REVIEW SANS SPOILER: Le premier épisode de « The Tick »


 

Ça y est, voici les premières impression de cet énigmatique Tick, un super heros très peu connu, mais qui assurément ne se prend pas au sérieux (dans sa réalisation du moins).

Comme tout pilote qui se respecte celui-ci nous pose rapidement le décor, les super-héros sont une réalité admise par tout le monde, mais un nouveau venu fait son entrée : the Tick (Peter Serafinowiscx). Le seul à côtoyer (malgré lui) ce curieux personnage, est Arthur Everest (Griffin Newman), un jeune garçon solitaire persuadé que le célébre vilain, Terror (Jackie Earle Haley) est toujours en vie. C’est en enquêtant afin de vérifier son hypothèse, qu’il va faire la rencontre de cet homme insecte bleu, qui verra en Arthur un allié de valeur potentiel.

Parmi toutes ses adaptations de super-héros, on peut dire que The Tick sort du lot. En ce moment nous avons le choix entre deux types de film ou série de super-heros, nous avons les bon vieux justiciers : Batman, Spider-Man, Superman… Mais depuis quelques temps nous avons également à faire à des « anti-super-heros « (Deadpool, Suicide Squad, Guardians of the Galaxy).

The Tick est une série qui se situerait entre les deux, car y on retrouve l’archétype du super heros. À tel point qu’ils sont une véritable caricature d’eux même. Leur nom, leur costume leur attitude, tout est kitsch à souhait et là où on pense ne pas pouvoir faire pire, arrive the Tick. À travers les yeux d’Arthur, on découvre ce nouveaux justicier parodique, qui pense et vit en super heros, à tel point qu’on ne le voit jamais sans son costume, a-t-il un alter égo ? Pas de réponse dans ce pilote.

De plus, malgré ses super pouvoirs, en somme très classiques (force et invulnérabilité) son efficacité à combattre le crime est plutôt douteuse car il est aussi maladroit que bourré de bonnes intentions. Quand on voit dans Civil War, les dégâts que peuvent faire les meilleurs des super heros, je vous laisse imaginer ce que celui ci est capable de laisser derrière lui.

Cependant, ces héros clownesques ne sont pas le seule panache de cette série, les crimes des vilains peuvent être rudes, l’alternance d’humour et de violence dans certaines scènes serait comparable au ton employé dans Kick-Ass.

 

 

 

 

On appréciera le travail vocal de Peter Serafinowiscx, qui nous fait passer Barry White pour un Marty McFly sous hélium. Et la présence de Jackie Earle Haley (Rorschach dans Watchmen) nous offre un vilain cliché, certes, mais dangereux.

En résumé ce premier épisode nous ouvre un monde de super-héros parodique au possible. Une série à ne surtout pas regarder au premier degré, comparable à divers films comme Kick-Ass, Mystery Men ou encore Dr. Horrible’s Sing-Along Blog. Rendez vous sur Amazon si la suite des aventure de the Tick vous interresse.

Laisser un commentaire