L'Univers des Comics

Tout sur les adaptations de comics au cinéma et à la télévision !

KNOW YOUR CLASSICS: Excalibur

Connaissez vos classiques !

Joyeux Noël à tous ! Si vous nous lisez aujourd’hui, nous ne pouvons que vous remercier et quoi de mieux que de vous offrir un dernier contenu original avant la fin de l’année 2023 ? On se retrouve pour un nouveau numéro de Know Your Classics, où nous allons déterrer un classique qui a secoué l’univers le plus vendeur de Marvel à l’époque : Excalibur.


Excalibur : de quoi parle-t-on ?


Excalibur est une série de comics qui eut plusieurs itérations à travers le temps chez Marvel Comics. La série originelle débuta en 1987 avec le Excalibur Special Edition (aussi connu comme Excalibur: The Sword Is Drawn), servant de promotion pour la future série mensuelle qui débuta en 1988 et dura plus de dix ans, se clôturant en 1998. Au total, la série Excalibur a compté pas moins de 130 numéros, qui furent par la suite réédités en de multiples tomes dans un ordre assez erratique dans les années 2000 et 2010. La série est surtout rééditée depuis 2010 sous deux formes : à la fois des “Epic Collections” (des tomes brochés étant l’équivalent de trois tomes habituels) et des omnibus (des tomes reliés extra-larges couvrant l’intégralité de la série), deux formes de rééditions qui sont toujours en cours.

Vous voulez en apprendre plus sur Danai Gurira ?

=> Lire AGENT DOUBLE: Danai Gurira <=

Chez nous, le comics a bénéficié de moins de parutions, voyant quelques récits publiés ça et là chez Marvel France ou en tant que hors-série de X-Men dans les années 1990 et au début des années 2000. Il faudra finalement attendre 2021 pour voir la série être publiée de manière cohérente en version française, via des versions intégrale de Panini Comics, publiées à mesure d’un tome par an (3 tomes jusqu’à présent).

A l’origine, Excalibur est une série dérivée de deux franchises de Marvel, fusionnant leurs deux univers pour continuer les histoires des personnages de ces titres respectifs. A l’époque, la franchise X-Men était l’une des plus vendues de Marvel et du marché des comics de manière générale. La série originelle, Uncanny X-Men, fonctionnait tellement bien qu’elle avait déjà donné naissance à deux spin-offs, New Mutants et X-Factor, qui connurent également le succès à tel point que Marvel voulut lancer une quatrième série dans la franchise.

Excalibur est en réalité à la fois une série dérivée d’Uncanny X-Men et de Captain Britain, série qui connut son lot de succès au Royaume-Uni une fois que celle-ci fut remise au gout du jour par la filiale de Marvel sur place. En effet, après la mort des New Mutants et de plusieurs X-Men, certains membres survivants décident de refaire leur vie au Royaume-Uni. Ainsi, Kitty Pryde / Shadowcat, Kurt Wagner / Nightcrawler et Rachel Summers / Phoenix se retrouvent outre-Atlantique et font la rencontre du frère de leur ex-coéquipière Betsy Braddock / Psylocke, à savoir le super-héros Brian Braddock / Captain Britain. Les quatre héros ainsi que la compagne de Captain Britain, la polymorphe Meggan, se retrouvent rapidement à former une équipe qu’ils comparent à Arthur et sa table ronde, et nomment ainsi Excalibur. L’équipe se cantonnera principalement au Royaume-Uni au départ avant de finalement avoir de nombreux crossovers avec les autres titres X-Men ainsi que des aventures extra-dimensionnelles dans les années qui suivirent.


Les créateurs derrière Excalibur


Avec une durée de plus de dix ans, la série Excalibur a naturellement vu plusieurs auteurs et artistes passer sur la série. Côté auteur, même si plusieurs numéros ont été écrits par des pointures telles que Scott Lobdell (Red Hood and the Outlaws) et Warren Ellis (Transmetropolitan), celui qui a créé la série et en fut l’auteur jusqu’au #34 fut Chris Claremont.

Chris Claremont est un auteur de comics américain qui débuta sa carrière chez Marvel Comics en 1969, d’abord comme stagiaire avant d’écrire son premier comics en 1975, à l’âge de 25 ans. L’un de ses premiers titres sera celui qui le fera connaitre dans l’industrie du comics, étant responsable de la nouvelle popularisation des X-Men après avoir repris le titre Uncanny X-Men, titre alors en déclin commercial. Il reste à ce jour l’auteur avec le plus long run sur ce titre, ayant duré 16 ans, l’amenant ainsi à chapeauter le lancement des spin-offs que furent New Mutants, X-Factor et donc Excalibur.

C’est à Claremont qu’on doit la création de plusieurs personnages de Marvel gravitant autour des X-Men, des personnages aussi célèbres que Rogue, Phoenix, Kitty Pryde, Mystique ou encore Gambit. C’est également lui qui crée Captain Britain en 1976, faisant donc de lui l’auteur le plus naturel pour continuer les aventures des X-Men et de Captain Britain dans Excalibur. Après son run de 16 ans sur les X-Men, à partir de 1992, Claremont a ensuite écrit pour d’autres éditeurs, s’essayant à ses propres créations, avant de revenir chez Marvel comme éditeur et auteur de Fantastic Four et même de nouveaux titres X-Men et Excalibur. Aujourd’hui âgé de 75 ans, Claremont écrit naturellement beaucoup moins mais revient de temps à autre pour une histoire courte chez son éditeur de coeur, Marvel.

Côté artiste, Excalibur a vu aussi bon nombre de dessinateurs se succéder. Celui qui aura toutefois eu le plus gros impact, en tant que co-créateur de la série et comme dessinateur jusqu’au #24 puis auteur/dessinateur du #42 au #67, est Alan Davis.

L’artiste britannique commence à se faire connaitre dans son pays au début des années 1980 en dessinant pour le magazine 2000 AD et pour la deuxième série Captain Britain chez Marvel UK. Son travail au Royaume-Uni attirera l’attention des éditeurs américains, ce qui amènera Davis à écrire et co-créer Miracleman chez Eclipse Comics mais aussi à dessiner chez DC Comics sur des titres comme Batman and the Outsiders et l’iconique Detective Comics. Quittant DC à la suite d’un désaccord, c’est à ce moment-là, en 1987, qu’il rejoint Marvel pour travailler avec Claremont et finalement créer Excalibur.

Par la suite, Alan Davis écrira et dessinera la mini-série JLA: The Nail et sa suite JLA: Another Nail mais exercera ses talents surtout chez Marvel. Il dessinera principalement, mais écrira aussi à certaines occasions, sur plusieurs titres de la famille X-Men tels que Uncanny X-Men et Wolverine mais aussi d’autres titres comme les mini-séries Fantastic Four: The End et Avengers: Prime.


Quel impact a eu Excalibur ?


Excalibur fut un véritable succès commercial dès sa sortie, voyant son premier numéro devenir le numéro le plus vendu en avril 1988 à travers toute l’industrie du comics. Même si ses ventes ont drastiquement diminué quelques mois plus tard, le titre Excalibur continua d’être rentable au point de durer plus de 10 ans, ce qui est non seulement notable pour une série de comics mais d’autant plus pour une série dérivée. Excalibur a ainsi réussi à s’installer dans l’univers Marvel au point d’avoir encore plusieurs séries par la suite, ce qui n’est pas donné à toutes les équipes créées fin des années 1980.

En effet, après la fin de la série originelle en 1998, plusieurs autres comics furent publiés sous le titre d’Excalibur, se centrant tantôt sur un line-up évoquant la série originelle, tantôt davantage sur le monde de Captain Britain. La première à voir le jour est une mini-série publiée en 2001. Par la suite, une série de 14 numéros fut publiée entre 2004 et 2005 avant d’être relancée sous le nom New Excalibur pour 24 numéros supplémentaires jusqu’en 2006. Plus récemment, dans le cadre de l’ère de Krakoa des X-Men, une quatrième série Excalibur a vu le jour, publiée entre 2019 et 2022.

Bien plus que par sa durée dans le temps, Excalibur dépassa son statut de série dérivée. La série nait non seulement d’une décision éditoriale d’éliminer les X-Men, mais elle ira totalement à l’opposé de ce que faisaient les différents titres de la famille X-Men à l’époque. Alors que ceux-ci fonctionnaient (et marchaient plutôt bien au niveau des ventes) grâce à des thèmes et un ton sombres, Excalibur les prend à contre-pied et offre un ton beaucoup plus léger, caractérisé d’emblée comme une “comédie cosmique“.

C’est ce ton humoristique et le succès qu’il rencontre qui amènera Marvel à produire d’autres titres sur le même ton par la suite, tels que Guardians of the Galaxy, New Warriors ou encore Deadpool., mais surtout, Excalibur est le titre qui aura permis à l’univers des X-Men de se diversifier à la fin des années 1980. Qui sait, sans Excalibur, l’univers massif des mutants de Marvel ne serait peut-être pas aussi éclectique, quelque chose qui serait inimaginable à l’heure d’aujourd’hui.

Excalibur, l’intégrale, tome 1 : “1988-1989” par Chris Claremont et Alan Davis (Panini Comics)

Vous avez raté les derniers numéros de Know Your Classics ? Pas de panique ! Retrouvez-les ci-dessous :

Chaque mois, nous produisons aussi six autres chroniques variées : Old But Gold, qui présente des comics primés aux Eisner et Harvey Awards (le mois dernier : Eightball) ; Comics Out, qui présente des comics LGBTQ+ (le mois dernier : Heartstopper) ; Power Girls, qui se centre sur les personnages féminins des comics (le mois dernier : Catwoman)The Dark Side, qui présente les vilains des comics (le mois dernier : Punchline) ; Agent Double, qui présente des acteurs/actrices ayant joué au moins deux rôles de comics (le mois dernier : Danai Gurira) ; et le Top 5, qui présente un sujet différent chaque mois, comme le TOP 5 des films de comics qu’on ne verra jamais le mois dernier.

Et si vous aimez notre contenu original, ne manquez pas nos séries d’articles UDC Original comme Les Armures d’Iron Man dans le MCU, la série qui compte déjà deux saisons PubliStory, et la toute nouvelle Into the Writer-Verse.

Publicités

Avez-vous lu nos récentes chroniques ?

=> Lire AGENT DOUBLE: Nathan Fillion <=