COMICS OUT: Harley Quinn


Notre chronique Comics Out est de retour ! Comme chaque mois, penchons nous ensemble sur un personnage de comics issu de la communauté LGBTQ+ et en quoi celui-ci pourrait être amélioré, voire en quoi il représente déjà bien la communauté concernée. Ce mois-ci, nous avons décidé de nous pencher sur l’anti-héroïne bien connue du grand public, Harley Quinn. La jeune femme est un personnage particulier et d’autant plus intéressant à analyser : commençons tout de suite !


Qui est Harley Quinn ?


Très populaire chez les fans de DC, et encore plus ces dernières années, le personnage de Harley Quinn a des origines somme toute assez inhabituelles pour un personnage de comics. Le personnage, au contraire du trajet habituel, fut à l’origine une création dans une série animée avant de faire un saut dans les pages des comics. Nous pouvons ainsi y voir Harley Quinn pour la première fois dans la série animée Batman: The Animated Series des années 1990. Au départ une simple acolyte et petite amie du Joker, le rôle de la jeune fille va rapidement s’étendre au point d’avoir même un des rôles principaux dans la série animée Gotham Girls, en compagnie de Catwoman, Poison Ivy et Batgirl. Ce n’est qu’en 2001 que Harley Quinn sortira du monde créé par Paul Dini et Bruce Timm avec sa première série solo de comics. 

Le véritable nom de Harley Quinn est Harleen Quinzel. Elle était une docteur en psychologie qui travaillait au fameux asile d’Arkham à Gotham City. Elle y côtoya de nombreux super-vilains et notamment le Joker, dont elle tomba amoureuse. Tombant dans la folie à ses côtés, elle s’échappe en sa compagnie et devient un mélange entre sa petite amie, son bras droit et son acolyte sous le surnom de Harley Quinn. 

Depuis ses premières aventures dans les comics, Harley Quinn en a vécu bon nombre d’autres. Au total, en comptant celle qui débute ce mois-ci, ce sont pas moins de quatre séries solo dont Harley a bénéficié, la voyant repartir à Arkham puis vivre d’autres aventures solo à plusieurs reprises. Le rôle de Harley Quinn va progressivement évoluer dans les comics au point de passer de vilaine à anti-héroïne ces dernières années. Elle apparaitra aussi aux cotés d’autres vilains, notamment aux cotés de Catwoman et Poison Ivy dans Gotham City Sirens ou en tant que membre désormais bien établi de la Suicide Squad, cette équipe de super-vilains controlée par l’organsiation A.R.G.U.S..

Au cinéma, le personnage est interprété par l’actrice australienne Margot Robbie depuis 2016, d’abord en vedette dans le film Suicide Squad, puis dans Birds of Prey (and the Fantabulous Emancipation of one Harley Quinn) en 2020. Nous aurons l’occasion de la revoir au sein de la Task Force X dans le film The Suicide Squad prévu pour cet été.


Harley Quinn et sa bisexualité


Si Harley Quinn est présente dans notre numéro du mois de Comics Out, c’est bien parce qu’elle fait aussi partie de la communauté LGBTQ+. Cela ne fut mis en avant que ces dernières années, mais Harley Quinn est en effet bisexuelle

Nous connaissons tous Harley Quinn comme la petite amie du Joker. Il est vrai que la jeune femme, avant de se savoir aussi attirée par les femmes, est d’abord tombée amoureuse du super-vilain. L’amour est aveugle dit-on ; ou bien imprévisible, entend-on dire également. Harleen Quinzel ne s’attendait certainement pas à tomber éperdument amoureuse du psychopathe le plus connu au monde, et encore moins quand il s’agissait de défier l’éthique, vu que le Joker était son patient. C’est sans doute à partir de ce moment-là que Harleen a commencé à écouter son coeur, qu’importe ce que la raison lui aurait dicté. Il y a ainsi fort à parier qu’il s’agit de l’élément déclencheur qui aura permis à Harley Quinn d’accepter par la suite sa bisexualité. 

La relation avec le Joker s’avère rapidement, comme on peut se le douter, compliquée. Abusant souvent de l’admiration qu’elle lui porte, le Joker ne la traite pas souvent de la meilleure des manières, si nous pouvons utiliser cet euphémisme. Au fur et à mesure de leur relation, Harley se rendra compte de l’extrémisme que le Joker représente dans ses actes, y voyant plus clair sur cette relation malgré ses sentiments. 

Ce n’est que par la suite que Harley Quinn sera en couple avec la super-vilaine Poison Ivy. Leur relation n’apparait pas comme une relation stable, décrite par la co-autrice de la série Harley Quinn de l’époque, Amanda Conner, comme une relation non-monogame. C’est ainsi que par la suite, on peut voir Harley partir et revenir à plusieurs reprises dans les bras de Poison Ivy. 

Que ce soit sa relation avec le Joker ou avec Poison Ivy, Harley n’a au final jamais été dans une réelle relation sincère et stable. Le côté déjanté du personnage n’aide malheureusement pas à la prise au sérieux de sa bisexualité, que beaucoup attribueront à la bivalence de sa personnalité. Toutefois, comme dit plus haut, on peut considérer que Harley représente un bon côté de la communauté LGBTQ+ ou des relations amoureuses dans leur ensemble car elle a appris à écouter son coeur et non sa tête, ce que les détracteurs de sa bisexualité ont malheureusement facilement tendance à oublier.


Harley Quinn et l’évolution de son image


A sa création, Harley Quinn n’avait en effet pas été établie comme bisexuelle. L’époque ou le médium (série animée) n’étaient peut-être pas appropriés à parler de la sexualité du personnage, on dira. Pourtant, Harley obtient sa première série solo au début des années 2000 mais ce sera seulement en 2013 que la nouvellement ex-copine du Joker se mettra en couple avec Poison Ivy, dès lors révélant le personnage comme bisexuel. 

Malheureusement, comme dit plus haut, le côté déjanté du personnage n’aide pas à prendre cet aspect au sérieux mais cette raison ne peut être citée comme la seule, car le contexte de l’histoire a aussi joué. Harley se met en couple avec Poison Ivy car elle pense que le Joker est mort et est en réalité toujours amoureuse de lui, fait auquel s’ajoute la nature-même de la relation entre les deux super-vilaines, caractérisée comme non-monogame. Pendant longtemps, la bisexualité de Harley Quinn sera souvent comparée à une lubie passagère avant de voir que celle-ci s’inscrit dans l’ADN du personnage au fil des histoires. 

La bisexualité de Harley Quinn a même été portée à l’écran l’année passée, rendant cet aspect du personnage un peu plus mainstream. Dans la série animée Harley Quinn sur DC Universe, l’intégralité de la deuxième saison voit Harley en couple avec Poison Ivy, tandis que le cinéma aura officialisé l’orientation sexuelle de Harley dans le DC Extended Universe de manière plus discrète. Dans l’introduction du film Birds of Prey (and the Fantabulous Emancipation of one Harley Quinn), on y apprend que Harley a eu trois relations avant les évènements du films, dont une avec une femme.

La forte popularité du personnage a donc aussi permis de dévoiler son orientation sexuelle au grand public, contrairement à d’autres personnages, comme par exemple Loki chez Marvel. D’un point de vue de la représentation, celle-ci étant aussi bien présente sur papier, il n’y a donc plus grand chose à faire, à part peut-être améliorer la qualité de cette représentation. On ignore encore si l’avenir du personnage s’inscrit comme cela au cinéma, mais il serait intéressant de pouvoir se pencher sur une relation plus terre à terre et une bisexualité avec plus de réflexion, pour ainsi permettre aux lecteurs et spectateurs de dissocier l’orientation sexuelle et la personnalité déjantée de Harley Quinn.

Le personnage de Harley Quinn n’a certainement pas fini de s’inscrire comme une icône auprès des jeunes filles, et il serait ainsi dommage de ne pas pouvoir aborder toutes les facettes de sa personnalité.


Vous avez manqué les derniers numéros de Comics Out ? Retrouvez-les ci-dessous :

Chaque mois, nous produisons aussi quatre autres chroniques que vous apprécierez certainement : Power Girls, qui présente des personnages féminins des comics (le mois passé : Cyclone) ; The Dark Side qui se centre sur les vilains des comics (le mois passé : Kang) ; Agent Double, qui présente des acteurs/actrices ayant joué au moins deux rôles de comics (le mois passé : Ben Affleck) ; et le TOP 5, qui aborde chaque mois un thème différent sous forme de top 5, comme les meilleurs couples dans les comics

Retrouvez aussi notre autre contenu original, nos One-Shots ! On y parle de sujets divers et variés, comme le lien entre WandaVision, Spider-Man: No Way Home et Doctor Strange in the Multiverse of Madness ou encore ce qu’on peut attendre du relaunch Infinite Frontier

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.