L'Univers des Comics

Tout sur les adaptations de comics au cinéma et à la télévision !

GREEN LANTERN: BEWARE MY POWER : Une lumière brillant en demi-teinte (REVIEW)

Une première aventure solo pour le Green Lantern John Stewart

Alors qu’il y a une semaine la San Diego Comic Con battait son plein et nous apportait de nombreux infos et bandes annonces sur les projets de série et de film à venir, le panel DC Animation Films présentait quand à lui les prochains films en développement dans le Tomorrowverse, l’univers animé partagé lancé en 2020 avec Superman: Man of Tomorrow. Et cette semaine, c’est le dernier né de cet univers qui est sorti le 26 juillet : Green Lantern: Beware my power. Un film centré non sur le plus connu des Green Lantern Hal Jordan, mais contant l’origin story du plus noble d’entre eux : John Stewart ! Le film est-il à la hauteur du personnage, ou sa volonté n’est-elle pas assez forte ? Chez UDC, on est mitigé !

Commençons par l’histoire, et surtout le personnage de John Stewart, qui sont les gros points forts du films : le film s’ouvre sur un John Stewart rendu à la vie civile, après ses années en tant que Marines de l’armée américaine. Souffrant de flashbacks de ses traumatismes durant son service, il essaie tant bien que mal de reprendre une vie normale. Jusqu’à ce qu’un des Gardiens d’Oa (les créateurs du Corps des Green Lantern) se crashe sur Terre et lui confie un anneau vert avant de mourir, afin de défendre l’univers. A partir de là, John se retrouve embarqué malgré lui dans une enquête dans l’espace, afin de déjouer un complot intergalactique.


Envie d’un conseil de lecture ?

Alors que le nouvel event Marvel oppose Avengers, X-Men et Eternels, redécouvre un classique : Avengers vs. X-Men


John demandera l’aide de la Justice League, et sera aidé par Green Arrow dans sa quête. Il rencontrera plusieurs personnages en chemin, et notamment Sinestro et Hawkgirl, et bien d’autres… Comme on l’a dit, John est embarqué malgré lui dans une quête cherchant à déjouer un complot interplanétaire. Voulant dans un premier temps se débarrasser de son anneau, il finit par apprendre à le maitriser tout en acceptant le devoir de défenseur interstellaire qui est le sien.

Sous la forme d’un polar/thriller d’enquête, on a un film montrant vraiment une évolution du personnage assez plaisante, qui passe d’un ancien soldat sans but à une sentinelle de la paix universelle. Le film ne perd pas de temps pour installer son intrigue, mais sans que l’histoire ne soit rushée pour autant. Tout s’enchaîne parfaitement du début à la fin à grande vitesse, si bien qu’on arrive à la fin du film en se disant “déjà?”, ce qui est un peu dommage. Le film aurait pu être meilleur s’il avait été un peu plus long. John Stewart étant un des personnages les plus intéressants de l’univers DC Comics, et probablement l’un des plus appréciés par les fans (notamment grâce à l’excellente série anime Justice League), un film se plongeant un peu plus sur son passé aurait pu être vraiment passionnant !

Au niveau des méchants et des enjeux du film, les antagonistes sont assez fidèles à leur version comics, mais manquent d’envergure, étant loin d’être implacables. Au final, le plot twist de fin est assez prévisible, et n’offre qu’une menace moyenne sur l’univers. Une intrigue intéressante, mais loin d’être captivante.

Au niveau de l’animation c’est un sans faute : fluide et élégante, autant dans les plans larges que dans les discussions, on prend plaisir a regarder un film qui nous transporte à travers la galaxie, et qui reprend le style de l’animation des autres films du Tomorrowverse, comme Superman: Man of Tomorrow ou Justice Society of America: World War II. Au niveau des scènes d’action, les chorégraphies et animations des combats les rendent très fluides et nerveux. En résumé, on en prend plein les yeux !

Au niveau du casting, on a beaucoup d’actrices et acteurs très bons et justes dans leur interprétation comme Jimmi Simpson, Nolan North, Jamie Gray Hyder ou encore Brian Bloom. Mention spéciale à Aldis Hodge, qui prête sa voix à John Stewart et qui reste assez fidèle à l’essence du personnage : un homme très intelligent, humble et honnête. A noter qu’Hodge interprète le personnage d’Hawkman/Carter Hall en live action dans le film Black Adam, qui sort le 19 octobre 2022 au cinéma.

Enfin, au niveau de l’ambiance sonore, la bande originale se fait plutôt discrète et est assez oubliable d’une manière générale, bien qu’elle souligne assez bien les scènes d’actions et de combats.


Comme vous l’aurez compris, UDC est plutôt mitigé sur cette nouvelle adaptation animée de l’univers DC. Entre histoire intéressante mais sans enjeux, des ennemis qu’on aurait aimé plus impitoyables, une animation impeccable et un John Stewart très cool, notre avis est en demi-teinte. Espérons que le Tomorrowverse continue de s’étendre et nous offre d’autres aventure du Green Lantern John Stewart à l’avenir !


Découvrez aussi nos dernières reviews :

Publicités

Et toi, quel super-héros es-tu ?


1624
Premier ordre de lecture

Nous avons trois ordres de lecture qui sont prêts à être publiés. Lequel voulez-vous en premier ?

%d blogueurs aiment cette page :