L'Univers des Comics

Tout sur les adaptations de comics au cinéma et à la télévision !

LES TRÉSORS DU COMICS: V for Vendetta

Venez découvrir le goût de l'anarchie aux côtés du plus fou des protagonistes, dans "V pour Vendetta" !

Et c’est parti pour une deuxième pioche de comics !  Voyons donc ce que nous réserve notre coffre au trésors ce mois-ci : un masque, de la théâtralité et un bon lot de mystère ! C’est parti pour la découverte de V for Vendetta !

V for Vendetta. Comment ne pas connaitre ce trésor parmi les trésors qui aura plus qu’aucun marqué l’histoire des comics ? Comment ne pas vouloir se promener dans ce Londres sinistre pour suivre de près la plus terrible et ingénieuse des vengeances ? Si ce n’est pas encore le cas, il est temps de s’y mettre ! Plantons un peu le décor : 1997, l’Angleterre subit les affres d’un régime totalitaire né de la peur et du chaos laissé par une terrible guerre. Étrangers, gauchistes, homosexuels… Tous ont terminé dans des camps de concentration déguisés par des termes polis, berçant le peuple dans l’illusion d’une parfaite sécurité. Mais caché dans l’ombre, un homme se dresse contre ce gouvernement qui n’aura gardé de la terreur que la cruauté et la soif de pouvoir. Durant des années, il s’est acharné à préparer sa vengeance, ne laissant que des miettes de pain qui mèneront à en connaitre les raisons. Qui est celui qui se présente lui-même sous la lettre V et de quel passé s’est-il extirpé pour vouloir ainsi faire trembler les fondations de Londres ? Qu’y a-t-il sous le masque ? C’est ce que vous devriez découvrir, là, MAINTENANT !


Envie d’un conseil de lecture ?

Alors que le film sort ce mois-ci au cinéma, découvre une autre aventure en comics de Krypto et les Super-Animaux !


Au travers de V for Vendetta, Alan Moore nous pousse à l’attente et au respect pour un personnage défiant toute valeur morale. Si l’histoire pleine de symbolisme nous plonge dans une réflexion poussée sur la société, sa force réside dans les dialogues alambiqués et culturels, dont saisir tous les secrets serait un jeu de longue haleine. La folie de V se dévoile dès les premières pages et nous entraîne dans des scènes d’une originalité et d’un humour noir qui ne peut que marquer à jamais. Tranché en six parties dans sa version francophone, chacune d’elle offre une surprise, qu’il s’agisse d’un discret changement de dessinateur, d’une conversation aussi inattendue qu’absurde ou d’une petite partition forçant aux cases de s’adapter. Sans parler de certains rebondissements qui ne manquent pas de couper le souffle. Par sa philosophie, ce récit est devenu l’un des piliers du comics pour adulte et une œuvre de référence. Inspiré du héros historique de la Conspiration des poudres, il est remis au gout du jour comme icône du soulèvement du peuple au travers des Anonymous, arborant le masque de Guy Fawkes que porte V lui-même.

Mais qui donc est le génie derrière cette réflexion mise en scène ? Eh bien, il s’agit d’Alan Moore, le seul, l’unique, l’inimitable. Né au Royaume-Uni en 1953 et détenteur de très nombreux prix, Moore marque l’histoire aussi bien par l’originalité de sa personnalité que par ses récits hors-normes. Ne se laissant pas bridé par les genres, il crée son propre univers, servant d’exutoire à ses idéaux anarchistes, et réinvente tout personnage qui lui est confié, ne marchant toujours que dans ses propres pas. Parmi ses plus grandes œuvres se trouvent aussi From Hell, The League of Extraordinary Gentlemen et Watchmen, tous trois ayant la caractéristique de réinventer les personnages ou l’univers autour desquels ils tournent pour une version encore plus sombre et plus… « mooresque ».

 

Pour ce qui est du dessin, David Lloyd est l’auteur de ces planches au contraste fort et aux couleurs fades et pourtant chocs, qui donne sa profondeur étonnante à ce comics. Pour que chaque chapitre devienne au fur et à mesure des planches se dédiant à un seul dessin, si frappantes qu’elles s’impriment souvent à l’esprit d’un simple coup d’œil. Né en 1950 au Royaume-Uni, V for Vendetta est décidément la pierre angulaire de sa carrière, bien qu’il soit aussi très connu pour son travail sur Wasteland ou encore Hellblazer. Si vous ne connaissez pas ses oeuvres, découvrez quelques uns de ses traits ci-dessous :

 


Voilà un style que l’on ne peut que qualifier de particulier. Quant aux goûts et aux couleurs, à vous de juger. Mais à présent, courez, allez-y ! Allez découvrir ce chef-d’oeuvre et plongez-vous dans sa noirceur dystopique. Pendant ce temps, moi, je vais aller fermer ce coffre ! Il y a là dedans un grand méchant vêtu de blanc qui rit lui aussi un peu trop fort de sa vengeance…

Publicités

Et toi, quel super-héros es-tu ?


1322
Premier ordre de lecture

Nous avons trois ordres de lecture qui sont prêts à être publiés. Lequel voulez-vous en premier ?

%d blogueurs aiment cette page :