LES TRÉSORS DU COMICS: Saga


En cette saison automnale qui marque le retour de bien des séries attendues, le coffre nous revient avec le teint frais de celui qui a bien voyagé. Après cet été où la chaleur s’est faite plus que présente, c’est une histoire au climat tempéré, mais aux personnages passionnés qu’il nous propose de découvrir ensemble. Un comics extravagant au thème de fantasy de l’espace, aussi drôle qu’émouvant et dont l’univers ne cessera de vous surprendre. Les Trésors du Comics sont de retour, et c’est Saga qui ouvre le bal !

Saga, c’est la tragédie de deux amants qu’une guerre interplanétaire sépare, les forçant à fuir sans cesse dans l’espoir de rester unis. Saga, c’est la touchante histoire de deux parents prêts à tout pour protéger leur fille, narratrice de cette étrange aventure. Mais avant tout, Saga, c’est du space opera top quality comme on en trouve pas assez.

L’une est ailée, l’autre est cornu ; l’une vient de la planète, l’autre de son satellite. Dans un monde où toutes les races se mélangent, rien n’est pourtant plus contre nature que l’amour entre deux membres de peuples ennemis. Victimes d’une guerre si vieille et dangereuse qu’elle s’est trouvée comme terrain une galaxie entière, ce couple de pacifistes tentera de trouver la paix, aussi bien pour leur famille qu’espèrent-ils un jour pour le monde.

Originellement inspiré de Star Wars, Saga n’a pourtant rien à envier à la série précurseure et s’est vue murir sur bien des années, nourri par l’amour pour la famille de l’auteur, jusqu’à en faire à son tour une œuvre incontournable. Si l’on pourrait penser que sa force réside dans son univers aux possibilités illimitées (chaque planète pouvant offrir une nouvelle atmosphère, un nouveau tournant scénaristique), c’est en vérité ses personnages qui font l’originalité de Saga. Gagnant immédiatement le cœur du lecteur avec deux héros déjà terriblement attachants, l’auteur ne s’arrête pas là et nous bombarde de nouveaux amis, compagnons, objets intelligents, mais aussi ennemis au background fourni et au caractère si fin qu’il est impossible de s’arrêter à leur rôle de « méchant ».

Brian K. Vaughan est le rêveur derrière cette histoire pleine de romance et d’aventures, auteur de Runaways, Y : The Last Man, Paper Girls, Ex Machina et encore bien d’autres comics qu’il vous est plus que conseillé d’aller découvrir. Ne s’arrêtant pas au format papier, il a aussi travaillé en tant que producteur exécutif sur des séries telles que Lost ou Under The Dome, qui ont connu de francs succès. Plus que de simples récits d’aventures, ses œuvres sont avant tout de longues réflexions, ici parlant des horreurs de la guerre, mais avant tout de ses origines, allant du racisme au sexisme, en passant par toutes sortes d’autres erreurs politiques.

C’est Fiona Staples qui tient ici le crayon, ou plutôt le stylet, et fait preuve d’un talent indiscutable. Entièrement tournée vers l’art digital, elle maîtrise ses personnages et son univers à la perfection, et leur a offert des designs originaux et séduisants, tel qu’il est impossible de les oublier. Avant tout connue pour Saga, elle a aussi travaillé sur certains Archie et fait de nombreuses couvertures pour diverses séries. Plongez-vous dans ce trait unique, avec ces quelques exemples :

Voilà qui sera tout pour ce mois-ci, mais qu’en sera-t-il du suivant ? Ce ne sera pas que la température qui perdra en degré, mais aussi l’atmosphère dans laquelle nous plongerons. Une goutte de sang, une broche en forme de smiley… Encore l’introduction d’un thème plein de criticisme réfléchi par un cerveau malade…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.