L'Univers des Comics

Tout sur les adaptations de comics au cinéma et à la télévision !

KNOW YOUR CLASSICS: Green Arrow – The Longbow Hunters

Connaissez vos classiques !

Le deuxième numéro de la chronique Know Your Classics est arrivé ! Aujourd’hui, on se penche sur un autre grand classique. Peut-être plus méconnu du grand public, vous verrez, ce n’est pas pour cela que son impact fut moins grand. Mais, pour ceux qui ne connaitraient pas, commençons par présenter le comics du jour : Green Arrow: The Longbow Hunters.


Green Arrow: The Longbow Hunters : de quoi parle-t-on ?


Green Arrow: The Longbow Hunters est une mini-série de comics en 3 numéros qui fut publiée en 1987 chez DC Comics en format prestige avant d’être ensuite rééditée en un seul tome relié en 1989. En version française, ce n’est qu’en 2020 que la mini-série fut publiée pour la première fois. Les lecteurs peuvent la découvrir chez Urban Comics dans la collection DC Confidential sous son titre original en couverture et sous le titre Green Arrow : Les Prédateurs en sous-titre de couverture et en titre principal à l’intérieur du comics. Ce tome en VF comprend également les arcs narratifs “La nuit des Olympiades” d’Alan Moore et Klaus Janson dans les numéros 549 et 550 de Detective Comics et “Le Chat et le Canari” de Dennis O’Neill et Alex Toth dans les numéros 418 et 419 d’Adventure Comics.

Découvrez notre plus récente série Into the Writer-Verse !

=> Lire INTO THE WRITER-VERSE OF JEFF LEMIRE <=

Ces deux arcs narratifs ainsi que la mini-série qui nous intéresse aujourd’hui, The Longbow Hunters, se centrent donc sur le personnage de Green Arrow, Oliver Queen de son véritable nom, un milliardaire de la ville de Star City qui sort dans les rues en tant que justicier armé d’un arc à flèches. Dans Green Arrow: The Longbow Hunters, le personnage créé en 1941 est revisité et obtient un nouveau statu quo. Oliver Queen change de costume et opte pour un costume avec une capuche et des outils d’archer plus traditionnels, au détriment des trick arrows utilisées par le personnage jusque là. Surtout, alors que le personnage fête son 43e anniversaire dans le comics, celui-ci quitte sa ville de Star City et emménage à Seattle avec sa copine Dinah Lance alias Black Canary.

Dès son arrivée dans la ville, Green Arrow tente déjà de poursuivre et arrêter un nouveau tueur en série : le tueur de Seattle. Au fil de cette enquête, Oliver Queen tombera sur d’autres pistes reliant cette affaire à celle sur laquelle travaille Dinah Lance, mais aussi à une nouvelle tueuse. La suite des évènements devient un véritable parcours psychologique qui verra Oliver Queen se questionner sur sa relation avec les gens qu’il protège, son rôle en tant que super-héros et sa relation amoureuse avec Dinah.

The Longbow Hunters est aussi le moment de paniquer en compagnie de Green Arrow, lorsque celui-ci voit sa compagne être menacée de mort durant cette enquête bien plus difficile à résoudre qu’elle ne le paraissait au début.


L’artiste derrière Green Arrow: The Longbow Hunters


Mike Grell est un auteur et dessinateur de comics américain qui, après avoir étudié à l’Académie des Beaux-Arts de Chicago, débute dans l’industrie du comics en 1972, à l’âge de 25 ans. Dès 1973, Grell se fait remarquer et déménage à New York, où il commence à travailler chez DC Comics. Durant les années 1970, Mike Grell travaillera sur des personnages tels que Aquaman, Batman, Green Arrow et Phantom Stranger, participant notamment au lancement du titre Batman Family en 1975 et à la relance de la série Green Lanter/Green Arrow en 1976.

Il travaillera ensuite sur l’un de ses comics les plus connus chez DC, la série Warlord, dont il est le créateur. Warlord, qu’il écrit et dessine, le propulse comme l’un des créateurs favoris des fans à la fin des années 1970. Le comics durera plus de six ans, entre 1976 et 1982, et poussera Mike Grell à faire ses propres créations chez des éditeurs indépendants.

Ainsi, pendant quelques années durant les années 1980, Mike Grell créa ses propres séries indépendantes chez First Comics, qui feront son succès également. On parle ici principalement de deux séries : la mini-série Starslayer et la série Jon Sable Freelance, qui durera de 1983 à 1986. Il retournera ensuite chez DC Comics, où il se centrera sur le personnage de Green Arrow jusqu’en 1994, à commencer donc par la mini-série Green Arrow: The Longbow Hunters.

Après son deuxième départ de DC au milieu des années 1990, Mike Grell écrira et dessinera la mini-série indépendante Shaman’s Tears, l’une des premières séries publiée par Image Comics et non créée par l’un des fondateurs de l’éditeur. Il écrivit aussi la mini-série Spawn: The Impaler avant de prendre des pauses de plus en plus régulières et de plus en plus longues. Il écrira notamment plusieurs numéros d’Iron Man chez Marvel entre 2002 et 2003 et une nouvelle série Warlord chez DC en 2009.

Depuis les années 2010, Mike Grell s’est quelque peu éloigné de l’écriture et du dessin à plein temps. Il fut un temps éditeur-en-chef d’Ardden Entertainment, un éditeur de comics qui n’exista qu’entre 2008 et 2015, et il travaille sur des adaptations cinématographiques de ses comics indépendants Shaman’s Tears et Jon Sable, Freelance.


Quel impact a eu Green Arrow: The Longbow Hunters ?


Green Arrow: The Longbow Hunters, bien qu’ayant duré trois numéros à peine, eut un énorme impact. Si l’un des facteurs qui le prouve est la critique, ceci n’est évidemment pas le seul. Il est pourtant bon de noter que la mini-série fut nominée aux Eisner Awards en 1988 pour la meilleure mini-série, titre qui lui échappa toutefois au profit d’un comics qui ne pouvait que gagner cette année-là : Watchmen.

Cela ne veut pas dire pour autant que The Longbow Hunters manque de qualité, que du contraire. Pour un comics publié en 1987, il s’agit d’une narration et d’un style de dessin très moderne pour l’époque et certainement l’un des comics qui jeta les bases de l’Âge Moderne des Comics. Le comics revisite le personnage de Green Arrow d’une façon plus sombre que ce que les lecteurs avaient pu lire pendant 45 ans. Réinterprété en chasseur des rues, éliminant des criminels à la place de super-vilains, Green Arrow est le Green Arrow qu’on connait aujourd’hui grâce à The Longbow Hunters, un peu comme l’avait été un Year One pour Batman.

Green Arrow: The Longbow Hunters montre pour la première fois Green Arrow tuer quelqu’un de sang froid, acte qui redéfinira le personnage à jamais. Encore des années plus tard, dans d’autres comics du personnage, Oliver Queen fait référence à cet évènement à plusieurs reprises comme un moment qui a marqué sa vie et l’empêche de trouver la paix avec lui-même ou dans une relation. Ce comics et ses suites furent notamment de très grandes inspirations pour la série Arrow sur la CW, qui débuta l’univers partagé connu aujourd’hui comme l’Arrowverse (2012-2023).

Commercialement parlant, Green Arrow: The Longbow Hunters fut également un succès, suffisamment pour que DC Comics lancent la toute première série Green Arrow en 1988. Mike Grell continuera à façonner le personnage et appliquer sa vision de celui-ci dans cette série pendant cinq ans, tandis que la série Green Arrow continuera d’être populaire pour ne s’arrêter qu’en 1999. L’oeuvre de Grell sur le personnage l’amènera à raconter les nouvelles origines de l’archer dans cette réalité qu’il a débutée après Crisis on Infinite Earths et à étendre l’histoire du personnage de Shado, qui fut introduit dans The Longbow Hunters et eut un impact marquant sur la suite des histoires du personnage de Green Arrow.

En conséquence, la marque de The Longbow Hunters se fait encore ressentir maintenant. Bien plus qu’un succès commercial et critique, la mini-série de Mike Grell aura changé radicalement le ton du personnage d’Oliver Queen, qui fera le succès par la suite du personnage dans sa série solo et, quelques années plus tard, dans la série TV qui durera huit saisons. S’il n’y avait pas eu The Longbow Hunters, il n’y aurait sans doute pas eu d’Arrowverse, croyez-nous !

Green Arrow : The Longbow Hunters par Mike Grell

Vous avez raté le premier numéro de Know Your Classics ? Pas de panique ! Retrouvez-le ci-dessous :

Chaque mois, nous produisons aussi six autres chroniques variées : Old But Gold, qui présente des comics primés aux Eisner et Harvey Awards (le premier numéro : Kings in Disguise) ; Comics Out, qui présente des comics LGBTQ+ (le mois dernier : Death: The Time of Your Lidfe) ; Power Girls, qui se centre sur les personnages féminins des comics (le mois dernier : Silk)The Dark Side, qui présente les vilains des comics (le mois dernier : Chameleon) ; Agent Double, qui présente des acteurs/actrices ayant joué au moins deux rôles de comics (le mois dernier : Samuel L. Jackson) ; et le Top 5, qui présente un sujet différent chaque mois, comme le TOP 5 des vilains de Spider-Man le mois dernier.

Et si vous aimez notre contenu original, ne manquez pas nos séries d’articles UDC Original comme Les Armures d’Iron Man dans le MCU, la série qui compte déjà deux saisons PubliStory, et la toute nouvelle Into the Writer-Verse.

Publicités

Avez-vous lu nos récentes chroniques ?

=> Lire OLD BUT GOLD: Love and Rockets <=