Nos premières impressions sur « Y : The Last Man »



Très attendu par les fans du comics, la série Y : The Last Man a dévoilé ses premiers épisodes sur Disney+ ce mercredi ! C’est donc venu le moment pour l’Univers des Comics si ce premier épisode est une réussite ou pas !


Y: The Last Man — « The Day Before” — Season 1, Episode 1 (Airs September 13) — Pictured: Ben Schnetzer as Yorick Brown. CR: Rafy Winterfeld/FX

L’avis de Max Chauvineau

« Cette série s’offre un casting parfait et des prises de vues à couper le souffle »

Depuis la sortie de The Walking Dead il y a un peu plus de 10 ans, le genre « post-apocalyptique » a séduit de nombreux spectateurs, donnant lieu à des séries tel que Daybreak, The Rain, Into the Night… Les gens aiment ces univers dystopiques car ils sont de plus en plus proche des lendemains qui nous attendent, et parce que ces histoires montrent la vraie nature de l’homme face à l’adversité. Mais il est vrai que les séries adaptées de comics dans ce genre là ont la côte en ce moment (Sweet Tooth par exemple). Y: The Last Man est l’une de celles-ci.

Nous avons besoin de vous pour récupérer l’accès à notre site !

Afin d’évincer le malfrat qui a pris le contrôle de L’Univers des Comics, il faut que vous nous aidiez à résoudre l’énigme qui s’y trouve ! En attendant de trouver la solution, nous vous remercions pour v votre assiduité et votre patience et avons réussi à produire le code promo HACK25. Grâce à celui-ci, vous bénéficiez de 25 % de réduction sur chacun de nos abonnements annuels !

N’attendez pas pour en profiter !

Avec un premier épisode d’environ 50 min, la série nous dépeint d’abord un monde pré-apocalyptique, semblable au notre en tout point. L’histoire prend son temps, posant l’intrigue, donnant ici et là des indices sur le cataclysme à venir.

On pourrait reprocher ce rythme lent à la série, mais cela permet d’introduire correctement les personnages principaux, Yorick, sa soeur Hero, etc… Le casting est parfait, les actrices et acteurs jouant leur rôle avec une sobriété et une justesse très appréciable, ce qui fait qu’on rentre assez aisément dans l’histoire. Ben Schnetzere est touchant dans le rôle de Yorick Brown, et la grande Diane Lane est brillante en Présidente Jennifer Brown.

Au niveau visuelle, la qualité de la photographie est vraiment à la hauteur, donnant des plans séquences et des visuels iconiques (dont un avec une carte des USA qu’on vous laisse découvrir). Les effets spéciaux sont impressionnants, nous offrant un cataclysme à la hauteur de sa gravité, et un capucin nommé Esperluette plus vrai que nature ! L’ambiance sonore est sobre mais souligne bien la détresse des scènes clés, et le thème de la série est très cool et entêtant.

En somme Y: The Last Man est une série qui commence fort, et qui nous réserve plein de surprises !


L’avis de Marlon Jousset

« Y: The Last Man se distingue très nettement des autres séries »

Sans avoir lu le comics on pouvait s’attendre à découvrir un univers un peu à la The Walking Dead, pourtant il n’en est rien, Y : The Last Man se distingue très nettement des autres séries, mettant en avant des personnages très variés. Car s’il y a un point que l’on retiendra de ces premiers épisodes particuliers, ce sont les nombreux personnages qui nous sont présentés au fur et à mesure que l’histoire avance. Là où d’autres séries seraient passées rapidement dessus, Y : The Last Man, prend le temps de les introduire, dévoilant les liens qui les unissent.

Pour ce qui est du visuel, les effets visuels sont impressionnants et très réalistes, ce qui rend l’histoire encore plus impressionnante. Coté musique, elle est un peu en retrait, laissant une place plus importante aux dialogues qui ponctuent très justement l’épisode. Sans trop rentrer dans le détail, ces premiers épisodes réussissent tout de même à nous faire apprécier le personnage principal ainsi que quelques autres en l’espace de quelques scènes. Du haut de sa cinquantaine de minutes par épisode, la série amène un tempo intéressant qui est suivi par un cast parfaitement bien choisi.

La série part sur un très bon chemin et on a hâte de découvrir les prochains épisodes qui seront assurément remplis de surprises !


L’avis de Timo Masson

« L’adaptation du comics en série TV perd au passage toute l’essence et le message transmis par ses créateurs »

Y: The Last Man vise à adapter le comics éponyme de Brian K. Vaughan et Pia Guerra, s’attaquant ainsi à un gros morceau, multi-primé tant aux Eisner qu’aux Harvey Awards, et on peut dire que le concept est dans son ensemble bien adapté. L’histoire suit, de la même façon que les comics, la mort soudaine de tous les mammifères mâles, à l’exception de Yorick et son singe Esperluette.

Malheureusement, l’adaptation du comics en série TV perd au passage toute l’essence et le message transmis par ses créateurs, voyant des histoires modifiées pour les personnages qui font perdre le momentum émotionnel causé par l’apocalypse. Nous somme loin du féminisme inscrit en filigrane du comics, décrivant au final l’histoire comme une énième histoire post-apocalyptique.

On notera tout de même, malgré un rythme plutôt lent, une photographie extrêmement bien travaillée et des effets visuels qui vous feront douter si le singe est réel ou non à chaque apparition. Le casting de la série fut parfaitement sélectionné, les acteurs principaux montrant déjà une performance solide des les premiers épisodes, avec une attention particulière pour Ben Schnetzere dans le rôle de Yorick Brown et Diane Lane dans la peau de Jennifer Brown.

En résumé, il faudra sans doute voir la suite de la série pour se faire un avis définitif, mais pour l’instant, Y: The Last Man est une bonne série qui peine encore à soulever les véritables questions idéologiques derrière une apocalypse si particulière. A voir ce que la série nous réserve.


Découvrez pour chaque nouvelle série adaptée de comics nos premières impressions :

Publicités

Et toi, quel super-héros es-tu ?


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.