L'Univers des Comics

Tout sur les adaptations de comics au cinéma et à la télévision !

COMICS OUT: World of Wakanda

Comics and Pride

Comics Out est de retour en ce début d’année 2024 ! Pour ce nouveau numéro, nous abordons aujourd’hui un comics qui a même été primé tant pour sa qualité globale que pour sa représentation LGBTQ+. Nous allons en l’occurence aborder World of Wakanda… mais de quoi s’agit-il ?


Qu’est-ce que World of Wakanda ?


World of Wakanda est une série de comics publiée par Marvel Comics durant 6 numéros avant d’être annulée à la suite de ventes insuffisantes. Depuis lors considérée comme une mini-série, World of Wakanda fut ainsi publiée intégralement en 2017, tout d’abord en six numéros individuels puis en un seul tome broché, sous-titré “Dawn of the Midnight Angels”. La série n’a encore jamais été traduite en français à ce jour.

Vous voulez en apprendre plus sur Danai Gurira ?

=> Lire AGENT DOUBLE: Danai Gurira <=

World of Wakanda est à l’époque une série dérivée du titre Black Panther lancée face au succès de ce dernier. L’auteur de Black Panther, Ta-Nahisi Coates, un journaliste et activiste pour les droits de la population afro-américaine, a aidé à lancer World of Wakanda et a recommandé à Marvel celles qui sont devenues les créatrices du comics.

World of Wakanda fut majoritairement écrite par Roxane Gay, une autrice américaine davantage connue pour ses livres de non-fiction et écrits universitaires, qui fut aidée par la poète Yoana Harvey pour l’écriture du premier numéro. Le dernier numéro de la série, une histoire individuelle qui suivait après un arc narratif initial de cinq numéros, a été écrit par Rembert Browne.

Au dessin, World of Wakanda fut principalement réalisé par Alitha E. Martinez, principalement connue pour son run sur la série de comics Iron Man entre 2000 et 2001, tandis que le dernier numéro était dessiné par Joe Bennett, un artiste brésilien qui a travaillé pour Marvel et DC sur de multiples titres comme Hawkman Deathstroke, Amazing Spider-Man et Immortal Hulk.

Directement dérivée de Black Panther, World of Wakanda explore – comme son titre l’indique – plus en profondeur la nation fictive du Wakanda. L’histoire est racontée du point de vue de la garde royale du pays, les Dora Milaje, un ensemble de guerrières ultra-entrainées qui ont voué une loyauté infaillible au Trône du Wakanda et celui qui y siège, le Roi T’Challa, aussi connu comme le super-héros Black Panther.

Malgré son annulation après six numéros et donc sa courte durée, World of Wakanda aura tout de même eu un grand impact, étant lauréate de l’Eisner Award de la meilleure mini-série en 2018 tout en servant d’inspiration principale pour plusieurs personnages du film Black Panther: Wakanda Forever. Le comics a aussi été encensé pour sa représentation LGBTQ+, remportant notamment le GLAAD Media Award du meilleur comics en 2018, d’où sa présence dans notre chronique Comics Out.


World of Wakanda, une histoire d’amour lesbienne au coeur des Dora Milaje


L’histoire de World of Wakanda fut en effet acclamée pour sa représentation LGBTQ+ car le comics inclut une relation homosexuelle entre deux femmes, toutes deux membres des Dora Milaje. Ces deux femmes sont Ayo et Aneka, deux personnages introduits dans la série Black Panther de Ta-Nehisi Coates qui sont également surnommées les Midnight Angels, des héroïnes du Wakanda.

Servant en quelque sorte de préquelle, l’histoire voit la rencontre de ces deux guerrières. Aneka est alors au grade de capitaine dans l’armée du Wakanda, les Dora Milaje, et est notamment chargée de former les nouvelles recrues. Parmi celles-ci, on retrouve Ayo, une jeune fille qui a été entrainée à se battre dès son plus jeune âge et qui décide de rejoindre les Dora Milaje. Leur première rencontre a davantage l’air d’une confrontation et quoi de plus normal quand on s’aperçoit rapidement que les deux femmes ont des caractères bien différents : d’un côté, Aneka a de l’autorité en tant que capitaine et formatrice, a de la maitrise et suit les ordres ; de l’autre, Ayo est un électron libre, elle pense déjà tout savoir et a un problème avec l’autorité. Dès leur première rencontre, Ayo défie déjà sa formatrice, qui la met aisément au tapis et la recadre.

Ayo devient rapidement l’une des meilleures guerrières des Dora Milaje et Aneka et elle se rapprochent de plus en plus, au point de se découvrir amoureuses l’une de l’autre. Les deux femmes vivent d’abord leur relation cachée mais connaissent rapidement des obstacles sur leur route car Aneka, dans les rangs des Dora Milaje depuis bien plus longtemps, met son amour pour la patrie, pour le Wakanda, et par extension son souverain, au-dessus de toute autre priorité, ce qui déplait à Ayo. Ce dilemme s’approfondira encore plus pour Aneka lorsque les Dora Milaje commencent à remettre en question les agissements de Black Panther, décidant finalement de servir le Wakanda dans son ensemble plutôt que Black Panther.

Servant désormais le peuple, Aneka est envoyée plus tard sur une mission solo concernant un évènement rapporté auprès d’un des chefs de tribu. Tombant sur un chef abusant de son pouvoir sur des jeunes femmes, Aneka brise son serment et tue le chef de tribu, ce qui lui vaudra d’être condamnée et enfermée. C’est bizarrement cela qui rapprochera encore plus les deux femmes, vu qu’Ayo libérera Aneka de prison et les deux femmes décident de rester ensemble pour combattre le crime en-dehors des Dora Milaje, sous le surnom des Midnight Angels.


En quoi World of Wakanda est-elle une bonne représentation LGBTQ+ ?


Etant donné que World of Wakanda a même reçu un prix pour cet aspect, il va de soi que la mini-série Marvel est une bonne représentation de la communauté LGBTQ+. Ce qui la rend toutefois unique est la façon de dépeindre une relation lesbienne.

Le fait que les Dora Milaje soient une armée exclusivement féminine donne des possibilités de storytelling impliquant une potentielle histoire amoureuse entre deux de ces membres et c’est ce que World of Wakanda exploite. Même si l’idée d’une relation homosexuelle au sein de l’armée n’est pas nouvelle, celle-ci est bien plus souvent appliquée à une histoire entre deux hommes. La mini-série de Roxane Gay a ainsi ce côté rafraichissant, avec de surcroit des personnages forts comme protagonistes.

World of Wakanda met ainsi en avant une relation entre deux femmes fortes, non seulement parce que ce sont des guerrières, mais surtout car elles ont un caractère bien marqué. Aucune n’a donc d’ascendant sur l’autre, aucune ne remplit le rôle cliché de la “femme en détresse” dans le couple, ce qui aide ainsi le comics à casser ces clichés des couples lesbiens. Il est même intéressant de voir que le comics va même volontairement aborder des clichés vus par le passé dans des histoires gay dans l’armée : les deux femmes vivent d’abord leur amour en secret avant d’apprendre que ce secret n’a pas lieu d’être et que leur relation est acceptée au sein des Dora Milaje et de la société du Wakanda.

Au-delà de cette bonne représentation du couple lesbien en particulier, l’histoire d’amour de World of Wakanda montre aussi que celle-ci aurait pu être celle de deux hommes ou même celle entre un homme et une femme. C’est avant tout les obstacles qui peuvent se mettre sur la route de l’amour et entacher une relation qui sont au centre de l’histoire. Le coeur de l’histoire c’est le déchirement entre le patriotisme ultime préexistant et un amour pur mais naissant. C’est certainement l’élément le plus intelligent de l’intrigue : voir Aneka se retrouver au milieu d’un véritable dilemme cornélien, se rendant compte que les deux ne peuvent coexister mais qu’elle ne veut se séparer d’aucun de ces deux amours bien différents.

C’est le mélange de ces éléments, un couple lesbien à l’opposé du cliché et dans un cadre rafraichissant, qui fait que World of Wakanda représente si bien la communauté LGBTQ+, mais aussi les femmes de manière générale et ce qui guide la vie de tout un chacun : le choix du coeur.


Vous avez manqué les derniers numéros de Comics Out ? Retrouvez-les ci-dessous :

Chaque mois, nous produisons aussi six autres chroniques variées : Old But Gold, qui présente des comics primés aux Eisner et Harvey Awards (le mois dernier : Why I Hate Saturn) ; Know Your Classics, qui présente des comics qui ont marqué l’industrie du comic book (le mois dernier : Excalibur) ; Power Girls, qui se centre sur les personnages féminins des comics (le mois dernier : Wonder Girl)The Dark Side, qui présente les vilains des comics (le mois dernier : Norman Osborn) ; Agent Double, qui présente des acteurs/actrices ayant joué au moins deux rôles de comics (le mois dernier : Patrick Wilson) ; et le Top 5, qui présente un sujet différent chaque mois, comme le TOP 5 des adaptations de comics de 2023 le mois dernier.

Et si vous aimez notre contenu original, ne manquez pas nos séries d’articles UDC Original comme Les Armures d’Iron Man dans le MCU, la série qui compte déjà deux saisons PubliStory, et la récente Into the Writer-Verse.

Publicités

Avez-vous lu nos récentes chroniques ?

=> Lire OLD BUT GOLD: Concrete <=