L'Univers des Comics

Tout sur les adaptations de comics au cinéma et à la télévision !

OLD BUT GOLD: Silver Surfer – Parable

Déterrons les pépites

Un autre mois, un autre classique ! Old But Gold se penche aujourd’hui sur l’un des seuls comics Marvel de la saison, mais quel comics ! Si vous connaissez sans doute le personnage principal, avez-vous déjà entendu parler de Silver Surfer: Parable ?


Silver Surfer: Parable : de quoi parle-t-on ?


Silver Surfer est le titre de plusieurs comics publiés chez Marvel Comics à partir de 1967. Fort du succès d’une première série qui dura 18 numéros et fut publiée jusqu’en 1970, le comics continua à être publié durant les années suivantes et jusqu’à nos jours. Après un one-shot en 1982, 12 ans après la fin de la série originelle, un troisième comics Silver Surfer voit le jour à partir de 1987 et deviendra la plus longue à ce jour : un total de 147 numéros publiés jusqu’en 1998. Toutefois, celle qui nous intéresse aujourd’hui est la quatrième série Silver Surfer, une mini-série de 2 numéros publiée peu de temps après la troisième, en 1988.

Envie de lire un comics dérivé de The Sandman ?

=> Lire COMICS OUT: Death – The Time fo Your Life <=

Cette mini-série Silver Surfer était particulière dans le sens où elle fut en réalité publiée sous le défunt label de Marvel, Epic Comics, destiné à des oeuvres plus travaillées comme Elektra Lives Again présenté le mois dernier. La mini-série en 2 numéros fut par la suite incluse dans une compilation The Essential Silver Surfer aux côtés d’autres publications Silver Surfer mais fut surtout rééditée sous la forme d’un roman graphique sous le titre qui désigne généralement la mini-série : Silver Surfer: Parable.

En français, la mini-série traverse l’Atlantique très rapidement et est publiée chez Casterman dès 1990 sous le titre Surfer d’Argent. La mini-série sera par la suite rééditée chez les éditions Soleil en 2001 sous le titre Le Surfer d’Argent avant de faire partie du catalogue de Panini Comics, qui acquirent les droits de Marvel en francophonie. Panini Comics rééditeront le titre à partir de 2014 dans leur collection Marvel Graphic Novels, puis une nouvelle fois en 2018 avant de voir le titre rejoindre la collection Must-Have pour sa plus récente édition en 2023. Le titre français est une traduction littérale de l’édition américaine : Silver Surfer : Parabole.

Silver Surfer: Parable se centre donc sur le personnage de Silver Surfer, créé plus de vingt ans plus tôt, dans une histoire qui est désormais considérée hors de toute continuité. Habitant désormais sur terre et vivant une vie simple où il se fait passer pour un sans-abris, Silver Surfer assiste à l’arrivée de Galactus, le Dévoreur de Mondes. Galactus décide de se faire vénérer et instaure la religion du pouvoir, abrogeant toute loi humaine existante. Un prêtre fanatique s’auto-proclame héraut de Galactus et les humains commencent à vénérer Galactus tel un dieu. Cependant, l’humanité sombre à la place dans le chaos et Silver Surfer, ancien héraut de Galactus, se voit alors obligé d’intervenir pour dénoncer son ancien maitre.


Les créateurs derrière Silver Surfer: Parable


Silver Surfer: Parable est écrit par Stan Lee, légende de Marvel Comics.

Stanley Lieber, dit Stan Lee, débute dans le monde des comics à la l’âge de 17 ans, rejoignant le nouveau magazine Timely Comics en 1939. S’inscrivant comme un auteur régulier à travers les années, il deviendra par la suite éditeur-en-chef de la maison d’édition, qu’il renomme Marvel Comics en 1961 à la suite d’un changement radical de direction éditoriale. Stan Lee crée alors l’univers Marvel et sa vision des super-héros, avec un énorme succès.

Ecrivant la plupart des histoires au début, Stan Lee sera à l’origine de la création de nombreux super-héros de Marvel tels que Spider-Man, les X-Men, Hulk, Thor, Iron Man, Doctor Strange, Daredevil, l’équipe des Avengers, mais aussi les Fantastic Four et l’un de leurs alliés, Silver Surfer. Concernant ce dernier, Stan Lee écrira l’intégralité de la première série Silver Surfer et le one-shot de 1982 avant de revenir sur celui qui restait l’un de ses personnages préférés dans Silver Surfer: Parable.

Stan Lee a progressivement laissé l’écriture à d’autres auteurs, quittant la direction éditoriale de Marvel pour aider la société de manière plus générale, la transformant en véritable entreprise multimédia. Stan Lee deviendra une véritable figure de proue de Marvel, même après avoir quitté la société dans les années 1990, faisant ensuite de nombreux cameos dans des films adaptés de Marvel jusqu’à son décès en 2018.

Silver Surfer: Parable était aussi la première collaboration de Stan Lee avec un artiste issu de la bande dessinée européenne vu que le comics était dessiné par Jean Giraud, dit Moebius.

Véritable légende du monde du comics et encore plus de la bande dessinée franco-belge, l’artiste français débute dans la BD en 1965, à l’âge de 27 ans. A travers de très nombreuses oeuvres, que ce soit sous les pseudonymes de Jean Giraud, Gir ou Moebius, Giraud obtient rapidement la reconnaissance dans le milieu, au point d’être considéré comme l’une des figures avec le plus d’influence dans le monde de la BD après Hergé.

Le succès de Moebius a même dépassé l’Atlantique, entre autres grâce au véritable hit que deviendra L‘Incal, abordé cette saison dans un numéro de Know Your Classics. Ce succès verra le Français travailler avec Marvel Comics pendant plusieurs années, dont notamment sur la série de comics qui nous intéresse aujourd’hui, Silver Surfer. Jean Giraud a une bibliographie et une liste de récompenses beaucoup trop longues que pour les citer toutes, sachant aussi que l’artiste continua à dessiner jusqu’à ses derniers jours. Jean Giraud est décédé en 2012 après une longue bataille avec un cancer.


Le palmarès


La mini-série SIlver Surfer a été lauréate de l’Eisner Award de la meilleure mini-série en 1989, devançant Scarlet in Gaslight de Martin Powell et Seppo Makinen, et Jezebel Jade de William Messner-Loebs et Adam Kubert. Son édition en un seul tome, Silver Surfer: Parable, était aussi nominée la même année pour le prix du meilleur roman graphique, qui a été remporté par Batman: The Killing Joke de Alan Moore et Brian Bolland, présenté dans un numéro précédent de cette chronique.


Pourquoi Silver Surfer: Parable est-il un classique ?


L’un des aspects qui fait que Silver Surfer: Parable est un véritable classique est que, déjà à l’époque, il est un véritable OVNI. Voir l’une des légendes vivantes du comic book américain, Stan Lee, et une légende vivante de la bande dessinée franco-belge, Moebius, n’arrive pas très souvent et ceci était la première fois. Au delà de statut de comics très attendu avant sa publication, cette mini-série Silver Surfer a tout simplement tout ce qu’on aurait pu attendre d’une collaboration entre les deux maestro.

Si le talent de Moebius était déjà connu en Europe, les dessins du maitre de la BD montraient au marché américain ce dont il était capable. Les dessins en ligne claire de Moebius renforcent à la fois l’émotion et l’état gigantesque du monde et du vilain Galactus. Moebius arrive ici toutefois avec un style assez erratique – de ses propres mots en commentaire du comics – voyant son style évoluer au gré de son humeur, chose qui restait assez inhabituelle dans un marché américain assez standardisé.

Silver Surfer: Parable est justement loin d’être un comic book standard, et pas uniquement au niveau des dessins. Comme l’indique son titre, la mini-série est une parabole, entendez donc un récit allégorique dans lequel se trouve un enseignement. Expression habituellement utilisée pour les livres saints, le terme n’est ici pas anodin, explorant l’idée de religion et de réaction de la population face à l’arrivée d’un dieu nouveau et tout puissant, Galactus.

SIlver Surfer: Parable, malgré une histoire relativement courte, reste l’un des exemples les plus frappants de la capacité des comics à transmettre un message ou à faire réfléchir, sans devoir absolument utiliser la violence de combats sans fin. Le comics amène des questionnements sur l’être humain, la civilisation et la vision du monde. Comme le dit si bien Stan Lee dans la préface du comics :

Si, à la fin de Parabole, vous vous retrouvez à voir certains aspects du monde sous une autre lumière, si vous vous retrouvez à contempler la destinée de l’Homme ou si vous vous mettez à réfléchir sur la signification de certains principes de base davantage qu’auparavant, alors Moebius et moi avons réussi notre collaboration.

Stan Lee, préface traduite issue de Silver Surfer: Parable

Il n’y a pas de doute, c’est une réussite Stan Lee. Il ne reste plus qu’à ce que vous la contempliez à votre tour cher lecteurs.

Silver Surfer : Parabole (Must-Have) par Stan Lee et Moebius (Panini Comics)

Vous avez raté les numéros précédents de la chronique ? Pas de panique, retrouvez-les ci-dessous :

Chaque mois, nous produisons aussi six autres chroniques variées : Know Your Classics, qui présente des comics qui ont marqué l’industrie du comic book (le mois dernier : Animal Man) ; Comics Out, qui présente des comics LGBTQ+ (le mois dernier : Laura Dean Keeps Breaking Up with Me) ; Power Girls, qui se centre sur les personnages féminins des comics (le mois dernier : Carol Ferris)The Dark Side, qui présente les vilains des comics (le mois dernier : Ultron) ; Agent Double, qui présente des acteurs/actrices ayant joué au moins deux rôles de comics (le mois dernier : Doug Jones) ; et le Top 5, qui présente un sujet différent chaque mois, comme le TOP 5 des bandes originales de films de comics le mois dernier.

Et si vous aimez notre contenu original, ne manquez pas nos séries d’articles UDC Original comme Les Armures d’Iron Man dans le MCU, la série qui compte déjà deux saisons PubliStory, et la plus récente, Into the Writer-Verse.

Publicités

Avez-vous lu nos récentes chroniques ?

=> Lire KNOW YOUR CLASSICS: Animal Man <=