L'Univers des Comics

Tout sur les adaptations de comics au cinéma et à la télévision !

COMICS OUT: The Ray

Comics and Pride

Pour ce nouveau numéro de Comics Out, nous avons décidé en ce mois hivernal de trouver un personnage qui réchauffera votre coeur et vous inondera de lumière – littéralement, au vu de ses pouvoirs. On va se pencher aujourd’hui sur le super-héros The Ray de DC Comics, mais avant toute chose, le connaissez-vous ?


Qui est The Ray ?


Le surnom de The Ray a été pris par plusieurs personnages de DC Comics, à commencer par Langford “Happy” Terrill durant l’Âge d’Or des comics. D’autres incarnations ont inclus Stan Silver ou, durant le reboot The New 52, un certain Lucien Gates, mais l’incarnation la plus connue de The Ray et celle qui nous intéresse aujourd’hui est Raymond “Ray” Terrill. Ce dernier fut créé par Jack C. Harris et Joe Quesada et apparut pour la première fois dans son propre comics, The Ray #1, en 1992.

Envie d’en apprendre plus sur Invisible Woman ?

invisible Woman Power Girls

=> Lire POWER GIRLS: Invisible Woman <=

Dès son plus jeune âge, Ray Terrill est élevé dans la peur de la lumière. Son père lui dit que la moindre exposition à la lumière pourrait lui être fatale, poussant le garçon à vivre reclus dans sa maison, à l’abri de toute exposition lumineuse. Il y grandit, éduqué par son père et connu du monde extérieur comme “Night Boy”. Il apprendra cependant la vraie raison de son enfermement sur le lit de mort de son père, alors qu’il a dix-huit ans. Celui-ci lui révèle être le super-héros de l’Âge d’Or The Ray et que Ray possède ses gênes. La moindre exposition au soleil activera ses cellules et ses pouvoirs basés sur la lumière, pouvoirs qu’il aurait été incapable de contrôler étant jeune.

A l’enterrement de son père, il rencontre son cousin Hank, qui le pousse à devenir un super-héros comme son père, ce qu’il refuse de prime abord. Mais il apprend juste après que l’homme qu’on enterre et qui l’a élevé n’était en réalité pas Happy Terrill mais le frère de celui-ci. Ray a été élevé par son oncle tout ce temps et voit apparaitre son père, le véritable Happy Terrill, devant lui, l’invitant à devenir le nouveau super-héros The Ray pour combattre une entité de lumière destructrice. Ray accepte et devient alors un super-héros.

Dans sa carrière de super-héros, Ray aura fait partie à plusieurs reprises de la Justice League dans plusieurs de ses formes, y compris la Justice League of America et la Justice League Task Force. N’existant vraisemblablement pas dans l’univers rebooté des New 52, Ray Terrill a réintégré l’univers DC après DC Rebirth dans une version revisitée du personnage, rejoignant la Justice League of America créée par Batman.

The Ray est l’un des super-héros qui a eu droit à son adaptation au sein de l’univers télévisé de DC, l’Arrowverse. Personnage central du crossover Crisis on Earth-X et puis en vedette de la série animée Freedom Fighters: The Ray située sur Earth-X, The Ray y est alors incarné par Russell Tovey.


The Ray et son homosexualité


Si Ray Terrill, l’incarnation la plus connue de The Ray, est dans notre chronique Comics Out aujourd’hui, c’est parce que celui-ci est depuis quelques années homosexuel dans les pages de DC Comics.

Ray a la chance de pouvoir voir son petit ami toute la journée, vu que c’est effectivement avec un équipier qu’il est en couple. Toutefois, Ray a le meilleur des deux mondes vu qu’il peut travailler avec lui sans devoir se soucier que la sécurité de son compagnon soit mise en danger, n’étant pas sur le terrain avec lui. En effet, Ray est en couple avec l’ingénieur et expert technique officiel de la Justice League of America, Xenos.

Le couple est régulièrement vu ensemble, partageant des moments du quotidien, tant dans leur travail qu’à la maison. Les deux tourtereaux apparaissent comme un couple à l’aise l’un avec l’autre et n’ayant pas de souci pour s’exprimer sur les sujets les plus profonds, comme la mère de Ray, que ce dernier ne voit plus après une enfance difficile. Dans cette nouvelle version du personnage après DC Universe Rebirth, Ray a passé son enfance reclus après avoir blessé une infirmière avec un rayon de lumière peu après sa naissance. Afin d’éviter ce type d’accident, il vit alors avec sa mère dans une maison à l’abri de la lumière.

Ce qui est particulièrement notable et honorable dans la personnalité de Ray Terrill est son ouverture d’esprit, que ce soit envers les autres, envers le monde ou envers ses sentiments. Nous rencontrons Ray alors qu’il a visiblement déjà fait son coming out et on ne verra donc pas d’étape de doute pour Ray de ce côté. Quand on y pense, le jeune homme a vécu reclus, à l’abri de la lumière, et aurait eu toutes les chances de devenir quelqu’un qui aurait peur du monde extérieur, peur d’exprimer ce qu’il ressent ou qui il est. Et pourtant, il n’en est rien. Ceci démontre une force d’esprit et une estime de lui solides, choses qui ne sont pas spécialement faciles à se forger mais qui sont bien utiles, entre autres, pour assumer son orientation sexuelle.

Dans ce cadre, Ray Terrill pourrait certainement être un modèle pour tout jeune homme homosexuel qui chercherait à s’assumer tel qu’il est. Car Ray a-t-il perdu quelque chose en s’assumant ? Il a juste gagné en estime de lui et en assurance. Pourtant, cette version du personnage n’est que relativement récente.


The Ray et l’évolution de son image


En effet, Ray Terrill / The Ray n’a pas toujours été un super-héros gay, loin de là. A l’origine, lors de sa création en 1992, Ray est carrément hétérosexuel. On le voit dans une relation romantique avec sa coéquipière Black Canary pendant un temps et aucune allusion à l’homosexualité fut faite pendant plus de vingt ans.

Ce n’est qu’en 2016 que le personnage fut réintroduit comme gay et ceci est davantage mis en lumière lorsque celui-ci apparait aussi comme gay à l’écran. Ray est en effet introduit dans l’Arrowverse dans l’évènement Crisis on Earth-X. Irradié de lumière lorsqu’il rencontre son double d’une terre alternative, Ray Terrill y obtient des pouvoirs semblables à ceux des comics et apprend à les maitriser. Originaire d’Earth-1, il se retrouve plus tard sur une autre terre, Earth-X, où il rejoint les Freedom Fighters et rencontre l’homme qui deviendra son mari, Leo Snart, la version alternative d’un certain Leonard Snart / Captain Cold sur Earth-1.

Face au succès du personnage, The Ray aura même sa propre série animée sur CW Seed, et on y retrouve, contrairement aux comics, un Ray qui a du mal à assumer sa sexualité, voyant des scènes de sa jeunesse qui n’ont pas été abordées dans les comics. Pour Russell Tovey qui incarnait le personnage à l’écran et dans la série animée, c’était un sujet qui lui permettait de s’identifier au personnage, étant lui-même homosexuel :

Ray Terrill a du mal avec sa sexualité. Je suis gay, et quand j’étais plus jeune, j’ai toujours eu des soucis avec moi-même, accepter qui j’étais, ce que mon futur serait, qui j’étais dans ce monde, à qui j’allais le dire, comment j’allais gérer tout cela, comment j’allais le dire à ma famille, faire mon coming out. Donc il y a vraiment beaucoup de grands sujets sur lesquels je peux m’identifier dans le monde de Ray Terrill.

Russell Tovey

L’adaptation d’un personnage gay, et super-héros qui plus est, n’est pas toujours bien réalisée, mais on peut dire avec objectivité et du recul que, concernant son orientation sexuelle et l’expression de celle-ci, The Ray fut assez bien adapté au sein de l’Arrowverse. Cet univers se terminant prochainement, il y a quand même peu de chances qu’on revoit le personnage incarné par Russell Tovey, mais peut-être verrons-nous The Ray un peu plus souvent dans les comics, où il est malheureusement plus sporadique ces dernières années. A vous, DC !


Vous avez manqué les derniers numéros de Comics Out ? Retrouvez-les ci-dessous :

Chaque mois, nous produisons aussi quatre autres chroniques variées : Power Girls, qui se centre sur les personnages féminins des comics (le mois dernier : Captain Marvel)The Dark Side, qui présente les vilains des comics (le mois dernier : Enchantress) ; Agent Double, qui présente des acteurs/actrices ayant joué au moins deux rôles de comics (le mois dernier : Josh Brolin) ; et le Top 5, qui présente un à deux sujets différents chaque mois, comme le TOP 5 de nos souhaits pour 2023.

Et si vous aimez notre contenu original, ne manquez pas nos séries d’articles UDC Original comme Les Armures d’Iron Man dans le MCU ou la récente PubliStory.

Publicités

Avez-vous lu nos récentes chroniques ?

=> Lire KNOW YOUR CLASSICS: Batman – Son of the Demon <=


On souhaite un bon anniversaire à Urban Indies, le label de comics indépendants d'Urban Comics, qui fête ses 10 ans !

A cette occasion, c'est eux qui vous régalent en vous proposant une sélection de 10 comics, tous vendus au prix imbattable de 10 € pièce. En effet, ce sont bel et bien 10 comics indépendants à découvrir dès aujourd'hui si ce n'est pas encore fait ! Foncez !