REVIEW SANS SPOILER: Lucifer, la troisième et dernière saison


Lucifer tire son chapeau dans une dernière saison qui se finit malheureusement sans conclusion. Si la fin ouvrait la voie à bien des scénarios possibles pour une quatrième saison, celle-ci ne verra cependant jamais le jour, dû à un manque d’audience. À quoi la série le doit-elle, alors que tant de monde l’appréciait, preuve à cela le #SaveLucifer que les fans s’évertuent à partager ? C’est ce que nous allons voir avec cette review sans spoiler, qui, je l’espère, vous donnera tout de même envie de découvrir cette troisième saison, non sans quelques qualités.

Lucifer est une série distribuée par la Fox et basée sur le personnage de Neil Gaiman dans la série The Sandman et le spin-off qui en est tiré. Elle raconte les péripéties du fils déchu de Dieu, venu prendre des vacances à Los Angeles pour s’éloigner de l’Enfer qu’il gouverne. C’est alors qu’il rencontre Chloe Decker, une jeune policière qui changera à jamais son quotidien.

Sans sortir de son habituel chemin, Lucifer est parvenu à nous distraire au cours de ces vingt-quatre épisodes avec de bons comme de mauvais passages. Après une deuxième saison très centrée sur les affaires familiales, c’est sur la romance qu’est cette fois rivée l’attention. Triangles amoureux multiples, crêpages de chignons et autres classiques du domaine, Lucifer aurait pu se passer d’un tel manque d’originalité et mieux choisir sa formule. Les enquêtes si importantes à l’intrigue sont pleinement éclipsées par les petites affaires, tout en restant sur la vieille recette consistant à placer Lucifer devant des cas l’aidant à ses séances d’introspection. Une méthode qui s’use vite, puisque les synopsis finissent par tous se ressembler. Bon point d’un autre côté : l’humour en vaut toujours autant la peine. Malgré le tournant que prend la série dans cette saison, le personnage principal et l’ambiance autour de lui restent les mêmes, et c’est bien pour ça qu’on l’aime. Une autre qualité est un rythme régulier sans passages encombrants. On sent que le scénario sait toujours où il va, et que si des mauvais choix ont été faits quant au fil conducteur, il ne trébuche pas une fois lancé.

Côté personnages, peu de changements à noter depuis la dernière saison. Certains restent alors qu’on s’attendait à leur disparition, et un certain nom s’impose rapidement jusqu’à tenter d’éclipser celui de Lucifer. C’est probablement là que la série a pris un mauvais tournant, puisque ce nouveau venu offrait une multitude de possibilités pour la suite, mais n’obtient rapidement que l’objectif banal de nourrir les relations des autres protagonistes.

Pour s’assortir à ce dernier point, peu de changements sont à noter parmi les acteurs. Plusieurs d’entre eux ressortent pour leur talent ou leur présence, notamment avec Tom Ellis qui donne toujours si justement son teint à Lucifer, puis d’autres s’imposent avec des performances moyennes, comme Lauren German, qui joue très bien les stoïques, mais porte mal la mièvrerie. Vient enfin Tom Welling, « petit » nouveau du groupe, mais que l’on ne retiendra surement pas pour son jeu.

Comme pour les saisons précédentes, la musique est quasiment irréprochable et l’ambiance si particulière de la série lui doit énormément. Sans casser des briques, la réalisation fonctionne toujours, et les effets spéciaux sont très réussis.

En bref, une saison plate mais distrayante, et qui aurait fait mériter à la série une quatrième saison pour rattraper le coche, puisque Lucifer garde un potentiel certain du début à la fin. De nombreux mystères perdurent autour de l’univers du personnage, ne manquant pas de laisser les fans sur leur faim. À vous qui hésitez peut-être à vous lancer dans cette troisième saison, ne vous attendez pas à aussi bon que précédemment, mais prenez quand même le risque ; certains épisodes en valent vraiment la peine.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.