Quelles sont les différences et similitudes entre « The Boys » et « Jupiter’s Legacy »


Sortie il y a maintenant un petit mois, vous avez peut-être déjà vu Jupiter’s Legacy, la première série issue de Millarworld sur Netflix. Si ce n’est pas encore fait, ne vous inquiétez pas, cet article ne contiendra pas de spoiler, mais nous vous invitons à lire notre review à ce sujet. La série se situe dans un monde réaliste, comme si elle posait directement la question au téléspectateur : « que se passerait-il si des super-héros existaient dans notre monde ? ».

Ce sentiment général nous a directement fait penser à une autre série adaptée de comics, quant à elle en streaming sur Amazon Prime Video : The Boys. Mais si les deux séries ont bien des similitudes sur certains thèmes abordés, elles sont aussi fort différentes sur d’autre points. Prenons-le temps de comparer les deux aujourd’hui.


Un thème commun…


Point de départ de l’idée de cet article, nous ne pouvions évidemment que commencer par les similitudes entre The Boys et Jupiter’s Legacy.

Comme dit plus haut, les deux séries abordent le même genre de thème car elles prennent comme point de départ la même question : qu’arriverait-il si des super-héros existaient dans notre monde ? Les deux séries se situent effectivement dans un monde fictif mais suffisamment proche de la réalité pour pouvoir se poser cette question avec crédibilité. De par leur intrigue, nous avons un monde réaliste mais ceci ne fait pas tout. Au delà du monde, la mise en contexte et les enjeux sont aussi réalistes. Les gens « normaux » dans les deux séries pensent comme nous et les problèmes abordés sont aussi d’actualité dans la vraie vie, l’aspect super-héroïque en moins.

Enfin, pour terminer cette rapide comparaison des similitudes des deux séries, il est à noter que celles-ci utilisent aussi le même ton, à savoir un angle très adulte et très sérieux sur la question de l’apparition de super-héros. Ce sont des séries qui vont non seulement raconter une intrigue mais vont poser des questions. Elles vont exprimer la violence inhérente à la nature humaine, parfois de la manière la plus crue et gore, les deux séries étant effectivement interdites aux moins de 17 ans.


… mais deus approches différentes


Même si elles ont un thème commun en filigrane, The Boys et Jupiter’s Legacy abordent le même sujet selon deux angles différents.

Dans Jupiter’s Legacy, l’angle super-héroïque reste assez classique : six super-héros ont obtenu des pouvoirs et décident de protéger le peuple avec ceux-ci. Il y a cependant une notion de durée relativement longue, qu’on ne trouve que très rarement dans d’autres séries ou films adaptés de comics, un peu à l’instar d’un The Dark Knight Returns de Frank Miller dans lequel on trouve un Batman vieilli renfilant la cape une dernière fois. Dans Jupiter’s Legacy, 90 ans se sont écoulés entre le moment où Utopian, Lady Liberty et les autres ont obtenu leurs pouvoirs. Ils sont toujours aussi puissants mais doivent former la nouvelle génération, qui inclut leurs propres enfants. Parents comme enfants sont des célébrités pour le peuple dans un monde ultra-médiatisé.

Dans The Boys, les super-héros sont aussi des célébrités mais cette popularité ne sera finalement qu’un instrument commercial, un peu à l’instar des influenceurs sur les réseaux sociaux. Les super-héros, et plus particulièrement les Seven, sont gérés par l’entreprise Vought International, qui a au final commercialisé la protection du pays. Là où Jupiter’s Legacy pose ses super-héros dans une attitude classique mais complètement altruiste, The Boys nous montrent des super-héros corrompus par l’argent, la célébrité et la puissance. Vought International donne l’impression de les contrôler mais peuvent-ils réellement être contrôlés ? C’est dans ce cadre que les réels protagonistes du film sont finalement l’équipe des Boys de Billy Butcher et que la plupart des super-héros sont des antagonistes dans la série.

Le super-héros n’est qu’un autre produit commercial, poussant le raisonnement dans ses extrêmes. Vought International a créé les super-héros de toute pièce et mène notamment des expériences sur des nouveaux-nés. L’éthique est mise à mal par cette société qui ne cherche que le bénéfice derrière cette couverture de protection de la population. Lorsque le peuple découvre les véritables intentions et les expérimentations de Vought International, ou la véritable personnalité de Homelander, idolâtré par ceux-ci, la confiance est rompue.

Dans Jupiter’s Legacy, la confiance est au beau fixe mais le fossé générationnel commence à se faire sentir lorsque Paragon, le fils du leader des super-héros Utopian, tue un super-vilain pour sauver son père. Le peuple s’avère majoritairement satisfait de cette nouvelle méthode car certains vilains devraient être arrêtés à tout prix. La règle du « on ne tue pas » imposée par Utopian est fortement mise en doute, le Code – comme ils l’appellent – commence à apparaitre comme désuet ; l’optimisme et la bonne volonté de Utopian, face à son absence de changement, apparaissent alors comme de l’extrémisme.


Nous pourrions continuer à en parler longtemps tant ces deux séries sont intelligemment conçues et tellement savoureuses à regarder. Les deux séries ont donc au final une base commune mais partent dans des directions opposées lorsqu’il s’agit d’aborder le sujet. C’est toutefois l’aspect d’un monde réaliste, des réels enjeux et des questions intelligentes en filigrane qui font de ces deux séries une réussite.

The Boys est disponible sur Amazon Prime Video et compte actuellement deux saisons ; Jupiter’s Legacy a son premier volume disponible sur Netflix.


Découvrez aussi nos derniers One-Shots !

Chaque moisnous abordons aussi des sujets plus poussés dans nos articles Focus, comme par exemple 9 films adaptés de comics par Mark Millar ou le Printemps des Comics de PaniniAllez jeter un oeil !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.