L'Univers des Comics

Tout sur les adaptations de comics au cinéma et à la télévision !

Le TOP 5 des univers partagés les plus incohérents

Les adaptations de comics sont parfois illogiques. Découvrez lesquelles le sont le plus !

Pour le deuxième TOP 5 de cette année 2024, nous allons nous concentrer sur les univers partagés adaptés des comics. Découvrons ensemble les 5 univers partagés les plus incohérents !


5

L’univers cinématographique DC

Après avoir subi de nombreux échec avec The Flash, Blue Beetle et Shazam: Fury of the Gods, le DCEU a lancé dans les salles obscures il y a quelques semaines son dernier film, Aquaman and the Lost Kingdom. Après dix années d’existence, l’univers cinématographique DC va rendre l’âme avec 15 films. Le créateur du futur univers cinématographique DC, James Gunn, a lui-même admis que l’univers DC au cinéma manquait de cohérence.

Envie d’en apprendre plus sur Echo ?

=> Lire POWER GIRLS: Echo <=

Je rajoute juste qu’il y avait beaucoup trop d’œuvres en live action et que les spectateurs étaient confus, car ils ne savaient pas quelles œuvres étaient connectées entre elles, parce qu’il y en avait trop et qu’elles n’étaient pas labellisées.

L’univers cinématographique DC est un des exemples les plus flagrants d’incohérences, les films sont assez différents les uns des autres. Il faut dire que depuis le Man of Steel de Zack Snyder et l’univers qui semblait porté par le réalisateur, les propositions se sont multipliées avec des axes, des traitements de personnages et des projets très différents. Tout cela a contribué à une vision assez brouillonne de cet univers. On espère que les visions de James Gunn et Peter Safran sauront nous apporter un univers plus cohérent et logique que les nombreux embranchements créés par le DCEU.


4

L’univers The Walking Dead

L’univers The Walking Dead n’est pas en reste en termes d’incohérences. Entre les zombifications qui prennent tantôt quelques minutes et d’autres plusieurs jours et un intérieur de maison qui est en fait une feuille de papier, la série de 11 saisons a entretenu de nombreuses passions.

Plusieurs incohérences sont notables. On peut notamment évoquer l’acteur qui incarne Carl qui a une dizaine d’années au début de la série et qui en a autour de 18 ou 20 lorsqu’elle se termine alors que la série est censée se dérouler sur seulement 3 ans. Pour ce qui est des problème d’acteurs, on peut également parler du personnage de Judith qui s’est retrouvée incarné par de très nombreuses actrices différentes sans explication.

Pour ce qui est du virus en lui-même la série n’est pas cohérente. Le scénario nous fait comprendre que si on touche un membre infecté d’un corps, on se retrouve soi-même infecté, ce qui n’est visiblement plus le cas lorsque les personnages décident finalement de se couvrir de boyaux d’infectés pour passer inaperçus. Mais finalement, dans la saison 8, l’antagoniste utilise des armes plongées dans des tripes de zombies pour infecter ses ennemis. Difficile de faire plus flou.

Beaucoup d’incohérences sont à relever sur les 177 épisodes qui composent la série, et c’est sans compter les séries spin-off !


3

L’Arrowverse

Dès qu’on commence à avoir du voyage dans le temps, on sait que cela promet d’être un nid à incohérences. En troisième position des univers partagés les plus incohérents, on retrouve l’Arrowverse, et même de façon plus élargie, le DCTV. L’univers qui regroupe entre autres les séries Arrow, The Flash, Legends of Tomorrow, Batwoman, Supergirl et Constantine a démontré être capable du pire comme du meilleur. Que cela soit à travers leurs nombreux crossovers (Invasion!, Crisis on Earth-X, Elseworlds,…) ou bien dans leurs épisodes réguliers, les incohérences sont nombreuses.

Entre personnages inutiles et paradoxes temporels outranciers, Legends of Tomorrow s’est par exemple parfaitement faite remarquer et pas dans le bon sens. Le voyage dans le temps, qui est la base de la série, a tout de même provoqué de nombreux dégâts et c’est le cas aussi pour Flash qui, petit à petit, a sombré dans le cliché. A part quelques épisodes sympathiques, le reste est passable. “L’homme le plus rapide du monde” qui se retrouve à chaque fois à faire face à un ennemi qui est en fait plus rapide que lui.

Les autres séries ne sont pas en reste et Arrow nous a notamment laissé en plein épisode un personnage qui en appelle un autre par le prénom d’un tiers ou encore des dates de mort qui ne sont pas les mêmes d’un plan à l’autre.


2

Le Sony’s Spider-Man Universe

On rentre dans le dur avec le Sony’s Spider-Man Universe. Avec les films Venom, Venom: Let There be Carnage et Morbius, l’univers a signé l’un des démarrages les plus catastrophiques en termes de cinéma.

Pour ce qui est du cas de Venom, le symbiote qui veut détruire la Terre, finira par la protéger au prix de sa vie, avec un hôte qui est indiqué comme “l’hôte parfait”, qui ne fait que transpirer et se sentir mal, là où d’autres personnages hôtes ne rencontrent pas ces problèmes. Alors que Venom se met à croquer des gens par moment, les cadavres disparaissent par magie et aucune trace de sang ne laisse présager de l’atrocité de ce qui vient de se passer. D’après Tom Hardy, le film manquerait des trente à quarante minutes qui ont été tournées, ce qui en fait un film particulièrement incohérent avec des changement de positions de personnages sans aucun sens.

Morbius n’est pas en reste niveau incohérences. La scène post-générique, avec l’arrivée d’Adrian Toomes, qui était dans la bande-annonce du film, nous permet de retrouver Michael Keaton, méchant intéressant du film Spider-Man: Homecoming, univers totalement indépendant de Morbius et Venom. Pourtant dans la scène post-générique du film, le personnage se balade sans soucis en prison, sans mention d’un autre univers ou une quelconque explication.


1

L’univers X-Men

La palme d’univers le plus incohérent revient tout de même à l’univers X-Men. Quand on vous dit que les voyages dans le temps c’est pas tout le temps cohérent, c’est que c’est le cas.

Les exemples sont nombreux, comme avec la marche miraculeuse du Professor X qui perd l’usage de ses jambes en 1962 d’après X-Men: First Class mais qui les a visiblement récupérées en 1986 et 1990 dans X-Men Origins: Wolverine et X-Men: The Last Stand. Il en est de même pour sa mort qui survient en 2006 dans X-Men: The Last Stand alors que le personnage est bien vivant dans The Wolverine en 2013 dans l’histoire.

Nombreuses sont les incohérences qui suivent tout le long de la saga des mutants. Des personnages qui portent le même nom mais qui sont joués par des acteurs différents, d’autres qui possèdent leurs pouvoirs à un moment puis qui les perdent, puis qui les retrouvent, cela fait beaucoup pour une seule saga.

Entre X-Men: First Class et X-Men: Apocalypse, les acteurs n’ont pas évolué physiquement, alors que les films se déroulent sur vingt années. Dans Days Of Future Past, Logan se fait capturer par Mystique ayant pris l’apparence de William Stryker puis, comme par magie, on le découvre prisonnier du vrai William Stryker dans le film suivant.

Les incohérences foisonnent donc dans cet univers !


Les incohérences ne sont donc pas ce qui manque au sein des adaptations de comics. Quel que soit l’éditeur, les séries et films adaptés de comics ont parfois des incohérences scénaristiques que l’on peut s’amuser à relever. Tous les univers partagés ne peuvent être à la hauteur du Marvel Cinematic Universe, bien qu’il ne soit pas exempt d’incohérences non plus. Dites nous en commentaire dans quel univers vous avez relevé le plus d’incohérences !


Vous avez manqué les Top 5 précédents ? Pas de panique, les voici !

Chaque mois, nous produisons aussi six autres chroniques : Power Girls sur les personnages féminins de comics (dernier numéro : Madame Web) ; Comics Out sur les personnages de comics dans la communauté LGBTQ+ (dernier numéro : World of Wakanda) ; The Dark Side sur les vilains des comics (dernier numéro : Taskmaster), Agent Double qui met à l’honneur des acteurs ou actrices ayant joué au moins deux rôles dans des adaptations de comics (dernier numéro : Michael B. Jordan)Old But Gold sur les comics primés aux Eisner et Harvey Awards (dernier numéro : Watchmen) et Know Your Classics sur les comics qui ont marqué l’industrie du comics (dernier numéro : New Warriors).

Découvrez aussi nos séries UDC Original Les Armures d’Iron Man dans le MCU, la série qui bénéficie déjà de deux saisons PubliStory, et la plus récente Into the Writer-Verse.

Publicités