« Harleen » : le coup de cœur UDC de décembre 2020 ! 1


Certaines œuvres sont intemporelles et traversent le temps, restant à jamais des grands classiques des comics, racontant des histoires originales ou puissantes illustrées par des dessins splendides. La liste est longue aussi bien chez DC que chez Marvel, avec des Civil War, Batman: The Dark Knight Returns, The Dark Phoenix Saga, House of M, et bientôt un nouveau comics va s’ajouter à cette liste !

Vous le savez sûrement si vous lisez des comics, les scénaristes aiment tester de nouvelles choses, explorer de nouveaux aspects, plus en profondeur des personnages. Entrez, cher lecteur, dans l’univers passionnant et foisonnant d’Harleen Quinzel !

Harleen vous dites ?

Si le Joker est un personnage complexe et aux nombreuses facettes, c’est bien pour une raison que son ancienne psychiatre tombe éperdument amoureuse de lui. D’ailleurs, j’en profite pour vous proposer d’oublier le film Suicide Squad.

Ouverture des rideaux, allumage des spots, une femme entre en scène. Elle est désespérément seule et finit ses études tristement ponctuées par une relation avec un professeur. Elle ne trouve pas de travail malgré la folie tangible du monde dans lequel elle vit.

Un deuxième personnage entre sur la scène, mais étrangement il n’est pas humanoïde. C’est une ombre, un lieu sombre ou les âmes viennent se perdre, emprisonnées. Certains l’appelleront, prison, d’autres, asile. Il est silencieux mais bien plus meurtrier que certains autres. Et lorsqu’enfin le premier personnage entré, Harleen, voit la lumière au bout du tunnel, elle peut entrer étudier ces criminels notoires dans l’asile d’Arkham. Une chance de pouvoir avoir autant de cas à étudier en tant que psychologue !

Vous le savez, il est temps pour le dernier personnage d’entrer en scène. Ce personnage là est bien plus sombre qu’Arkham, bien plus manipulateur. La rencontre des deux amoureux se fera sur un coin de rue ou le criminel manque de la tuer mais ne le fait pas. Le destin choisira de les réunir ensuite, après qu’elle ait tenté de l’éviter, au sien de l’asile d’Arkham. C’est à cet instant précis que tout commence, ou tout finit. L’innocence disparait et la folie apparait.

Bien entendu, vous avez déjà entendu parler de la relation particulière entre Harleen Quinzel et le Joker cependant le formidable Stjepan Sejic vous propose d’en explorer les prémices, les balbutiements qui mèneront à la disparition de tous ces cauchemars pour l’héroïne.

Son écriture est complexe mais son Joker est attendrissant. Oui, vous avez bien lu. Si ce comics est notre recommandation c’est parce que l’auteur réussit à nous y faire croire, à ce couple si dissonant. Il réussit à nous faire espérer que la fin soit heureuse, alors qu’au fond de nous, nous connaissons la tragique fin de ce couple si mythique. Au delà du scénario, qui est brillant et très bien amené, le dessin est suffisamment réaliste pour nous happer et nous relâcher pas loin de 230 pages plus loin, un sourire au lèvre. Car, laissons un suspense, Harleen ne finit peut-être pas si mal que cela.

Au-delà de cette descente aux enfers, ou montée au paradis, tout dépend de quel point de vue on se place, l’univers de Gotham est bien présent avec un Batman agressif et violent, un double-face étonnamment réaliste et un commissaire Gordon qui… eh bien… fait ce qu’il peut. Harleen est troublant, Harleen est dérangeant et passionnant à la fois, on se prend d’une obsession quasi-morbide pour ce compte de fée sanglant et psychique, pour cette histoire d’amour invraisemblable mais qui semble vraie et qui, à coup sûr, va marcher !

Applaudissements, les artistes saluent, les rideaux se ferment et étrangement, un petit bout de tissu arlequin rouge et noir dépasse de sous le rideau.

(Re)découvrez nos précédents coups de coeur :

Si vous voulez découvrir un classique, on vous propose aussi chaque mois une réédition qui parait dans le mois en cours, comme Batman : The Dark Prince Charming le mois passé. Et si vous voulez plus de conseils de lecture, nous sommes aussi là pour ça ! Chaque mois, une sélection complète vous attend, qui incluait récemment WandaVision et Fear the Walking Dead.

This content is available exclusively to members of this creator's Patreon at $2.99 or more.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Commentaire sur “« Harleen » : le coup de cœur UDC de décembre 2020 !