombre telle une furie vengeresse.

Batman sauve Gordon, empêche Mister Bloom d’achever son plan et tout revient à la normale.

Cette idée de changer de Batman ne me plaisait pas beaucoup au départ car, étant un grand fan du personnage, pour moi il n’y avait qu’un seul Batman et son nom était Bruce Wayne. Mais petit à petit, j’ai apprécié de plus en plus ce Batman différent. Il apporte un souffle nouveau au personnage après des arcs narratifs très lourds comme Death in the Family ou Courts of the Owls. Même si finalement il n’y a pas d’énormes conséquences (à part pour Alfred qui a perdu son bras), la complexité et le suspense développés par Scott Snyder et Greg Capullo font oublier ces légers détails.

En prenant un peu de recul, on s’aperçoit que tout tourne toujours autour de Gotham dans les comics de Snyder. Il essaie toujours d’apporter un background énorme à ses histoires qui, par conséquent font parties des meilleures qui existent sur Batman et en général.

Scott Snyder dépeint toujours un Batman torturé, combinant enquêtes et action, révélation et combats d’anthologie. Écrivant des comics toujours parsemés de clin d’œils avec l’aide de Greg Capullo comme au-dessus (c’est une référence à La nuit du Chasseur), avec toujours plus de symbolique et de réflexion sur le personnage, il a su explorer la folie du Joker (ce que très peu ont fait) et éclairer les recoins les plus sombre de Gotham.

Scott Snyder et Greg Capullo à une convention.

 

En ce moment, Snyder et John Romita Jr. collaborent sur la série All-Star Batman dans le cadre du Rebirth DC.

Laisser un commentaire